Bruce Willis in The Sixth Sense

M. Night Shyamalan révèle le secret d’une grande fin de film

Actualités > M. Night Shyamalan révèle le secret d’une grande fin de film

  • Domicile
  • Nouvelles du cinéma
  • M. Night Shyamalan révèle le secret d’une grande fin de film

M. Night Shyamalan, un réalisateur célèbre pour ses rebondissements, partage ses réflexions sur ce que signifie vraiment composer une belle fin pour un film.

M. Night Shyamalan parle de sa philosophie sur ce qui se passe pour faire une belle fin à un film. Le réalisateur d’horreur, dont la filmographie comprend à la fois des classiques modernes comme The Sixth Sense et Signs, et des longs métrages critiques tels que The Happening et The Last Airbender, est à la fois célèbre et tristement célèbre pour ses rebondissements majeurs. Son prochain film, Knock at the Cabin, devrait sortir en février 2023 et met en vedette Dave Bautista, Jonathan Groff et Rupert Grint.

S’adressant à Jake Hamilton, Shyamalan parle franchement des principes fondamentaux d’une bonne fin à toute histoire cinématographique tout en faisant la promotion de sa série originale Apple TV + Servant avant la saison 4. Knock at the Cabin sera le quinzième long métrage de Shyamalan, et étant donné que son dernier film ( 2021’s Old) a poursuivi sa tendance caractéristique aux rebondissements de la onzième heure, les téléspectateurs spéculent déjà sur la façon dont il pourrait mettre fin aux choses cette fois. Selon Shyamalan lui-même, cependant, le secret d’une bonne fin est extrêmement simple. Il dit:

« Ce qu’il vous reste à la fin du film devrait vous dire ce que vous avez vu… Lorsque vous collez l’atterrissage, vous leur donnez les clés pour interpréter tout ce que vous avez regardé, et je ne parle pas seulement à propos de l’intrigue. Je parle du ton et de l’approche… Quand c’est flou, ou que vous n’en choisissez qu’un aspect, ça vous déconcerte parce que ça ne parle pas à toute la pièce, à toute l’histoire. »

M. Night Shyamalan a fait de Twist Endings sa marque de commerce

Essentiellement, Shyamalan exprime clairement sa croyance dans le pouvoir d’une fin de recontextualiser massivement l’histoire qui la précède, et il s’efforce donc de la traiter avec le respect qui lui est dû. Shyamalan s’est fait un nom avec son troisième long métrage, The Sixth Sense de 1999, qui est largement considéré comme l’un des rebondissements les plus emblématiques de l’histoire du cinéma. Sur les quinze films qu’il a réalisés, neuf ont présenté des rebondissements majeurs, que l’on retrouve principalement dans le troisième acte. Alors que certains ont satisfait le public et les critiques (Unbreakable, Split), d’autres se sont révélés plus controversés (The Village, The Lady in the Water), bien que peu de dommages semblent avoir été causés à la capacité de Shyamalan à attirer le public vers ses derniers spectacles d’horreur. ans.

Pour le public, l’attente même d’une tournure à venir fait effectivement partie de l’expérience d’un film Shyamalan lui-même. Ceci est comparable à la façon dont les fans de MCU s’assoient de manière fiable dans le générique de fin de chaque film Marvel avec l’espoir qu’une scène post-crédit taquinera de futurs projets, camées ou fils narratifs. On peut dire que peu d’autres cinéastes ont une relation aussi spécifique avec leur public que Shyamalan, dans la mesure où leurs films affectent réellement le comportement typique de ce public.

Avec Knock at the Cabin racontant l’histoire d’une famille prise en otage et forcée de choisir un sacrifice humain pour éviter une apocalypse à venir, le public peut s’attendre à ce qu’une configuration de film d’horreur classique reçoive un traitement Shyamalan classique. Le film est également une adaptation de La Cabane du bout du monde de Paul G. Tremblay, qui se termine sur une note ambiguë quant à savoir si l’apocalypse est vraiment imminente. Cette ambiguïté laisse certainement à Shyamalan une grande liberté créative pour mettre fin à son adaptation, mais il se sent le mieux pour servir l’histoire dans son intégralité.

★★★★★

A lire également