Percy vs. Goliath Avis critique du film (2021)

Actualités > Percy vs. Goliath Avis critique du film (2021)

Il existe, semble-t-il, des différences notables entre le cas réel et ce qui apparaît à l’écran. D’une part, Schmeiser est représenté ici comme un humble agriculteur de campagne, pratiquement un personnage de John Ford ou de John Steinbeck qui mène une vie précaire, alors qu’en réalité, il a repris sa ferme familiale, sa station-service et son concessionnaire d’équipement agricole en 1954, et douze ans avant que Monsanto ne traverse la ville, avait acheté un deuxième concessionnaire d’équipement agricole à Humboldt, en Saskatchewan. Mais la puissance économique de Monsanto est si écrasante que ces changements et d’autres semblent sans conséquence: c’est en effet une histoire de David et Goliath, et le cas de Monsanto semble si déraisonnable et usuraire à première vue (les «frais de technologie» facturés aux agriculteurs qui se retrouvent accidentellement avec une partie de leurs graines dans des sillons, cela ressemble à une arnaque élaborée) qu’il est impossible de les voir comme autre chose que des intimidateurs qui ont besoin d’un retrait.

Walken joue contre le sentiment ici, sagement ainsi. Et bien qu’il y ait quelques choix qui compromettent l’esthétique sensible du film (y compris une partition trop folklorique-adorable pour la gravité de la situation) Johnson et ses collaborateurs (y compris le directeur de la photographie Luc Montpellier, qui a supervisé les compositions épiques de style occidental pour écran large. ) s’acquittent honorablement, pour la plupart. La relation épineuse de Percy et Jackson avec Rebecca, qui commence à sembler être plus intéressée par l’utilisation de Percy pour la collecte de fonds que pour l’aider matériellement à gagner l’affaire, est particulièrement intéressante; et l’union de Percy avec sa femme Louise (Roberta Maxwell), qui marche sur une ligne fine entre l’introduction de notes de doute et la création d’un personnage qui semble pouvoir faire obstacle à un triomphe qui plaira à la foule (il y a des dommages collatéraux sociaux en ville, Louise en souffre le plus).

Frustré sur le bord du couteau de « assez bon mais pas aussi bon que vous le souhaitez », le film aurait peut-être bénéficié d’un rythme plus tranquille mais concentré qui aurait permis aux personnages de respirer plus, et le légal et les concepts scientifiques à expliquer avec plus de clarté. Le montage, crédité à trois personnes, est parfois saccadé et dispersé, tapotant sur l’élan des scènes que les acteurs clouent. Mais le casting exceptionnel, les beaux visuels et les dramatiques de petit gars contre le système irréprochables portent le film à travers la ligne d’arrivée.

★★★★★

A lire également