Meilleurs néo-noirs des années 90, classés

Actualités > Meilleurs néo-noirs des années 90, classés

Après que les noirs se soient répandus au milieu du XXe siècle, devenant un incontournable du cinéma américain, le genre semblait avoir atteint un crescendo. Cependant, grâce en grande partie à un renouveau réussi du genre dans les années 90, le néo-noir est devenu un genre fiable et établi pénétrant dans le cinéma indépendant tout en trouvant le succès dans le système des studios. Réorienté en couleur, mais avec les mêmes partitions maussades, femmes Fatales et hommes moyens qui ont été pris dans un réseau de criminalité où le destin semble atteindre un point final violent et sombre. La nature sombre du noir rencontre toujours un succès surprenant. Avec de nouveaux visages et perspectives pour aider à guider le récit dans une direction différente comme Bill Duke, Carl Franklin et les Wachowski, le noir a fait peau neuve, ce qui en fait l’un des meilleurs types de films depuis une décennie riche en joyaux.

10 Souvenir

Divertissement au sommet

Christopher Nolan a continué à faire des superproductions épiques sur des idées originales, d’une taille que peu de gens peuvent revendiquer, à l’exception peut-être de Steven Spielberg et James Cameron. Mais, avant son énorme succès au box-office, Nolan s’est fait les dents en réalisant des mystères noirs à plus petite échelle comme Memento. Envoyant un signal clair d’un réalisateur en contrôle total de sa capacité narrative, Memento utilise la perte de mémoire du protagoniste pour construire un mystère construit autour de son incapacité à se souvenir et raconte l’histoire dans l’ordre inverse. Egalement placé contre le chaud soleil du désert, Memento brûle comme un Polaroid qui s’estompe.

9 LA Confidentiel

Frères Warner

L’adaptation décorée, luxuriante et violente de Curtis Hanson du roman de James Ellroy a toute la texture d’un noir classique, mais le traduit pour un public moderne. Trouver plus de couleur là où il y aurait des ombres dans les confins de Los Angeles ensoleillé, mais toujours aller au cœur de la corruption des flics. Avec quatre performances centrales de Kevin Spacey, Kim Basinger, Guy Pearce et la force brute de Russell Crowe. LA Confidential se présente comme un incontournable du néo-noir.

8 Instinct de base

Photos de Tri Star

Le cinéaste néerlandais Paul Verhoeven a connu une série de succès retentissants en Amérique de la fin des années 80 au reste des années 90. Se prélassant presque toujours dans une morsure satirique équilibrée avec une violence sanglante et d’autres provocations, Basic Instinct savourait dans ce style offrait également une sensation de livres de poche en pâte à papier à l’ancienne. Avec la chimie sexy entre le charisme louche de Michael Douglas en tant que détective qui est au-dessus de sa tête lorsque la méchante Sharon Stone enroule ses doigts meurtriers et trompeurs autour de lui. Basic Instinct a tous les ingrédients du noir tout en réduisant ses rythmes narratifs.

7 Couverture profonde

Cinéma nouvelle ligne

Une plongée élégante mais sombre dans les zones morales grises de l’infiltration, mais aussi la politique corrompue de la guerre contre la drogue et la façon dont la police fabrique le crime, Deep Cover est l’opus magnum de Bill Duke. Mettant en vedette un jeune Laurence Fishburne dans le rôle du flic ambitieux qui est pris dans le jeu de la drogue si profondément qu’il a l’intention de ne jamais revenir en arrière et de le reprendre lui-même, contré par un tour de gangster hilarant de Jeff Goldblum, Deep Cover comme toute la stylisation du noir et n’a pas peur de montrer la violence nihiliste et brutale qui corrompt les joueurs. Il contient également la célèbre chanson « Deep Cover » de Dr. Dre et Snoop Dogg qui est sortie pour le film.

