Meilleurs films sur la Seconde Guerre mondiale des années 1990, classés

Meilleurs films sur la Seconde Guerre mondiale des années 1990, classés

Les années 1990 ont peut-être été la dernière décennie dorée. Tandis que les banques et les entreprises consolidaient leur pouvoir politique en coulisses (récoltant les graines dangereuses que le monde allait semer au cours des décennies suivantes), la culture a prospéré tout au long de cette décennie d’innovation technologique, de génie musical et d’éclat littéraire. Les Américains et les Russes se sont assis et ont tiré un trait sur la guerre froide, le World Wide Web de Tim Berners-Lee s’est ouvert au public, Oasis a publié Wonderwall, Wu-Tang Clan a publié CREAM et Nirvana a publié Smells Like Teen Spirit.

Le Titanic de James Cameron a battu des records, Sony a sorti la PlayStation 1 et les Chicago Bulls ont dominé la NBA. Ce fut une décennie qui a relancé la culture populaire, et c’était la première fois depuis les années 60 qu’il y avait à nouveau une identité réelle et établie. Les années 1990 ont également été la décennie de l’épopée guerrière, et en particulier des films sur la Seconde Guerre mondiale terminée 50 ans auparavant. Les cinéastes ont réussi à capturer avec précision l’ampleur réelle d’une guerre qui a touché des milliards de vies dans le monde, révélant sa brutalité et donnant une voix aux histoires de l’humanité. Voici quelques-uns des meilleurs films sur la Seconde Guerre mondiale des années 1990…

Mis à jour le 23 août 2023 par Soniya Hinduja : Cet article a été mis à jour avec du contenu supplémentaire pour garder la discussion fraîche et pertinente avec encore plus d’informations et de nouvelles entrées.

13Korczak (1990)

Films new-yorkais

Situé dans le contexte sombre du ghetto de Varsovie, ce drame de guerre biographique réalisé par Andrzej Wajda est la preuve que le cinéma peut être profondément émouvant et susciter la réflexion. Korczak met en lumière le courage et l’héroïsme de Janusz Korczak, un pédiatre qui a ardemment défendu la sécurité des enfants. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a ouvert un orphelinat de fortune et a fourni un abri, de la nourriture et une protection à plus de 200 enfants coincés au milieu d’une tragédie sanglante et de l’effondrement absolu des nations.

Joué magistralement par Wojciech Pszoniak, le documentaire montre Korczak refusant de se sauver dans ses derniers jours et travaillant jour et nuit pour garder ces enfants juifs près de son cœur. Avec de l’empathie et un minimum de dialogues, le film capture la force et la compassion de Korczak même lorsque le sort de ces enfants est incertain. Cela fait presque 25 ans que le film est sorti, mais l’histoire de Korczak, celle d’un homme qui élève la voix contre les horreurs de la guerre, a toujours un impact.

12 Aimée et Jaguar (1999)

Bande de voyous

Les effets de la Seconde Guerre mondiale se sont fait sentir partout, et ce film dramatique allemand retrace les frontières délicates d’un Berlin dévasté par les bombes en 1944, qui présente l’histoire d’amour improbable entre l’épouse d’un officier nazi et une femme juive. Lilly Wust est une femme au foyer et mère de quatre garçons, attirée par Felice Schragenheim, une combattante clandestine. Alors que leur amour se dévoile face à l’effondrement du régime nazi, certaines choses deviennent claires. Lilly n’aura à subir aucune conséquence et Felice pourra enfin espérer vivre.

Réalisé avec beaucoup de soin et d’intimité par Max Färberböck, Aimée & Jaguar décrit avec sensibilité le danger et la découverte de cette histoire d’amour. Juliane Köhler et Maria Schrader sont toutes deux incroyables dans leur rôle de femmes multidimensionnelles osant briser la norme à une époque où leur relation signifiait soit la déportation, soit la mort. Globalement esthétique et poignant, le film reste une histoire unique de romance en temps de guerre.

11 Un clair de minuit (1992)

Sortie d’InterStar

William Wharton est l’auteur éponyme du livre sur lequel ce film est basé. Situé dans les Ardennes enneigées à Noël 1944, A Midnight Clear suit les activités et les intentions d’un équipage de char américain et d’une unité d’infanterie envoyés pour occuper une maison et y rester pour observer les Allemands. Mais lorsque les Allemands se révèlent étrangement amicaux, les six hommes s’installent dans une cohabitation difficile avec les prisonniers de guerre dans le château solitaire.

