Les meilleures scènes d’ouverture de l’histoire du film d’horreur

Actualités > Les meilleures scènes d’ouverture de l’histoire du film d’horreur

Les scènes d’ouverture d’un film d’horreur prédéterminent souvent si la structure globale dudit film finira par attirer le public ou non. Si nous sommes honnêtes, les téléspectateurs peuvent réellement dire dans les 10 premières minutes si un film d’horreur vaudra leur temps. L’importance de capter l’attention d’un spectateur se trouve dans la viande d’une scène d’ouverture (le contenu, le formatage, la structuration, etc.); il donne l’atmosphère et le ton d’un film.

La plupart des scènes d’ouverture commencent normalement, avec le personnage central (ou les personnages) dans un état d’esprit tout à fait normal; à la maison en regardant la télévision, en participant à des activités parascolaires (souvent du sexe) ou simplement en faisant éclater du pop-corn. Commencer un film de cette manière rappelle aux téléspectateurs la peur dans la normalité et comment elle peut être facilement brisée, préparant le terrain pour les frayeurs à venir. Une bonne scène de film d’horreur d’ouverture nous rappelle souvent qu’en réalité, ces personnages peuvent être soit nous, quelqu’un que nous connaissons, soit quelqu’un que nous aimons, et ce sentiment nous accompagne alors que nous continuons à regarder. En cela, les cinéastes sont en mesure d’utiliser des moments de suspense pour nous attirer. Ce sont quelques-unes des meilleures scènes d’ouverture de l’histoire du film d’horreur.

6 Cri (1996)

Films dimensionnels

Donc, personne n’a mangé le pop-corn.

Dans l’une des meilleures scènes d’ouverture de tous les temps, le blockbuster Scream de West Craven de 1996 rend hommage au classique de 1979, When a Stranger Calls. Dès le début, on nous présente Casey Becker (Drew Barrymore), une adolescente de banlieue qui est dans la cuisine de sa maison, en train de faire du pop-corn. Alors qu’elle se prépare pour une nuit de films d’horreur, Casey reçoit une série d’appels téléphoniques d’un inconnu qu’elle prend d’abord pour une farce.

Dans ses interactions continues avec ce type étrange (que nous savons maintenant être Ghostface), il lui fait prendre conscience qu’il sait exactement qui elle est, ainsi que le fait qu’il sait qu’elle est seule à la maison. Qu’il s’agisse de torturer et d’assassiner rapidement son petit ami Steve ou de lui donner la possibilité de jouer à un jeu pour tenter de lui sauver la vie, Ghostface tue finalement Casey, mais c’est la façon dont il la tue qui est si horrible et insondable.

Une fois que nous remarquons que les parents de Casey reviennent à la maison familiale, nous voyons également Casey à moins de quelques centimètres de les approcher, afin de signaler la présence d’un intrus. Déjà blessée par Ghostface, elle est incapable de parler et a du mal à marcher. Alors que Ghostface attrape Casey pour que ses parents ne puissent pas la voir, il termine sa poursuite et la tue. En tant que téléspectateurs, nous ressentons pour Casey parce qu’elle était si proche d’atteindre ses parents avant de faire face à sa disparition brutale. Sans oublier que la mère de Casey écoutant sa fille prendre son dernier souffle au téléphone restera à jamais dans l’esprit des téléspectateurs.

5 Halloween (1978)

Photos de Compass International

« Michael! »

Halloween de John Carpenter est souvent considéré comme le modèle du film d’horreur moderne, il est donc logique que sa scène d’ouverture soit le modèle permettant de démarrer un film d’horreur sur la bonne voie. Le film commence par nous ramener à la nuit d’Halloween en 1963, lorsqu’un jeune Michael Myers assassine brutalement sa sœur aînée. Dans ce long plan fantastiquement exécuté, nous parcourons cette scène avec Michael, du point de vue du méchant. Alors que la version plus jeune de lui semble être dans un état mental semblable à celui d’un zombie, nous le voyons attraper un couteau dans la cuisine, monter les escaliers, placer son masque sur son visage et tuer sa sœur. Sans émotion, sa cadence ne change jamais d’un état enragé; il est calme du début à la fin. Ainsi, la nature terrifiante du méchant est présentée dès le début du film.

