|

Michael Schur : comment expliquer le succès de ses séries ?

Accueil » Actualités » Autour du cinéma » Michael Schur : comment expliquer le succès de ses séries ?

Même si ce nom ne vous dit rien, vous avez probablement déjà regardé une de ses créations. Que ce soit Parks & Recs, The Office, Brooklyn Nine-Nine ou encore The Good Place, ces séries devenus cultes ont toutes un point commun, leur créateur. Producteur, scénariste, connu aussi sous le nom de Mike Schur, il est à la base de nombreuses séries à succès. Mais alors quelle est la recette de Michael Schur pour une série à grand succès.

Il casse les codes de la sitcom

Mélange les genres

La sitcom est caractérisée par des codes précis tels que la présence de plusieurs lieux récurrents et d’un groupe de personnage issu de la même famille ou un groupe d’amis. Michael Schur utilise bien évidemment ces codes mais il arrive à se détacher du format classique de la sitcom en incorporant notamment des codes des formats plus longs. Dans la version américaine de The Office et avec Parks & Recreation, il réussit à renforcer l’humour en s’inspirant du documentaire et en intégrant le dramatique.

On ressent, à travers ses créations, une volonté d’apporter plus de réalisme à la sitcom, c’est aussi la raison pour laquelle aucune de ces séries comporte des rires enregistrés. Il s’appuie sur la qualité du scénario, des dialogues et utilise le montage pour mettre en lumière la qualité des blagues.

Plot twist

Michael Schur est aussi un spécialiste de l’utilisation de cliffhanger dans le dernier épisode d’une saison. Quelques exemples, le dernier épisode de la première saison de The Good Place, les personnages découvrent qu’ils sont en enfer ou encore le dernier épisode de la quatrième saison de Brooklyn Nine-Nine Jake et Rosa sont jugés coupables. Cette interruption de la narration est stratégique, grâce à cette pause nous sommes inciter à vouloir voir la suite et dans le cas des séries de Mike Schur où il faut attendre la saison suivante, nous sommes dans l’attente et impatients de savoir la suite.

Le format

Les épisodes généralement dure entre quinze et vingt minutes et durent pas plus de 30 minutes maximum. Pourquoi ? Première raison, il est plus facile de rester attentif devant un écran pendant trente minutes que devant un épisode d’une heure. Autre raison, ce format est plus attractif et rend la série plus facile à bingewatcher.

Les personnages et l’atmosphère

Encore une fois, dans un souci de réalisme, les personnages de l’univers de Michael Schur sont des personnages auxquels on peut s’identifier, par exemple, les employés de la Dunder Mifflin Paper Company sont des gens comme tout le monde. Il est donc plus facile d’établir une connexion avec ces personnages et de s’attacher à eux.

Il est vrai qu’une société de papier ou, dans le cas de Brooklyn Nine-Nine, un commissariat ne sont pas des environnements propices à la rigolade. Ajoutez à cela des situations improbables ainsi que des personnages normaux qui évoluent au milieu de tout, c’est avec ce contraste que Mike Schur réussit à créer des sitcoms de qualité.

Il continue d’élargir son univers avec une nouvelle série, Rutheford Falls diffusée depuis le 22 avril 2021 qui partage la même ambiance que les précédentes.

★★★★★

A lire également