Le réalisateur Keith Gordon tente de capturer l’humanité dans le film. Les soldats des deux camps sont loyaux envers leur pays, mais le lien qu’ils partagent en tant qu’hommes offrant des actes discrets de compassion les amène à formuler un plan de capitulation. Mettant en vedette un casting remarquable comprenant Ethan Hawke, Frank Whaley, Kevin Dillon et Peter Berg, le film montre comment même dans les moments les plus sombres, les hommes peuvent se considérer simplement comme des hommes et conclure des trêves.

dixNuit des Mères (1996)

Caractéristiques des lignes fines

Autre film intrigant de Keith Gordon, Mother Night est un drame de guerre romantique mettant en vedette Nick Nolte dans le rôle de l’Américain Howard Campbell. Howard ne se soucie pas beaucoup de la guerre et veut une vie paisible. Il aime assister aux événements mondains de la haute société avec sa femme Helga Noth. Mais sa liberté et son plaisir sont interrompus lorsque le gouvernement américain le charge de diffuser la propagande nazie sur les radios européennes depuis Berlin occupé. Bientôt, il est révélé que Howard travaille secrètement pour les services de renseignement alliés.

En plus d’être un drame sombre, le film recèle également de nombreux mystères qui se dévoilent après que Howard soit reconnu et emprisonné comme criminel de guerre à Haïfa, en Israël. Basé sur le roman immersif de Kurt Vonnegut, le film captive le public dans le jeu de la double identité de Howard et l’oblige à se demander où finit sa tromperie et où commence la réalité. Le film utilise des flashbacks et des récits pour créer une atmosphère d’intrigue et se distingue comme un thriller mystérieux.

9Memphis Belle (1990)

Warner Bros.

La Seconde Guerre mondiale n’était pas uniquement une affaire d’attaques et d’infiltrations. Plusieurs missions de bombardiers étaient menées à travers les pays en représailles aux violences provoquées. Memphis Belle recrée la superbe mission menée par Matthew Modine. Son équipage du bombardier B-17 de la huitième force aérienne américaine a effectué un dernier vol fatidique après avoir reçu l’ordre de bombarder une ville fortement défendue et occupée par les Alliés. Le film présente des plans époustouflants d’émerveillement aérien et d’action tendue, qui agissent tous deux comme une force motrice pour raconter l’histoire de ceux qui sont allés au-delà de l’appel du devoir.

Sous la direction phénoménale de Michael Caton-Jones, le film permet au public de ressentir l’immense pression des combats dans une guerre qui a secoué le monde entier. De plus, la résilience de ces jeunes pilotes représente aussi la solidité du cœur humain et sa volonté de ne jamais abandonner.

8 Le patient anglais (1996)

Films Miramax

Contrairement à d’autres films sur la Seconde Guerre mondiale des années 1990, tels que Stalingrad, The Thin Red Line ou Il faut sauver le soldat Ryan, il y a très peu de scènes de la guerre réelle dans le drame oscarisé d’Anthony Minghella, The English Patient. Au lieu de cela, ce conte romantique de guerre est centré sur une victime d’un accident d’avion grièvement brûlée (Ralph Fiennes) alors qu’il raconte sa vie à une jeune infirmière de combat canadienne-française (jouée par Juliette Binoche) qui s’occupait de lui pendant les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale.

Cependant, l’ombre d’un conflit plane sur The English Patient. Des flashbacks intrigants révèlent l’histoire traumatisante du personnage principal, une version romancée de László Almásy, un cartographe qui a dressé des cartes de zones désertiques inexplorées pendant la guerre.

7 Europe Europe (1990)

Photos de Orion

Europa Europa, le drame de guerre d’Agnieszka Holland, lauréat d’un Golden Globe, raconte l’histoire incroyable mais vraie de Salomon Perel, un juif de seize ans (interprété par Marco Hofschneider) qui a survécu à l’Holocauste en se déguisant en un pur Allemand aryen et en rejoignant le Jeunesse hitlérienne.

Au cœur du film se trouve l’étude complexe et fascinante du personnage d’un jeune homme qui, après avoir reçu son exemplaire de Mein Kampf, est aux prises avec une profonde crise d’identité et se bat pour rester en vie au milieu des horreurs de la guerre.

6La vie est belle (1997)

Groupe Cecchi Gori

La vie est belle, lauréate d’un Oscar, est un portrait incroyablement émouvant de la vie d’une famille juive italienne pendant la Seconde Guerre mondiale, sous les idéologies antisémites de droite d’Hitler et de Mussolini. Guido Orefice (interprété de manière si stimulante par Roberto Benigni, qui a joué et réalisé le film), est un propriétaire de librairie juive à l’époque de la « solution finale » de l’Allemagne nazie.

Il tente de protéger sa jeune famille des obscénités qui semblent s’abattre sur elle. Guido, un père et mari dévoué, fait tout ce qui est en son pouvoir pour distraire son fils des réalités de la guerre et des camps de concentration par tous les moyens possibles dans ce film déchirant.

