Les films de Jurassic Park classés après Jurassic World Dominion

Actualités > Les films de Jurassic Park classés après Jurassic World Dominion

Maintenant que Jurassic World Dominion est entré dans les salles, il est évidemment temps de mettre à jour notre classement des films Jurassic. C’est fou de penser que cette franchise a duré aussi longtemps et continue d’afficher des chiffres impressionnants au box-office malgré une formule plutôt rudimentaire. Évidemment, les opinions peuvent différer, mais c’est ainsi que je classe actuellement les superproductions de dinosaures après mon premier visionnage de Dominion ce week-end.

CONNEXES: En chiffres: la franchise Jurassic Park

6.) Jurassic Park III (2001)

Aussi mauvais que soient les films de Jurassic World, je peux au moins apprécier leur ambition. Il y a des tentatives pour orienter la franchise dans de nouvelles directions uniques, mais ces efforts échouent principalement en raison d’un talent insuffisant.

Jurassic Park III, en revanche, est un tout nouveau sac de bologne que je ne comprends toujours pas très bien. Le troisième épisode est arrivé en 2001, quatre ans après Le monde perdu, ce qui signifie que les pouvoirs en place ont eu tout le temps nécessaire pour évoquer une histoire unique qui donnerait à nos méchants reptiliens plus à faire que de courir et de manger des gens. La production a même décroché Joe Johnston, l’homme derrière The Rocketeer et Jumanji et, sans doute, le deuxième meilleur réalisateur à entrer dans la franchise. Jurassic Park III a même convaincu Sam Neil, William H. Macy et Téa Leoni d’entrer (ou de rentrer) dans le giron.

Bref, le talent est là. Alors, pourquoi le film est-il nul ? Mis à part quelques rythmes d’action snazzy et le tout nouveau Spinosaurus, Jurassic Park III suit un scénario très basique qui donne l’impression qu’il a été extrait directement des pages de l’action en direct de Disney des années 90, et continue de passer la majorité de son bref 90- minute d’exécution sur des rythmes d’action trop familiers qui manquent de punch et des personnages idiots avec un talent pour prendre des décisions stupides.

Pire encore, cela ressemble à une production incomplète faite par des personnes qui ont clairement très peu d’intérêt pour le matériel. Dommage. Jurassic Park III aurait pu fournir une étincelle à la franchise à suivre. Au lieu de cela, Johnston s’en tient à la formule et produit un produit à moitié cuit qui a failli faire dérailler la série pour de bon.

5.) Jurassic World : Royaume déchu (2018)

D’un point de vue critique, toute la trilogie Jurassic World peut être regroupée en une seule goutte géante avec seulement quelques rythmes d’action inspirés ou des bizarreries de personnages se démarquant du spectacle vide. Cela dit, Fallen Kingdom est vraiment bizarre. Ce qui commence comme une aventure jurassique assez routinière se transforme en un thriller stupide de maison hantée conçu autour de l’idée ridicule que les dinosaures pourraient être vendus sur le marché noir. Cela ne me dérange pas que le réalisateur JA Bayona fasse un swing sauvage – la franchise devait faire quelque chose de nouveau – mais Fallen Kingdom présente un clone humain, un dinosaure guidé par laser et l’une des finales les plus stupides jamais filmées – ledit clone libère le dinosaures dans le monde réel pour des raisons – qui suscitent toutes plus de rires que de sensations fortes.

Vraiment, c’était le film qui devait être fait pour arriver à la partie III – cependant, Dominion n’explore pas exactement le concept de dinosaures gouvernant la Terre – ce qui donne un peu de cinéma plutôt sans conséquence. Les dinosaures dominent toujours – juste pas assez pour mener cet exercice sombre et morne jusqu’à la ligne d’arrivée.

4.) Dominion du monde jurassique (2022)

Ceux qui aspirent à un Fast and Furious / Jurassic World n’ont pas besoin de chercher plus loin que Jurassic World Dominion de Colin Trevorrow. C’est une balade ridicule, bien que parfois amusante, qui va pour les sensations fortes de la franchise de longue date de Vin Diesel avec des résultats mitigés. Les personnages apparaissent et sortent avec exactement l’un des cinq traits – ils conduisent une moto, pilotent un avion, sont un clone, jouent dans l’original ou sont un dénonciateur – tandis qu’un assortiment de monstres CGI magnifiquement rendus piétinent chaque scène sans laissant beaucoup d’impact.

Vous vous souvenez du T. rex du premier Jurassic Park ? Les Velociraptors, le Spitter, le Brachiosaurus ou le Triceratops ? Bien sûr, vous le faites. Chaque animal a eu amplement d’espace pour éblouir le public dans des séquences passionnantes, et parfois effrayantes, conçues par un maître réalisateur.

En revanche, le nouveau film de Trevorrow présente environ 8 000 dinosaures, et je doute que le public puisse se souvenir d’une seule séquence qui n’imite pas l’original de Spielberg. Oh, il y a celui avec les plumes qui a fait cette chose, il y a le petit qui a mangé une souris, il y a ceux qui sont bizarres dans la grotte, et ce gros à la fin… oh, et le T. rex fait une apparition !

