demoiselles-téléphone-actrices-récompenses
|

Les demoiselles du téléphone dans l’air du temps

Accueil » Actualités » Autour du cinéma » Les demoiselles du téléphone dans l’air du temps

Les Demoiselles du téléphone (Las chicas del Cable) est une série télévisée espagnole, créée par Ramón Campos et Gema R. Neira (créateurs des séries Velvet et Grand hôtel). Il s’agit de la première série originale Netflix produite en Espagne. Elle est diffusée sur la plateforme depuis 2017. 

La série se déroule dans les années 1920 à Madrid. Quatre femmes au poste de standardistes dans la compagnie de téléphone de la capitale, en quête d’indépendance, vont se lier d’amitié et vivre des aventures fortes en émotion. Vulnérables mais courageuses, elles feront face ensemble à de nombreux choix et événements compliqués.

Des questions sociétales à travers le temps

La femme dans la société

Si la série se déroule dans le Madrid des années 20, vous avez sans doute remarqué qu’elle aborde des sujets très marqués dans l’actualité comme le féminisme, la non-binarité, l’homosexualité, la quête d’identité… 

La société patriarcale de l’époque plante le décor, dans laquelle les femmes sont réduites à trois rôles : épouse, ménagère et mère. Leur identité se fonde ainsi autour de l’autorité masculine. En 1928, l’ouverture de la première compagnie de téléphone du pays, pousse des centaines de femmes provinciales à sortir de leur torpeur et à rejoindre la capitale. Un accès à l’emploi, certes discriminant, mais qui offre une possibilité d’émancipation et de liberté.

Les demoiselles du téléphone profite alors de cette élévation pour affirmer leurs ambitions professionnelles et personnelles. La série ne présente pas les femmes comme des victimes mais prône l’égalité des sexes. Travail, argent, sexualité, famille et amour, tous les domaines sont évoqués.

“Pour une femme en 1928, la liberté était un rêve qui semblait inaccessible.

Quelques stéréotypes

Il paraît toujours délicat d’afficher les failles de la société, au cinéma, dans les livres, ou encore à travers l’Art. En effet, quelque soit l’époque, on peut rapidement se raccrocher à des clichés et perdre en crédibilité.

L’univers des demoiselles du téléphone nous est confié sans modération. Nous sommes exposés à leur quotidien, leurs routines, mais aussi leurs déboires et leurs réussites. Les quatre protagonistes possèdent chacune des personnalités caricaturales et aux antipodes les unes des autres. Se répand alors une vague de complications qui assurent le fil scénaristique en constante simulation. Les quatre stéréotypes féminins sont donc la femme forte, la prude, la novatrice et l’épouse battue, respectivement Alba, María, Carlota et Ángeles.

Quand sommes-nous ?

Un bond dans le temps

La série des demoiselles du téléphone produit un véritable plaisir visuel. Les décors et les vêtements d’époque travaillés nous plongent sans aucun doute dans les années folles. Robes de soirée, costumes et chapeaux de toutes sortes se succèdent dans un univers gracieux et parfois festif qui colle à l’ambiance des années 1920.

Retour vers le futur

Un détail nous ramène cependant dans les années 2010 et plus. Les musiques qu’écoutent les opératrices, ou sur lesquelles elles dansent lors des soirées semblent décalées. Des airs de hip hop et de techno pour faire la fête dans les années 20. Plutôt en avance sur leur temps !

Nous pouvons tout de même défendre ce choix en déclarant que l’emploi de musiques actuelles ne cause pas de césure, mais ajoute une touche de modernité. La série ne se vante d’ailleurs pas d’être une série historique, elle s’octroie donc quelques libertés.

★★★★★

A lire également