5 Stalingrad (1993)

Libération de brin

La sanglante bataille de Stalingrad, qui coûta la vie à plus de 20 000 hommes par jour, fournit un exemple de la barbarie de la guerre. Campée juste à l’extérieur de la ville russe de Stalingrad, se trouvait l’armée allemande sous-préparée.

Ils ont été ravagés par le climat glacial et gravement désavantagés par l’attaque impromptue qu’ils devaient mener. Le film de Joseph Vilsmaier, Stalingrad, est une description choquante de l’extrême étendue des difficultés endurées par un régiment allemand.

4Souterrain (1995)

Ciby 2000

Réalisé par Emir Kusturica, Underground est un film de guerre satirique serbe qui décrit l’effort de guerre dans la capitale serbe de Belgrade. Lauréat de la Palme d’Or en 1995, Underground suit l’histoire de deux amis.

Ils se préparent à l’invasion allemande imminente de la Serbie, alors qu’ils rassemblent des armes et des fournitures et se déplacent dans la clandestinité. Après la fin de la guerre, Blacky (Miki Manojlovic), le seul autorisé à sortir du bunker souterrain, n’informe pas ses amis de la fin de la guerre.

3 La fine ligne rouge (1998)

Renard du 20e siècle

Le film de Terrence Malick, le beau et poétique The Thin Red Line, a eu le malheur de sortir trois mois après le navire de guerre de Steven Spielberg, Il faut sauver le soldat Ryan. Semblable à être éclipsé par votre jumeau, obtenant un A à un examen alors qu’il obtient un A+, le grand retour de Malick au cinéma après deux décennies ne reçoit toujours pas l’attention qu’il mérite.

Néanmoins, The Thin Red Line a connu un succès critique, et suffisamment de personnes sont allées voir son incroyable casting (George Clooney, Sean Penn, Adrien Brody, Woody Harrelson, John Cusack, Nick Nolte, John Travolta, John C. Reilley, Jim Caviezel). que le film rapportait suffisamment d’argent pour garantir que Malick ne disparaisse plus du cinéma. Se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, lors de la bataille de Guadalcanal, le film suit un bataillon de GI américains alors qu’ils font face à une lutte acharnée contre les Japonais, mais l’intrigue n’est que la toile de fond d’une méditation poétique sur la violence et le mal.

2 La Liste de Schindler (1993)

Images universelles

Spielberg, accompagné d’une équipe et d’un ensemble exceptionnels, était un élément presque permanent sur scène aux Oscars de 1995, remportant sept Oscars pour l’extraordinaire histoire vraie La Liste de Schindler. L’adaptation cinématographique du roman L’Arche de Schindler est une histoire d’héroïsme, d’humanité et de compassion. Tourné dans une ambiance monochromatique, Spielberg a réalisé cette histoire réconfortante d’Oskar Schindler (Liam Neeson), propriétaire d’usine, industriel et membre du parti nazi qui sympathise avec les Juifs persécutés par le régime fasciste d’Hitler.

Pour assurer la sécurité du plus grand nombre possible de Juifs dont il a la garde, Schindler écarte la menace toujours importante des camps de concentration en insistant sur le fait que les travailleurs juifs de son usine d’émail sont essentiels à l’effort de guerre allemand. C’est une démonstration à couper le souffle de la part de Neeson, même s’il est sans doute éclipsé par la performance déterminante de la carrière de Ralph Fiennes dans le rôle de l’antisémite psychopathe Amon Goeth.

1 Il faut sauver le soldat Ryan (1998)

Travaux de rêve

Certains films vous restent, certains pendant un an, d’autres pendant plusieurs, mais peu à peu votre souvenir commence à s’amenuiser jusqu’à ne plus vous retrouver que de repères et de vagues souvenirs. Il faut sauver le soldat Ryan de Spielberg est une anomalie, en partie parce que c’est le film par défaut d’une chaîne de télévision le dimanche soir, mais aussi parce qu’il a été considéré à juste titre comme le meilleur film de guerre de tous les temps. C’est la bombe atomique des scénarios militaires. La saga commence avec la scène d’ouverture la plus définitive de l’histoire du cinéma de guerre et sans doute de l’histoire du cinéma.

Lorsque le capitaine Miller (Tom Hanks) mène ses troupes sur la plage d’Omaha lors du débarquement en Normandie, accueilli par une mer de tirs nazis, de bombardements et de défenses fortifiées piégées. Miller et son régiment sont chargés d’effectuer une mission de recherche et de sauvetage pour le soldat Ryan, dont les trois frères ont tous péri pendant la Seconde Guerre mondiale. La pièce maîtresse de Spielberg capture la véritable quintessence de la guerre et sa réalité sanglante et insensée. En plus d’être une histoire patriotique d’héroïsme, Il faut sauver le soldat Ryan, c’est aussi un sombre rappel du coût de la guerre : des vies humaines.

Publications similaires