Marty (1955) – Affaires chatouilleuses

Actualités > Marty (1955) – Affaires chatouilleuses

Marty (Ernest Borgnine) est un boucher célibataire vivant dans le Bronx avec sa mère, Theresa (Esther Minciotti). Il rencontre et tombe amoureux d’une simple institutrice, Clara (Betsy Blair), à la grande déception de ses amis et de sa famille.

Le film a remporté le prix du meilleur film, du meilleur acteur pour Borgnine, du meilleur réalisateur pour Delbert Mann (son premier film !) et du meilleur scénario pour Paddy Chayefsky. C’est aussi le quatrième film américain à remporter la Palme d’or au Festival de Cannes.

Grace Kelly remet à Ernest Borgnine son prix du meilleur acteur lors de la 28e cérémonie annuelle des Oscars.

J’ai aimé les 20 premières minutes environ du film, quand Marty est encore très timide et incertain de sa place dans le monde. Nous le voyons travailler à son travail et interagir avec sa mère et sa meilleure amie Angie (Joe Mantell), et tout cela semble très naturel. Marty se sent perdu et coincé dans sa vie monotone ; alors qu’il se promène dans New York, il se sent très immersif car le public voit de vrais endroits dans le Bronx. Cela fait paraître Marty encore plus petit, parmi la foule et les bâtiments qui se profilent. J’aime le fait qu’ils aient choisi de filmer sur des lieux réels parce que ce n’était pas très courant dans les films du vieil Hollywood. J’ai regardé cela sur la version Blu-Ray, et ça a l’air génial – le noir et blanc est très net et semble légèrement moderne.

Marty et Angie vont à la salle de bal Stardust pour essayer de ramasser des filles, bien que Marty n’ait pas beaucoup de succès. On peut vraiment sentir sa maladresse douloureuse dans cette scène, quelque chose de très relatable. La performance de Borgnine, bien que n’étant pas ma préférée, est bonne et c’était intéressant de le voir jouer un personnage plus terre à terre. Il incarne naturellement Marty, donnant vie à toutes ses bizarreries étranges.

Marty rencontre finalement Clara, venue danser avec un méchant rencard qui l’abandonne pour une autre fille. Marty et Clara finissent par passer toute la nuit ensemble, à danser et à parler pendant des heures.

Parfois, je me considère comme un romantique sans espoir et d’autres fois, je suis très cynique à l’idée de l’amour. Marty m’a fait me sentir plus comme ce dernier, ce qui n’était probablement pas l’angle qu’il visait. Cela m’a rappelé un peu Before Sunrise, un autre film d’amour se déroulant sur une période de 24 heures, basé principalement sur les interactions entre les deux personnages principaux. Cependant, avec Marty, je n’aimais pas ou ne me connectais pas suffisamment avec les personnages pour vraiment me soucier de leur relation. C’était très précipité et contre nature.

Ernest Borgnine et Betsy Blair

Le jeu d’acteur était raide et maladroit, ce qui a entraîné peu ou pas de chimie entre Borgnine et Blair. Peut-être que cela n’a pas aidé que nous n’apprenions vraiment que Marty, Clara est en quelque sorte juste là en tant que personne sur laquelle rebondir le dialogue.

En fait, la plupart des personnages féminins de ce film sont dépeints comme étant laids, ennuyeux ou tout simplement stupides. Clara est constamment qualifiée de «chien», même en face par Marty lui-même. Au lieu que le film critique la façon dont les hommes traitent et parlent des femmes comme si elles étaient des objets ou des choses à reluquer, le film lui-même le fait. Il y a une différence entre montrer que les personnages sont misogynes et les cinéastes le faire. Pour moi, cela s’est produit alors que le réalisateur et l’écrivain s’adressaient aux femmes pour une raison quelconque.

Marty est un gars plutôt sympa qui semble respecter les femmes jusqu’à ce que Clara lui évite un baiser à un moment donné de leur rendez-vous. Il éclate dans un accès de rage, bouleversé qu’elle ait rejeté ses avances. C’est une sorte de tournant dans le film; nous voyons que Marty n’est peut-être pas vraiment un gars formidable. Il continue de rester les bras croisés pendant que sa mère et ses amis harcèlent continuellement sa petite amie, et il envisage même de rompre avec Clara simplement parce qu’ils la détestent tellement.

Je comprends que Marty a une très faible estime de soi et qu’il est habitué à ce que les gens lui disent quoi faire, mais il rejette cette colère sur Clara – une femme qu’il vient de rencontrer. On a aussi l’impression que nous sommes censés aimer Marty parce qu’il fait le strict minimum et qu’il n’est pas un vrai con, comme ses amis. Ce n’est pas vraiment une raison suffisante pour que son personnage et Clara soient ensemble.

Le film a également une intrigue secondaire de la tante de Marty, Catherine (Augusta Ciolli), emménageant avec lui et sa mère parce qu’elle agace son fils (Jerry Paris) et sa femme (Karen Steele), qui ont leurs propres problèmes de mariage. Marty était basé sur une production télévisée en direct du même nom en 1953, et cette partie de l’histoire a été ajoutée uniquement pour le film. C’est définitivement ce que je ressens. C’est un peu inutile et ne sert pas à grand chose à l’histoire, en dehors d’une autre façon de détester les personnages féminins.

Esther Minciotti, Karen Steele et Jerry Paris dans une première scène de Marty.

Malgré le fait que le film ne dure que 90 minutes, il s’éternise longtemps en deuxième mi-temps et n’a pas retenu mon attention après le rendez-vous de Marty et Clara. L’histoire était si décousue et les personnages étaient inégaux dans leurs philosophies et leurs personnalités. Nous n’apprenons même pas grand-chose sur Clara, et il semble que nous devons croire qu’elle et Marty sont des âmes sœurs.

Cependant, la partition de Roy Webb est agréable et correspond très bien à l’ambiance du film. C’est romantique mais légèrement mélancolique, et ne détourne jamais l’attention de ce qui se passe à l’écran.

Lorsque le film a été ouvert à l’été 1955, il a extrêmement bien réussi auprès des critiques et du public. Je peux voir pourquoi les gens ont pu l’apprécier à l’époque, mais la plupart des éléments ne tiennent pas aujourd’hui, en particulier les rôles de genre et une partie du dialogue.

⭐⭐

Note : 2 sur 5.

★★★★★

A lire également