CONNEXES: Jurassic World Dominion Review: Une entrée finale confuse

Comme le récent lot de films Star Wars, Jurassic World Dominion se déplace de scène en scène sans grand but et a du mal à trouver une histoire intéressante à suivre. La poursuite de la ville susmentionnée se produit de manière si aléatoire et se termine si brusquement que vous avez très peu de temps pour traiter la raison de son existence. Les personnages évoquent apparemment de nouveaux talents à partir de rien et ne passent pas autant par des arcs émotionnels que par des histoires fabriquées.

Trevorrow essaie de donner une nouvelle vie à Dominion en ramenant les anciens joueurs Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum, mais leur donne très peu à faire. Les personnages ont fourni une étincelle dans le Jurassic Park original, mais ont passé une grande partie du film à simplement fuir les dinosaures. Ce n’étaient pas tant des héros emblématiques que des gens essayant simplement de survivre à une situation précaire. Dans Dominion, ils sont l’équivalent de Batman, Superman et Wonder Woman, jusque dans leur tenue familière rose, bleue et noire.

Si cela ne suffisait pas, Trevorrow a présenté une poignée de nouveaux personnages, à savoir Kayla Watts de DeWanda Wise, Ramsay Cole de Mamoudou Athie et Soyona Santos de Dichen Lachman, qui font de leur mieux pour laisser une marque aux côtés des joueurs de retour Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Isabella Sermon, Omar Sy, BD Wong et Campbell Scott succèdent à Cameron Thor dans le rôle de l’étrange Dr Lewis Dogdson. Pas que cela importe. Lorsque l’ancien et le nouveau se rencontrent, ils s’engagent dans un dialogue maladroit ou livrent des éléments d’exposition pour faire avancer l’intrigue.

En bref, Trevorrow tente de porter la franchise à des sommets épiques, mais ne peut pas tout à fait échapper à ses pièges. Les dinosaures se sont en quelque sorte échappés et ont peuplé la planète, mais l’histoire se concentre sur un lot de criquets dangereux – une intrigue qui finit par attirer notre assortiment de personnages dans un endroit éloigné où ils fuient des monstres de cinéma qui n’existent que pour manger des gens, mais sont en quelque sorte dignes de notre sympathie? Toute la mission d’Owen est de trouver et de ramener la progéniture d’un Raptor afin qu’elle puisse, quoi, se reproduire et éventuellement tuer des humains ? Cela n’a pas beaucoup de sens.

Nous avons ici l’un de ces blockbusters qui obligent le public à vérifier son cerveau à la porte. En tant que grand divertissement stupide, Dominion offre suffisamment de spectacles spéciaux axés sur les effets spéciaux pour divertir les téléspectateurs pendant plus de 2 heures. En tant que « dernier » Jurassic Park, il ressemble à ce vieux T-Rex fatigué – une bête lourde sans grand but qui évoque de beaux souvenirs d’une époque très lointaine où les dinosaures régnaient sur le monde.

Il est intéressant de voir comment la franchise Jurassic reflète la nouvelle trilogie Star Wars. Le premier film a plus ou moins refait l’original avec quelques rebondissements mineurs, le deuxième film a pris un virage à gauche fou et a divisé le public avec certaines de ses décisions les plus farfelues, et la troisième entrée n’est guère plus qu’un sans âme, par les chiffres exercer. Dans chaque cas, le réalisateur original a quitté le projet après le premier film et est revenu pour le dernier. Peut-être que quelqu’un d’autre que Trevorrow aurait dû diriger Dominion. Ma plus grande conclusion du film final était qu’il n’avait plus de moyens de présenter les dinosaures et qu’il avait fini par s’appuyer un peu trop sur la nostalgie et les choses qui fonctionnaient dans le Jurassic World original pour compenser le manque de nouvelles idées.

3.) Monde jurassique (2015)

La franchise Jurassic s’est éteinte à la suite des résultats médiocres au box-office de Jurassic Park III, mais la vie a trouvé un moyen sous la forme du divertissant (mais émotionnellement défunt) Jurassic World de Colin Trevorrow en 2015. Le public a afflué vers les théâtres prêts à vivre les mêmes sensations fortes et frissons. en tant qu’original de Spielberg et ont finalement reçu un redémarrage / une suite qui a renforcé l’action des dinosaures mais n’a pas réussi à fournir une colonne vertébrale émotionnelle.

Pour être juste, ni Jurassic Park ni The Lost World ne sont connus pour leurs personnages, mais Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum ont quand même réussi à fournir une étincelle au milieu de l’action des dinosaures, tout en se comportant comme de vraies personnes.

