marvel-comment-sont-ils-vus-par-ridley-scott
|

Marvel : que pense Ridley Scott des films de super-héros ?

Ridley Scott dépassé par son époque ?

AlienBlade RunnerThelma et Louise La carrière hollywoodienne de Ridley Scott est brillantissime, tout le monde s’accorde là-dessus. Au box-office mondial, le cinéaste britannique a permis d’accumuler plus de 4,1 milliards de dollars de recettes en presque cinquante ans de carrière. Ses films ont marqué plusieurs générations et lui ont permis de s’essayer à des genres différents.

Dernièrement, il a réalisé l’excellent Dernier Duel avec Matt Damon, Adam Driver et Jodie Comer, une sorte de clin d’œil aux Duellistes, le tout premier film qu’il a réalisé en 1977. Malgré ses qualités, le film n’a pas rencontré son public (James Bond et l’immonde Venom sont en partie responsables). Ridley Scott ne va cependant pas rester sur cette déconvenue bien longtemps : son nouveau film arrive le 24 novembre 2021. En pleine tournée promotionnelle pour la sortie d’House of Gucci, il a néanmoins tenu à régler ses comptes.

Dans une interview donnée au magazine Deadline en attendant son nouveau film, le réalisateur s’en est pris aux films de super-héros. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne mâche pas ses mots :

« Les meilleurs films sont presque toujours portés par les personnages. On peut parler des super-héros si vous le voulez, parce que je vais les défoncer. Je vais les défoncer ! Putain qu’est-ce qu’ils sont chiants ! Les scénarios ne sont vraiment pas bons. Je crois que j’ai moi-même réalisé trois films de super-héros qui ont été très bien écrits : le premier, ce serait Alien avec Sigourney Weaver, le deuxième, c’est ce putain de Gladiator et le troisième c’est Harrison Ford dans [Blade Runner].

Ce sont des films de super-héros. Donc pourquoi les films de super-héros n’ont pas de meilleures histoires ? Je suis désolé, je m’emporte, mais vraiment… Ils sont tout juste sauvés par les effets spéciaux et ça devient vraiment pénible. »

Quelle défense choisie par Marvel ?

Ridley Scott n’est pas la seule légende de l’industrie à critiquer aussi vertement les films de super-héros et la place qu’ils ont pris à Hollywood depuis quelques années. Denis Villeneuve, réalisateur acclamé de Dune parlait récemment de « copier-coller » tandis que Martin Scorsese multiplie les piques acerbes contre un genre cinématographique qu’il méprise profondément.

La situation est intéressante : jusqu’ici, Marvel et consorts n’étaient pas parvenus à polariser à ce point l’industrie hollywoodienne. Une vraie division générationnelle se forme entre les cadors de l’industrie qui ne veulent pas disparaître et une incroyable machine de divertissement qui avale tout sur son passage. Les grandes mouvements de l’Histoire du cinéma ont justement connu ce genre d’affrontement générationnel qui promet de s’intensifier encore et encore dans les prochaines années.

Avec le recrutement de cinéastes salués par les tenants d’un plus grand « académisme » cinématographique (on pense par exemple à Chloé Zhao, réalisatrice de Nomadland et des Éternels), les univers super-héroïques espèrent montrer qu’ils ne sont pas qu’une machine à fric. Pour convaincre l’establishment hollywoodien, il faudra encore un peu de temps.

A lire également