Pearl Harbor est le plus grand film de plaisir coupable de tous les temps

Actualités > Pearl Harbor est le plus grand film de plaisir coupable de tous les temps

Le titre de cet article devrait en fait se terminer par des points de suspension suivis de «à part Armageddon, Bad Boys II ou l’un des films de Transformers». Ouais, je suis un con pour tout Michael Bay. L’homme réalise des films divertissants parfaitement conçus pour une expérience théâtrale. J’avoue volontiers avoir vu Transformers: Revenge of the Fallen quatre fois lors de sa sortie en 2009, et même l’avoir défendu de manière inhabituelle contre les attaques vicieuses, bien que précises, de Roger Ebert. Ses personnages, rythme, réalisation, montage… rien de tout cela n’a de sens. Dans Bad Boys II, une paire d’agents des stupéfiants infiltrés à Miami – je crois? – engagez-vous dans une violente fusillade dans une zone densément peuplée qui mène à une poursuite en voiture sauvage remplie d’explosions massives, de carnage de véhicules et de cartouches sans fin. À la fin de la poursuite, le duo se dépoussière et retourne au travail où leur capitaine légèrement ennuyé les mâche pour avoir laissé les choses devenir incontrôlables avant de s’exclamer: «Vous avez de la chance que personne n’ait été tué!» Tel est le monde de Michael Bay. Après 14 films, il est clair que l’homme derrière «Bayhem» ne se soucie pas des nuances du cinéma. Ses intrigues ne sont guère plus que des excuses pour s’aventurer dans des lieux exotiques pour filmer de belles femmes, des explosions géantes et de la propagande militaire.Je donnerais n’importe quoi pour avoir sa vie.Pour être juste, Bay a essayé ce que l’on pourrait appeler «Cinéma réel» à quelques reprises. Notamment, le drame de guerre 13 Heures et ce film bonkers Pain and Gain. Pourtant, la véritable tentative de Bay est arrivée en 2001 via un petit film appelé Pearl Harbor.Retour en arrière.Le 25 mai 2001. J’avais 19 ans assis dans un théâtre bondé avec ma famille au Regal UA Olympus Pointe à Roseville, en Californie, en attendant ma prochaine incursion dans la stratosphère à succès. Cet été-là avait déjà déclenché The Mummy Returns, A Knight’s Tale et Shrek (et dévoilerait plus tard The Fast and the Furious, la magnifique IA Artificial Intelligence de Steven Spielberg, Jurassic Park III et le remake de Tim Burton’s Planet of the Apes), mais Pearl Harbour était le plus gros. Depuis cette superbe première bande-annonce de «Journey to the Line» de Hans Zimmer, dans laquelle un escadron de Zéros passait devant la caméra de façon dramatique, j’avais suivi l’épopée de guerre de Bay avec une passion fervente. J’ai acheté des livres, des magazines, des affiches; regardé des interviews avec les acteurs et l’équipe, et a passé une semaine entière à rendre ma famille folle avec des boucles sans fin de la partition de Zimmer (et de cette chanson ennuyeuse de Faith Hill). Enfer, j’ai regardé et revu toute la bibliothèque de Bay, qui, à ce moment-là, se composait de Bad Boys, The Rock et Armageddon; et je me suis préparé pour la prochaine épopée de la taille du Titanic. Les premières critiques suggéraient un désastre aux proportions bibliques. Mon cœur s’est serré lorsque Roger Ebert a attribué au film une étoile et demie et a analysé son dialogue, son ton déplacé, son inexactitude historique et son jeu plat; mais a rapidement récupéré lorsque mon critique de l’époque, le regretté Joe Baltake, a décerné au film trois étoiles et demie dans le Sacramento Bee et l’a qualifié de blockbuster hollywoodien «sans vergogne à l’ancienne». l’anticipation pour le film était encore à travers le toit. Et écoutez, je serai le premier à dire que, même à l’époque, je savais que le résultat final était des taureaux -… mais de très bons taureaux – quand même. pas comme les autres. Bien sûr, l’histoire d’amour compliquée, certes, d’un mec qui frappe la fille de son meilleur ami (pas vraiment) mort s’effondre pratiquement sous le poids d’un dialogue stupide et d’un jeu inégal (c’est toujours un voyage d’entendre la pauvre Kate Beckinsale lutter avec des répliques comme , «Je ne pense pas que je regarderai jamais un autre coucher de soleil sans vous regarder!»), Et le troisième acte ringard centré sur le célèbre raid de Tokyo de