En comparaison, les héros de Jurassic World sont si incohérents avec leurs actions et si finement dessinés qu’ils suscitent plus de rires que d’acclamations. Joués par Chris Pratt (qui semble déterminé à prouver qu’il est plus que Star-Lord) et Bryce Dallas Howard, Owen et Claire sont à l’origine des événements de Jurassic World – ils libèrent l’Indominus Rex – mais ne semblent pas se soucier autant des vies perdues à cause de leurs erreurs stupides.

Il y a aussi quelques décisions stylistiques déroutantes prises tout au long de la production – honnêtement, quel parc permettrait aux véhicules en liberté (dont beaucoup sont conduits par des enfants) de se déplacer librement parmi les reptiles géants – qui distraient par leur stupidité.

En bref, là où le Jurassic Park original était un blockbuster intelligent et passionnant avec des effets spéciaux innovants, des rythmes d’action créatifs et des personnages dignes d’attention, Jurassic World ressemble à une réplique creuse conçue par des spécialistes du marketing sans une once de créativité. Bien sûr, l’action (en particulier dans la seconde moitié) apparaît parfois, et il y a certainement assez de dinosaures pour garder les enfants captivés, mais tout semble si vide ; les battements émotionnels fabriqués. Trevorrow a créé un clone de l’original qui contient des effets spéciaux modernes, de beaux acteurs et beaucoup de spectacle, mais qui manque d’émerveillement et d’âme.

2.) Le Monde perdu : Jurassic Park (1997)

Spielberg nous a fait attendre quatre longues années pour une suite à son chef-d’œuvre, et les résultats ont décidément été mitigés. Je suis entré dans The Lost World avec des attentes exorbitantes. Après tout, nous avions vécu les suites de Jaws, dont aucune n’était dirigée par Beard; et sûrement Universal et Spielberg avaient appris leur leçon.

Pas exactement.

Bien qu’il existe certainement de nombreuses séquences passionnantes dans The Lost World, aucune d’entre elles ne laisse plus qu’une empreinte de la taille d’un Compy dans nos cerveaux de cinéphiles. L’image est plus sombre et plus violente que son prédécesseur, et la cinématographie de Janusz Kamiński recouvre chaque image d’ombres épaisses qui la font parfois ressembler à un film en noir et blanc.

Pourtant, rien ne semble nouveau ou spécial. Là où l’enthousiasme de Spielberg rayonnait de chaque séquence d’action spectaculaire dans Jurassic Park, ici, l’homme passe par les étapes pour livrer un produit de qualité qui divertit à la pelle, mais ne peut pas tout à fait surmonter son design cynique.

Le monde perdu triomphe des autres suites simplement parce qu’il est, à tout le moins, réalisé avec compétence. Les personnages se démarquent du chaos sans fin, et l’action – notamment, tout ce qui concerne le T. rex (es) et les Raptors – porte suffisamment de poids pour faire frémir de temps en temps. Ce n’est pas parfait, mais The Lost World ressemble et se sent au moins comme un vrai film, même s’il est bien en deçà de la barre établie par l’original, et rend ses antagonistes aux dents acérées comme de simples monstres de cinéma plutôt que de vivre, respirer animaux.

1.) Jurassic Park (1993)

Il y a des moments où la nostalgie peut entraver une liste comme celle-ci. Notre amour des expériences de l’enfance obscurcit souvent notre jugement ou nous pousse à faire l’éloge d’un produit médiocre.

Ce n’est pas le cas dans ce cas.

Jurassic Park de Steven Spielberg n’est pas une aventure banale, mais un blockbuster extraordinaire conçu par l’un de nos meilleurs réalisateurs au sommet de sa carrière (il a simultanément réalisé la Liste de Schindler, lauréat d’un Oscar). Je me souviens avec émotion de mon premier visionnage – faire la queue pendant plus d’une heure juste pour avoir un aperçu des dinosaures de Spielberg. Le film a tellement ébloui le clan Ames que mon père a déboursé encore plus d’argent pour le voir sur un écran plus grand le week-end suivant. Au total, j’ai vu Jurassic Park huit fois dans les cinémas et j’ai compté les jours jusqu’à sa sortie vidéo à domicile. Lorsque cette nouvelle VHS brillante est arrivée dans mes cinémas, j’ai tremblé de joie et j’ai presque épuisé notre copie avant de passer au DVD et, éventuellement, au Blu-ray.

En 2013, j’ai emmené ma fille voir la réédition 3D et j’ai été choqué de voir à quel point le film de 20 ans a bien résisté. Il n’y a pas beaucoup d’effets spéciaux modernes qui se rapprochent de la crainte et de l’émerveillement de cette séquence de T. rex, et encore moins qui parviennent à franchir la ligne de démarcation entre une aventure légère, un grand spectacle stupide et un pop-corn intelligent et passionnant. divertissement.

Jurassic Park est un pour les âges. Lightning in a bottle, et l’un des meilleurs blockbusters d’été jamais produits. C’est un film que je regarde au moins deux ou trois fois par an, et qui continue de divertir toutes ces décennies plus tard. Un vrai classique qui ne sera peut-être jamais égalé.

★★★★★

A lire également