4 Quand un étranger appelle (1979)

Photos de Colombie

« Avez-vous vérifié les enfants ?

La garde d’enfants est assez effrayante, mais associez cela à un homme non identifié appelant pour demander calmement « si vous avez vérifié les enfants », et cela doit envoyer des frissons dans le dos de n’importe qui. L’action des films d’invasion de domicile est plus qu’alarmante parce qu’ils sont si relatables et réalistes, et le fait que cela soit si bien représenté dans les cinq premières minutes de When a Stranger Calls est parfaitement effrayant, donnant le ton à ce qui va suivre. L’idée que quelqu’un ne soit pas en sécurité, même dans une maison qu’il connaît, est trop pour garder les lumières éteintes.

3 Le silence des agneaux (1991)

Photos d’Orion

Courir dans une zone isolée n’a jamais semblé plus effrayant.

Le début de Silence of The Lambs semble plutôt typique et ordinaire, et c’est en soi l’aspect le plus effrayant de tous. Alors que Clarice (Jodie Foster) sprinte à travers les bois, dans un décor qui semble être une course matinale quotidienne, le choix de la partition musicale, les angles de caméra rapprochés et l’environnement brumeux laisse le spectateur se demander ce qui pourrait arriver ensuite. La perfection thématique de l’ouverture est également particulièrement importante, car le film de Jonathan Demme parle en grande partie de Clarice courant tête baissée vers le travail dans le but de fuir ses propres cauchemars personnels. Dans cet excellent exemple d’une musique de film des années 90 faisant le gros du travail, le passage de la subtilité à une escalade plus théâtrale permet aux téléspectateurs de savoir qu’ils sont en état d’alerte.

2 Mâchoires (1975)

Images universelles

Chrissy, qu’est-ce que tu fais ?

En tant qu’êtres humains, nous avons évolué loin de l’océan sans branchies, nous devrions donc probablement nous en tenir à la terre ; de plus, d’après l’apparence de ce film, les créatures marines sont plus que fatiguées que nous envahissions leur espace. Le film classique de Steven Spielberg, Jaws, a secoué les spectateurs dès le début de l’image. Jaws a réussi à faire peur aux gens, non seulement des requins, mais de l’eau elle-même. L’aspect généralement effrayant de l’ouverture n’est pas seulement la disparition de Chrissy, mais l’accumulation sous l’angle du requin combinée à la partition minimaliste classique de John Williams. Alors que les téléspectateurs sont stratégiquement placés sous l’eau (à travers une série d’angles de caméra), nous voyons Chrissy flotter à la surface alors que le requin se dirige vers elle. C’est terrifiant parce que nous savons tous que ce qui va suivre est inévitable.

1 Le massacre à la tronçonneuse du Texas (1974)

Société de distribution de Bryanston

Traîner nonchalamment sur une pierre tombale, rien à voir ici les gens.

Ce serait probablement une déclaration honnête si quelqu’un avait dit qu’il n’avait jamais été aussi dérangé dans la vie qu’en regardant la scène d’ouverture de The Texas Chainsaw Massacre. Avant le début du film, nous sommes amenés sur un écran noir, avec un narrateur (John Larroquette) transmettant au public la signification de l’intrigue globale. En utilisant une approche de style documentaire « extraite du titre », qui a encore des gens qui demandent aujourd’hui si Massacre à la tronçonneuse au Texas était réel, l’ouverture ouvre la voie réaliste et réaliste pour ce qui va suivre.

Nous sommes immédiatement exposés à une série d’images fixes et de lumières clignotantes, où il semble y avoir des parties du corps sans vie d’un cadavre, avant de passer à une incroyable viasua des tableaux d’un cadavre calé sur une pierre tombale, tenant le cadavre d’un enfant comme la caméra prend un zoom très lent. D’un point de vue unique, on a l’impression que les spectateurs sont plongés dans un environnement hostile et terrifiant, et la peur se relâche à peine après ce chef-d’œuvre d’une scène d’ouverture.

A propos de l’auteur

★★★★★

A lire également