Pearl Review: Une préquelle solide de Slasher

Actualités > Pearl Review: Une préquelle solide de Slasher

Six mois après la sortie du film slasher âgé de Ti West, X, West nous donne une préquelle centrée sur le méchant de ce film. Pearl est un film slasher pas si longtemps attendu qui se déroule en 1918 dans le contexte de la Première Guerre mondiale et de la pandémie de grippe espagnole. Mia Goth reprend son rôle de Pearl dans son histoire d’origine. C’est une jeune femme qui essaie d’être une star hollywoodienne mais elle entre en conflit avec sa mère dévote et son père malade. West livre un autre slasher choquant, car Pearl est un film décemment conçu qui entre dans la trame de fond d’un tueur.

West met à jour avec succès son univers cinématographique pour l’époque. Alors que X a été créé en 1979 et semblait avoir été créé à l’époque des slashers du XXe siècle, Pearl se déroule un siècle dans le passé. L’esthétique visuelle correspond à cette étape des décennies auparavant, le film offrant un style Technicolor dans la lignée du Magicien d’Oz. Le générique d’ouverture et la carte de titre sont un produit de cette époque, permettant un contraste discordant avec le style de X, qui utilisait pleinement la prémisse pornographique des années 70.

Ce film commence par une ouverture de style Disney, avec une musique orchestrale trompeuse qui vous ferait presque croire que vous êtes dans un film familial séculaire. Tout semble joyeux et fantaisiste lorsque nous sommes présentés à notre jeune protagoniste, qui rêve de quitter sa ferme et de devenir actrice à Hollywood. Cependant, la nature mignonne et aux yeux brillants du film ne dure pas longtemps. Vous n’êtes pas assis pour cette histoire d’origine pour voir un conte insouciant et réconfortant. Une fois que le film prend une tournure sombre, il s’y engage et nous obtenons les meurtres à couper le souffle que le film promet.

Mais le principal risque de ce film ne se concentre pas beaucoup sur les meurtres. Pendant qu’ils sont là, Pearl est beaucoup plus un mélodrame familial qui prend une tournure choquante. Parfois, on a l’impression que l’expérience de visionnage serait meilleure si vous ne vous attendiez à aucun meurtre, de sorte qu’une fois que cela se produit, cela devient un choc. Le film tire beaucoup de drame de la relation de Pearl avec sa famille. Elle a une mère stricte et désapprobatrice nommée Ruth (Tandi Wright), avec qui elle partage beaucoup de tension car ils doivent tous les deux s’occuper du père de Pearl (Matthew Sunderland).

Le film utilise autant que possible le drame familial tout en se sentant parfois un peu conventionnel et familier dans la façon dont il raconte cette histoire. La dynamique familiale n’offre pas beaucoup d’originalité, mais elle fait un excellent travail pour combler certains trous dans la trame de fond de Pearl. Il y a des clins d’œil à X, mais le film raconte sa propre histoire et sait satisfaire son public. Il s’agit plutôt d’un drame avec des éléments de slasher, mais cela peut parfois nuire au film, car il n’est pas aussi captivant, suspensif ou excitant que X l’était en raison de leurs ambitions différentes.

Mais le point de vente ici est Mia Goth. Elle a fait un excellent travail avec son double rôle de Max et Pearl dans X, à tel point que je ne savais pas que la même personne les jouait. Cette fois, Goth obtient le règne libre en tant que tueur déséquilibré tout en clouant ses scènes émotionnelles. Elle livre un long monologue en une seule prise et son crédit de co-écriture sur ce film montre son influence créative et sa passion pour donner vie à ce projet. Elle est l’argument de vente de ce film, en particulier dans le dernier plan obsédant de Pearl.

Dans l’ensemble, West ne livre pas comme il l’a fait avec X, mais il parvient à faire beaucoup. Ce film a été écrit pendant la production de son prédécesseur et il a déjà prévu un autre film dans cette série appelé MaXXXine, qui se déroule en 1985. Cependant, avant d’en arriver là, cela vaut la peine pour les fans de X de découvrir cette préquelle avec beaucoup de idées sombres – dont beaucoup sont superbement exécutées. Entre les deux films, c’est celui que vous aurez le moins de chances de revoir, mais cela fonctionne comme une préquelle décente.

NOTE : 6/10

Comme l’explique la politique d’examen de ComingSoon, un score de 6 équivaut à « décent ». Il ne parvient pas à atteindre son plein potentiel et est une expérience banale.

Divulgation: Le critique a assisté à une projection de presse pour la revue Pearl de ComingSoon.

★★★★★

A lire également