Pas de coeur et pas de rire

Actualités > Pas de coeur et pas de rire

Un nouvel épisode de She-Hulk : Attorney at Law est arrivé sur Disney+. Le cinquième épisode de cette comédie juridique de Marvel Cinematic Universe s’intitule « Mean, Green, and Straight Versed into These Jeans ». Il suit Jennifer Walters alors qu’elle découvre que l’influenceuse surpuissante Titania a déposé la marque She-Hulk et poursuit Jennifer pour violation du droit d’auteur. Nous avons quatre épisodes de cette série de super-héros ; malheureusement, le cinquième n’est pas un pas dans la bonne direction. Au lieu de cela, l’épisode 5 est une continuation de tout ce qui fait de cette émission une sortie faible pour le MCU.

L’épisode commence par nous donner plus de Titania, interprété par Jameela Jamil, qui est excellente en tant qu’influenceuse agaçante et égocentrique. Jamil cloue un accent américain et offre une performance divertissante, bien qu’exagérée, pour le MCU. Elle utilise le nom She-Hulk pour vendre ses soi-disant produits de beauté, et elle a un procès contre Jennifer pour avoir utilisé le nom. Sur le papier, l’idée d’explorer un conflit à petite échelle dans un monde de superpuissances et d’enjeux de fin du monde est amusante, mais rien dans cette émission n’utilise l’une de ces idées à son plein potentiel.

CONNEXES: 5 plats à emporter de l’épisode 5 de She-Hulk: « Mean, Green, and Straight Versed into These Jeans »

L’une des questions auxquelles une série télévisée comme celle-ci peut avoir le plus de mal à répondre est: « Pourquoi devrions-nous nous en soucier? » Cet épisode suit She-Hulk alors qu’elle fait équipe avec Mallory Book (Renée Elise Goldsberry) pour prouver que Jennifer Walters a utilisé le nom She-Hulk avant que Titania ne dépose la marque. Il s’agit d’un conflit tellement banal sans aucun enjeu que vous ne vous souciez pas de ce qui se passe à l’écran. Dans les premiers épisodes, Jennifer devait s’occuper de l’affaire Abomination, car si elle ne le faisait pas, elle perdrait son emploi. Dans cet épisode, qu’est-ce qui peut arriver de pire ? Jennifer ne peut plus utiliser She-Hulk, un nom qu’elle a exprimé son dédain à plusieurs reprises.

Une défense facile pour cette série est qu’elle n’essaie pas d’être un Captain America: Civil War ou quoi que ce soit de ce genre et qu’elle veut s’amuser. Cependant, un problème clé avec cette comédie juridique est la comédie réelle, qui est un élément gigantesque à gâcher. Ce spectacle n’est pas assez drôle pour justifier son existence. Les projets MCU peuvent être amusants, comme nous l’avons vu dans Guardians of the Galaxy et Ant-Man. Les comédies judiciaires peuvent être amusantes, comme nous l’avons vu dans Legally Blonde et Liar Liar. Mais les blagues de cette série sont tellement stéréotypées, toutes ayant la punchline la plus simple qui peut à peine faire rire le public.

L’épisode a du mal à tirer le meilleur parti du fait que She-Hulk doit utiliser les dates de son profil en ligne pour témoigner en son nom. Cela aurait pu être beaucoup plus maladroit et drôle, mais l’écriture n’en retire rien. La série n’a pas besoin d’enjeux de fin du monde, mais le moins qu’ils puissent faire était d’avoir des enjeux émotionnels entre les personnages. Ils auraient pu créer plus de conflits entre Jennifer et Mallory, car ce sont deux avocats concurrents qui trouvent ensuite une amitié à travers cette affaire. Mais rien ne semble être de quelque substance que ce soit.

CONNEXES: She-Hulk: Récapitulation, théories et pensées de l’épisode 5 de l’avocat

Le résultat est un épisode sans cœur, sans rire et sans rien à signaler. Ce spectacle ennuyeux à petite échelle construit à peine quelque chose avec son histoire. C’est bien qu’un spectacle prenne son temps, mais She-Hulk n’est pas assez drôle ou intéressant pour que ce trajet en vaille la peine. Alors que nous obtenons la taquinerie de Daredevil à la fin de l’épisode, il figurait déjà dans le marketing, ce qui supprime tout le facteur de surprise. On a presque l’impression que les scénaristes jettent un regard sur Matt Murdock sur nos visages pour nous faire regarder parce que la série n’a rien d’autre à apprécier à ce sujet.

NOTE : 4/10

Comme l’explique la politique d’examen de ComingSoon, un score de 4 équivaut à « médiocre ». Les aspects négatifs l’emportent sur les aspects positifs, ce qui en fait une lutte à traverser.

★★★★★

A lire également