NYFF 2022: Coma, Queens of the Qing Dynasty, Enys Men | Festivals & Awards

Actualités > NYFF 2022: Coma, Queens of the Qing Dynasty, Enys Men | Festivals & Awards

L’adolescente de Labeque est enfermée seule dans son petit coin d’une assez grande maison française à cheval sur Covid-19 avec peu d’autre que son téléphone et son ordinateur portable pour compagnie (ses parents n’apparaissent jamais, bien que ses excursions sur la pointe des pieds dans la partie principale de la maison suggèrent leur présence jugeante tout de même). Elle regarde une personnalité en ligne déchiqueteuse (Julia Faure), qui donne son nom au film. Labèque a l’envie croissante de s’automutiler, et quand Faure lui rappelle qu’elle ne peut pas mettre sa main dans un robot culinaire, elle se glisse dans la cuisine pour s’en assurer. Elle FaceTimes ses amis, qui passent leur temps libre à classer les célèbres tueurs en série jusqu’à ce que l’un d’eux semble être tué par l’un d’eux. L’interruption ne les dérange presque pas, tant l’idée du vrai crime est normalisée pour les enfants qui s’ennuient. Dans ses rêves éveillés, elle est parfois un personnage animé, toujours pris au piège. La distraction la plus drôle et la plus touchante qu’elle se donne, c’est quand elle fait vivre ses jouets pour qu’ils jouent pour elle. Dans des séquences qui suggèrent que Bonello est fan de ce TikTok, ses poupées jouent un drame d’infidélité. Au début, ils ne bougent pas, et les sous-titres et la voix off nous disent qu’ils sont vivants, mais plus tard Bonello les fait stop motion. Étonnamment, l’une des poupées est exprimée par Gaspard Ulliel.

Ulliel était le « Saint Laurent » de Bonello dans son soi-disant biopic de 2014, donnant une performance énigmatique, sexy et sinistre. Ulliel est décédé au début de 2022 dans un accident de ski. Il n’avait que 37 ans, une tragédie impossible et une perte pour un cinéma qui regrettera ses traits félins et ses livraisons ronronnantes, son visage magnifiquement balafré, ses yeux inconnaissables. C’est bien que l’une de ses dernières performances ait été si ludique et pour l’un de ses meilleurs réalisateurs (Marvel, malheureusement, l’a accroché pour un épisode du risible « Moon Knight », diffusé plus tôt cette année) et encore plus agréable qu’il doit jouer un côté comique pince-sans-rire. Face aux autres voix de poupées (dont Anaïs Demoustier et Louis Garrel), il incarne le tricheur trublion qui s’en prend à sa poupée de femme. Lorsqu’il est confronté à sa tromperie, il répond par des citations de Donald Trump, apparemment inconscient de la question de son partenaire. « Coma » parle de ce que c’est que de survivre avec seulement votre téléphone portable comme bouée de sauvetage ; vous comprenez pourquoi Labeque colle sa main au comptoir et envisage d’y passer un couteau de cuisine. Le film commence à ressembler à un Bonello mineur, mais il devient lourd à la hâte. De tous les provocateurs du cinéma français (et ils en ont plein), Bonello semble vraiment aimer son peuple, même s’il peut être cruel avec lui. Comme les meilleurs artistes post-punk, il chante le pire de nos souffrances pour qu’on y réfléchisse et qu’on se sente moins seuls.

« Reines de la dynastie Qing » est aussi une chanson de solitude abjecte. La réalisatrice Ashley Mckenzie se démarque dans un nouveau paysage indépendant canadien (contrairement à ses pairs Sofia Bohdanowicz, Deragh Campbell et Kazik Radwanski) en tant que néo-réaliste époustouflant. Son premier long métrage de 2016 « Loup-garou » a fait sensation avec son étude sincère de deux toxicomanes essayant et échouant à vivre à la périphérie de la société polie. « Queens » est évidemment basé en partie sur des adolescents qui sont venus auditionner pour « Werewolf », avec qui McKenzie s’est lié d’amitié. Sarah Walker joue Star, une adolescente instable avec des antécédents de tentatives de suicide qui est une habituée de son hôpital local. Elle devient trop vieille pour rester à l’hôpital aussi longtemps qu’elle en a l’habitude, et le personnel essaie de l’habituer à se débrouiller seule, bien qu’elle ne soit pas apte au travail traditionnel. Le placement dans un motel local est de courte durée après avoir fumé de l’herbe dans sa chambre et invité de vieux amis pour une fête bruyante. Son seul port dans la tempête qui est sa vie est An (Ziyin Zheng), le soignant que l’hôpital affecte à Star pendant son séjour. An donne à Star un téléphone portable pour qu’ils puissent envoyer des SMS et pour qu’An puisse mieux la suivre. An est également déprimé, mais pour différentes raisons, notamment l’anxiété suscitée par une carte verte. Star, reconnaissant qu’elle pourrait essayer de se faire moins de mal si sa situation était plus stable, suggère au couple de se marier, ce qui est proche de la seule idée lucide que nous la voyons mise en place dans le film.

★★★★★

A lire également