6 Diable en robe bleue

Sortie de Sony Pictures

La série de films noirs de Carl Franklin dans les années 90 rend son absence du cinéma au cours de la dernière décennie très discutable. Avec Denzel Washington en tête en tant que détective privé réticent, pris dans un enchevêtrement de mésaventures politiques et d’enlèvements. Devil In A Blue Dress reprend tous les accents du noir classique – la voix off, la demoiselle en détresse, la consommation excessive d’alcool, un homme pris dans un mystère au-dessus de sa tête, la musique jazz de mauvaise humeur – et l’a refait avec une distribution à prédominance noire. Avec Don Cheadle dans le rôle de son futur partenaire dans le crime, Devil In A Blue Dress était une parfaite appropriation du noir pour les années 90.

5 Autoroute perdue

Films d’octobre

Les films de David Lynch fonctionnent mieux dans un linceul de mystère. Son ton sombre, maussade et souvent ambigu souligné par les thématiques d’échange de corps rend son style apte au noir. Lost Highway a l’allure loufoque et enivrante de Bill Pullman, le jazzman empêtré dans une pagaille avec sa femme blonde devenue femme fatale, Patricia Arquette. Le film fonctionne d’une manière lente et magnifiquement déroulée, un peu comme une autoroute. Mais son mystère sans prétention plein de rebondissements inattendus en fait l’un des meilleurs.

4 Les escrocs

Films Miramax

The Grifters est un néo-noir mal à l’aise, sombre et tendu avec une performance en petits groupes d’Annette Bening alors qu’elle se situe entre l’étrange relation entre les escrocs professionnels John Cusack et Angelica Huston. Ce dernier a une relation mère-fils étrangement trompeuse qui donne au film un côté sombre tout en s’amusant à mesure que les arnaques se poursuivent. La direction simple mais atmosphérique de Stephen Frears donne à The Grifters un style distinct qui le place comme l’un des meilleurs films de genre des années 90.

3 Fargo

Photos de Gramercy

Les frères Coen ont fait irruption sur la scène cinématographique avec un chef-d’œuvre néo-noir des années 80, Blood Simple. Un territoire où ils reviennent souvent. Avec Fargo, ils ont décidé de revenir vers le paysage minimal et clairsemé de Noir qui a mis leur nom sur la carte après quelques ratés. Fargo est l’un des premiers chefs-d’œuvre du crime des Coen qui agit comme une histoire sauvage de désespoir et de criminels humbles qui ne respectent aucun code moral. Rempli d’un rôle principal incroyable de la muse Coen Frances McDormand, qui lui a valu son premier Oscar. Fargo mélange le sérieux amusant du Midwest avec une violence brutale et insensée à un degré effrayant.

2 Roi de New York

Cinéma nouvelle ligne

Le style de mise en scène atmosphérique d’Abel Ferrara était parfait pour le boom des néo-noirs des années 90. Avec un choix stylistique brutal allant de la violence au nihilisme, avec des flics et des gangsters se battant à mort dans les rues, Christopher Walken est devenu le gangster Robin Hood dans King of New York. Prenant son représentant d’une nouvelle sortie de prison et inondant les rues de l’argent du sang, le maniaque de la danse Frank White de Walken est devenu une icône instantanée dans un monde maussade, sombre et ostensiblement violent.

1 Se7en

Cinéma nouvelle ligne

Le noir sanglant de David Fincher, trempé dans une tempête de pluie épique et tourné dans des ombres magnifiquement retranchées par le DP Darius Khondji, Se7en est l’un des meilleurs procéduraux de Finch et un néo-noir électrisant. Avec un fougueux Brad Pitt, associé à un détective vétéran de Morgan Freeman, alors qu’un tueur en série complote ses meurtres autour des sept péchés capitaux. Se7en est une marche déchirante vers des conclusions misérables pour toutes les personnes impliquées et a l’une des meilleures fins des 30 dernières années.

A propos de l’auteur

★★★★★

A lire également