Jimmy Doolittle plonge précairement près du territoire d’Armageddon, mais mec… l’action de 30 minutes La séquence centrée sur l’attaque japonaise de Pearl Harbor est absolument magnifique et vaut bien le prix d’entrée. Décomposons-la. La scène commence exactement une heure et vingt minutes après le début du film. Nous regardons la flotte japonaise lancer sombrement ses Zéros, suivie d’une séquence glorieuse dans laquelle l’escadre ennemie survole les montagnes verdoyantes d’Oahu, soutenue par le score de plus en plus palpitant de Zimmer. Alors que les avions passent devant des spectateurs confus (y compris un groupe d’enfants jouant curieusement au baseball à 7 h 45 du matin, quelques scouts et une femme au hasard suspendant le linge), la tension s’intensifie jusqu’à ce que la première torpille entre en collision avec sa cible. Vous pouvez pratiquement entendre Bay expirer avant de faire ce qu’il fait de mieux: faire de la viande hachée de vos sens. Balles, torpilles, combats de chiens, oh là là! Et puis le coup de feu – une vue à vol d’oiseau d’une bombe alors qu’elle descend et finit par s’écraser sur l’USS Arizona, qui explose de manière spectaculaire via un tir VFX absolument dingue qui se classe parmi mes moments de théâtre préférés de tous les temps. Ce n’est pas une hyperbole. La conception sonore m’a pratiquement fait sauter les tympans! Plus tard, les Zeros parcourent la rangée de cuirassés avec une précision de jeu vidéo alors que des explosions éclatent sur tout l’écran et que les cascadeurs sautent comme des danseurs de ballet sur le crack. Nous suivons les personnages de Ben Affleck et Josh Hartnett alors qu’ils se dirigent vers un aérodrome à la recherche d’avions à piloter. «Je pense que la Seconde Guerre mondiale vient de se déclarer», s’exclame sciemment Hartnett alors que le public grimace. Plus d’explosions. Plus de CGI. Plus d’action. La séquence est implacable. Nous regardons avec horreur le chavirage de l’USS Oklahoma, avalant une légion d’hommes entiers dans le rythme dramatique le plus précis du film, et nous nous réjouissons alors que Doris «Dorie» Miller de Cuba Gooding Jr. prend une mitrailleuse et en abat quelques-uns. des avions ennemis. Enfin, Affleck et Hartnett sautent dans des P40, prennent leur envol et abattent triomphalement un certain nombre de combattants japonais pendant que des marins dans l’eau les encouragent. Ils trouvent même le temps de jouer au poulet. Je suis retourné au théâtre six fois cet été-là pour cette longue scène d’action seule. Dans une projection, notre projecteur s’est cassé juste avant le début de l’attaque et nous avons été conduits dans un autre théâtre et avons dû regarder à nouveau la première heure et demie. Cela ne me dérangeait pas. Sur grand écran, Pearl Harbor était plus grand que nature; une extravagance bourrée d’action, hérissée d’effets à couper le souffle et d’une réalisation cinématographique vraiment ambitieuse. Oui, je sais que le ton est tout faux. Bay préfère les sensations fortes au respect et traite des personnages historiques tels que FDR et Doolittle comme des caricatures idiotes. À un moment donné, le célèbre président se lève même dans une séquence destinée à inspirer, mais qui rappelle à la place les singeries similaires de Merkin Muffley à la fin du Dr Strangelove. Il s’agit de fan-fiction hollywoodiens composés jusqu’à 11; et, peut-être, le pire type de public qui se plie à l’imaginable jusqu’à la fin hilarante dans laquelle le pauvre Affleck est coincé avec la femme et l’enfant de son ami (très) mort pour des raisons que je ne peux pas imaginer. , des intrigues stupides et un drame éculé, vous découvrirez un retour passionnant à ces vieux films de John Wayne de la Seconde Guerre mondiale des années 40, 50 et 60 tels que The Flying Leathernecks, Operation Pacific et Sands of Iwo Jima – également des films bruyants dégoulinant de patriotisme et d’héroïsme fabriqué Je serai le premier à admettre que Pearl Harbor est loin d’être un grand film, mais je le déclarerai volontiers comme le plus grand film de plaisir coupable de tous les temps, à part peut-être Armageddon, Bad Boys II ou n’importe lequel de ces films Transformers. Je suis un con pour Michael Bay. Me poursuivre en justice.

★★★★★

A lire également