NBC’s Mr. Mayor Fails to Rise to Ted Danson’s Level | TV/Streaming

Actualités > NBC’s Mr. Mayor Fails to Rise to Ted Danson’s Level | TV/Streaming

Le problème avec «Mr. Mayor », la nouvelle sitcom de Tina Fey et Robert Carlock, n’est pas Ted Danson lui-même. C’est la tentation presque irrésistible d’imaginer que le nouveau maire de Los Angeles est secrètement Sam Malone, ou Michael the Architect, ou le fictif Ted Danson de «Curb Your Enthusiasm», ou quel que soit celui qu’il a joué pendant toutes ces saisons de «CSI» Dans l’état actuel des choses, ni le timing impeccable de Danson ni sa cuve de charisme interne ne peuvent compenser la similitude grinçante de «M. Mayor », ni sa figure centrale insipide. Échangez avec l’un de ces autres gars, cependant, et comme Carl Weathers, fictif de «Arrested Development», pourrait dire: «Vous avez un ragoût en cours.»

Tout cela pour dire que, dans les deux épisodes prévus au moins pour les critiques, il y a un manque flagrant de viande à «Mr. Mayor », une sitcom avec des niveaux stupéfiants de potentiel insatisfait. Ses défauts sont les plus apparents au niveau du personnage, une circonstance qui rend son casting de premier plan autant une bénédiction qu’un passif et qui souligne la nature stéréotypée de la prémisse. Il n’y a rien de mal avec une formule. C’est particulièrement vrai au pays des sitcoms. Les formules deviennent familières parce qu’elles fonctionnent, et cette familiarité devient un terrain fertile pour l’expérimentation, l’innovation et le méta-humour. « Monsieur. Mayor ”vous rappellera probablement d’autres sitcoms pendant que vous regardez, et c’est une fonctionnalité, pas un bug; J’imagine que la phrase «30 Rock meets Parks & Rec» a été souvent lancée pendant que la série était en développement. Le problème n’est pas la nature de la formule de la série, mais le fait qu’elle ressemble à une formule et à rien d’autre, et la présence d’acteurs comme Danson et Holly Hunter ne fait que rendre son creux d’autant plus apparent. C’est une expérience qui conduit à des réflexions comme celle-ci: je parie que «M. Mayor »serait génial, s’il s’agissait en fait de« The Good Place ».

Cela dit, deux épisodes – et ces deux épisodes seront diffusés l’un après l’autre, ce qui en fait essentiellement un long pilote – n’ont pas grand-chose à faire, il est donc possible, même probable, que la série soit à la hauteur de ses prémisses de crackerjack. . Le magnat des panneaux d’affichage Neil Bremer (Danson), un milliardaire à la retraite, décide de se présenter à la mairie de Los Angeles après que la folie de 2020 a poussé l’ancien maire à fondre, à quitter, à sauter dans le taxi le plus proche et à demander au chauffeur de taxi de conduire directement dans le océan. Sa fille Orly (Kyla Kenedy de «Speechless») est également entrée dans la mêlée politique, se présentant à la présidence de deuxième année, et bien que la position de son père complique les choses, sa frustration n’est rien comparée à celle d’Arpi Meskimen (Hunter), une ville progressiste de longue date Membre du Conseil dont la fureur face au succès d’un milliardaire inexpérimenté la pousse à se désigner immédiatement comme une épine à temps plein dans son côté. Cela fait également d’elle un problème pour le personnel de Bremer: le chef d’état-major Mikaela Shaw (Vella Lovell de «Crazy Ex-Girlfriend»), un prodige des médias sociaux qui n’arrive pas à croire qu’elle a fait élire ce riche bouffon; le stratège perplexe Tommy Tomás (Mike Cabellon); et Jayden Kwapis, un vestige de la dernière administration et un hybride Kenneth the Page / Jerry Gergich joué avec un air merveilleusement décontracté de Bobby Moynihan. Des hijinks s’ensuivent.

★★★★★

A lire également