Marvel a viré Jonathan Majors : les 3 solutions pour "sauver" le bordel des Avengers avec Kang

Marvel a viré Jonathan Majors : les 3 solutions pour « sauver » le bordel des Avengers avec Kang


Découvrez 3 stratégies envisageables pour Marvel Studios

Le géant du cinéma Marvel a récemment rencontré un obstacle majeur : le départ de l’acteur Jonathan Majors, qui incarnait le redoutable Kang le Conquérant. Ce revirement sème le trouble dans la continuité de la Saga du Multivers, à fortiori pour l’opus « Avengers: The Kang Dynasty ». Sans son antagoniste de proue, quelles options envisage Marvel pour maintenir le cap de sa franchise lucrative ? Trois scénarios possibles se dessinent.

Recast ou Renouveau ? Les solutions de Marvel

En première ligne, l’option la plus évidente serait de procéder à un recast de l’acteur pour Kang. Grâce au concept du Multivers mis en scène dans plusieurs productions récentes, l’introduction d’un nouveau visage pour Kang ne déstabiliserait pas nécessairement la trame narrative en cours. Toutefois, l’idée d’un recast n’emporte pas tous les suffrages et suscite des interrogations quant au choix de l’interprète qui relèverait le défi.

Une autre piste pour Marvel consiste à tourner la page en introduisant un nouveau personnage pour remplir le rôle de l’antagoniste principal. Ce scénario aurait le double avantage de rafraîchir la saga et d’offrir un levier narratif pour apporter des innovations surprenantes. Par exemple, introduire un ennemi aussi charismatique que le Doctor Doom pourrait revitaliser l’enjeu dramatique des futurs films.

Finalement, l’option la plus extrême serait d’effacer Kang de la mémoire collective du MCU, en prenant la direction audacieuse d’une menace inédite. Des ramifications apportées par la série « Loki » pourraient être utilisées pour développer ce rebondissement. Cependant, substituer Kang par une toute nouvelle figure maléfique demanderait un ajustement ingénieux du scénario pour écrire un nouvel arc convaincant et satisfaisant.

L’Univers Cinématographique Marvel à la Croisée des Chemins

Quel que soit le chemin choisi, les scénaristes de Marvel se retrouvent face à une énigme complexe mais inspirante. Redéfinir le grand adversaire des Avengers est un défi créatif qui pourrait entraîner des conséquences inattendues sur l’échiquier du MCU. Alors que certaines rumeurs laissent entrevoir une année creuse en termes de sorties, l’effervescence des coulisses pourrait bien réserver des surprises à la hauteur des attentes des fans.

L’univers cinématographique et ses intrigues se développent avec des twists et des retournements spectaculaires. Au cœur de ces récits, le concept du Multivers est généralement représenté par des figures emblématiques dotées de pouvoirs étendus et de personnalités complexes. La tentation peut être grande d’introduire un antagoniste d’un coup de baguette magique, mais cette précipitation serait préjudiciable à sa crédibilité et son développement.

Par exemple, l’exploitation de Kang le Conquérant ne doit pas être prise à la légère. Il incarne un rôle important dans la dichotomie du Multivers et mérite une introduction et évolution méthodiques. Pour les nouvelles menaces telles que Fatalis, il convient d’orchestrer leur montée en puissance avec soin, sans précipiter leur ascension à des sommets de pouvoir.

Les superproductions cinématographiques ont tout intérêt à éviter les stratégies narratives précipitées, souvent comparées au « Snyderisme », terme qui critique l’accélération du développement de l’intrigue. Pour des personnages puissants comme Galactus, Arishem, ou encore le Beyonder, dont la présentation comme un humanoïde puéril frise parfois le ridicule, une introduction hâtive serait peu judicieuse.

Quant à Loki, le voir rétrograder au rôle de grand méchant constituerait une régression de son personnage, qui a atteint une profondeur spirituelle nouvelle. Finalement, il convient de reconnaître l’importance des personnages moins exposés, comme Ant-Man et la Guêpe, souvent sous-estimés alors qu’ils incarnent également la grandeur héroïque.

Pour conserver une dynamique réussie dans le développement de ces héritages cinématographiques complexes, la patience et la subtilité dans la présentation des personnages sont cruciales. Seul un scénario bien ficelé permettra à ces icônes de conserver leur place privilégiée dans l’imaginaire collectif, sans tomber dans la facilité ou l’absurde.

A lire également