Les Animaux Fantastiques : Les Secrets de Dumbledore Critique : Le pire film de Potter

Actualités > Les Animaux Fantastiques : Les Secrets de Dumbledore Critique : Le pire film de Potter

Quiconque a grandi dans les années 2000 voulait être un sorcier. Dessiner des cicatrices en forme d’éclair sur nos fronts et agiter des baguettes magiques tout en anticipant avec impatience le dernier livre de la série Harry Potter étaient des phénomènes culturels comme aucun autre. Le monde sorcier était une aventure constante dans laquelle nous voulions tous nous évader. Ainsi, une fois la série de films terminée en 2011, une série préquelle inférieure pour capitaliser sur le succès était inévitable. Fantastic Beasts: The Secrets of Dumbledore est le troisième film de la saga Fantastic Beasts et met en vedette le vétéran de Wizarding World David Yates dans le fauteuil du réalisateur.

Alors que les films Harry Potter occuperont à jamais une place spéciale dans mon cœur, ce film est la profondeur la plus basse à laquelle cette entreprise ait sombré. Les secrets de Dumbledore est une tentative fade de thriller politique, qui prend de mauvaises décisions créatives et ne parvient pas à capturer la magie (littérale) de la série originale. Ce film présente le remplacement remarquable de Johnny Depp dans le rôle de Gellert Grindelwald, qui a démissionné du rôle suite à une publicité négative. Après avoir plongé son orteil dans des franchises comme 007, Star Wars et Marvel, Mads Mikkelsen rejoint le monde sorcier pour son passage en tant que méchant de la franchise avec des résultats modérément efficaces.

Le film commence par développer la relation quasi amoureuse entre Grindelwald et Albus Dumbledore (Jude Law). Leur relation et le passé d’Albus sont parmi les aspects les plus fascinants de la série, révélant leurs passés imparfaits alors que le film fait appel à Aberforth Dumbledore (Richard Coyle) pour étendre l’histoire de leur famille. Malheureusement, bien qu’il soit agréable de retourner dans des endroits comme Poudlard, Pré-au-Lard et Les Trois Balais, le film n’offre rien de plus qu’une brève nostalgie enveloppée dans une histoire légèrement ridicule et des personnages non développés.

Les deux premiers films Fantastic Beasts ont prouvé que Rowling était un meilleur auteur que scénariste. Ce film ramène Steve Kloves, l’auteur de la plupart des films Harry Potter, en tant que co-auteur. Idéalement, cela aurait été un pas dans la bonne direction, mais même lui ne peut pas faire fonctionner le matériel. Les films originaux étaient remplis de personnages intéressants, alors que ce film en a beaucoup trop et aucune idée de quoi faire avec l’un d’eux. Dumbledore et Grindelwald ont une relation convaincante, mais le protagoniste, Newt, a sa compassion et sa connaissance des créatures et pas une seule autre qualité convaincante.

Ce film n’explore pas plus qu’il ne l’a déjà fait la relation de Newt avec son frère, Theseus (Callum Turner). Jacob Kowalski (Dan Fogler) est toujours divertissant en tant que Moldu hors de son élément, et il fournit beaucoup de soulagement comique comme d’habitude. Le film explore à quel point sa petite amie, Queenie Goldstein (Allison Sudol), lui manque, et bien que le film lui donne un arc, il ne se sent pas émotionnellement percutant ou mérité. Les scénaristes semblaient trop inquiets de capitaliser sur son sort dans Les Crimes de Grindelwald et ont plutôt fait le strict minimum.

De plus, le film supprime presque entièrement le personnage de Tina Goldstein (Katherine Waterson), la réduisant à une apparition en camée et nous donnant peu de sa dynamique amusante avec Newt. Son remplaçant est le professeur Lally Hicks (Jessica Williams), professeur de charmes à Ilvermorny qui l’accompagne dans l’aventure. Malheureusement, après l’introduction amusante de son personnage, elle expose verbalement les événements des deux premiers films à Jacob avant de devenir un personnage jetable unidimensionnel. Enfin, Yusuf Kama (William Nadylan) a un total d’une qualité engageante pour son personnage, qui est retirée de sa mémoire, le réduisant au même sort que Hicks.

On continue le gaspillage du film de sa multitude de personnages avec Credence Barebone (Ezra Miller). La fin des Crimes de Grindelwald a révélé que Credence était Aurelius Dumbledore, un frère d’Albus et d’Aberforth. Malheureusement, ce film revient sur ce choix créatif, conservant son statut de Dumbledore mais mélangeant l’arbre généalogique dans ce qui ressemble énormément à une reconnexion. Avec le traitement insupportablement désordonné de ses personnages par le film, c’est presque un soulagement que le personnage de Nagini ait disparu de la série sans une seule référence à ses allées et venues.

Par miracle, nous ne sommes même pas arrivés à l’histoire du film, qui entoure la fraude électorale alors que Grindelwald tente de se présenter à Supreme Mugwump. Les enjeux du film semblent remarquablement bas car le film suit une prémisse politique piétonne, dépourvue du mystère et de la joie des premiers versements de la franchise. Alors que les personnages de Harry Potter sont toujours à la recherche de réponses à un mystère entourant le plus grand tout, les personnages de Fantastic Beasts sont tous concentrés sur leurs propres histoires, ce qui conduit à des résultats étranges où des personnages comme Credence sont mis à l’écart pendant de longues périodes.

Avec une histoire qui n’a aucun sens de l’urgence, le premier moment fascinant survient une heure après le début du film lorsque nous avons un duel que Yates dirige de manière assez inventive. Malheureusement, chaque épisode de la série s’éloigne de Newt et de ses créatures magiques et se concentre sur une exécution banale de l’histoire de Grindelwald et Dumbledore. Ce n’est pas une mauvaise histoire, mais Kloves et Rowling font des choix d’écriture très conventionnels qui empêchent l’histoire d’atteindre son plein potentiel. De plus, les personnages faibles ne supportent pas le récit tout aussi flasque, sans rien à offrir en plus de la scène parfois agréable et d’une fin digne d’un sourire.

Fantastic Beasts: The Secrets of Dumbledore est un ajout décevant à une franchise dépassée. Mikkelsen fait un travail solide en tant que Grindelwald, mais avec les acteurs décrivant le personnage changeant aussi souvent que les professeurs de Défense contre les forces du mal de Harry, il peut être difficile de se connecter à son interprétation après avoir déjà vu l’excellent coup de Depp sur le personnage. C’est un film émotionnellement impuissant avec une finale décevante et pratique. Alors que la cinématographie de George Richmond et la partition musicale de James Newton Howard sont excellentes, ce n’est rien de plus que le chapitre central d’une quintologie que les gens ne sont plus intéressés à voir. Au contraire, ce film prouve à quel point les puissants magiques sont tombés en disgrâce.

Ils auraient dû l’appeler « Le film qui ne doit pas être nommé ».

NOTE : 4/10

Comme l’explique la politique d’examen de ComingSoon, un score de 4 équivaut à « médiocre ». Les aspects négatifs l’emportent sur les aspects positifs, ce qui en fait une lutte pour passer à travers.

Divulgation: Le critique a assisté à une projection de presse pour notre revue Fantastic Beasts: The Secrets of Dumbledore.

★★★★★

A lire également