Les 25 meilleurs nouveaux films en streaming en janvier 2024

Les 25 meilleurs nouveaux films en streaming en janvier 2024

Des histoires vraies de survie à la moto de Jason Momoa, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Ce n’est pas seulement un nouveau mois, mais une nouvelle année, ce qui signifie qu’il est temps de regarder de nouveaux films. Janvier 2024 propose plusieurs films passionnants en streaming, qu’il s’agisse d’histoires vraies de survie, de drames de science-fiction ou de films à sensation. Nous avons rassemblé ci-dessous les meilleurs nouveaux films en streaming sur Netflix, Prime Video, Max, Hulu, Paramount+ et Peacock ce mois-ci. Ce guide est une liste de choix conçue pour vous aider à faire la part des choses et vous permettre d’aller droit au but. Qu’il s’agisse de véritables nouveautés ou de titres de la bibliothèque qui viennent d’arriver sur vos services de streaming préférés, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Découvrez ci-dessous notre liste des meilleurs nouveaux films diffusés en janvier 2024.

« Jackie Brown

Netflix – 1er janvier

Jackie Brown », l’un des meilleurs films de Quentin Tarantino et l’un des plus méconnus, était la suite très attendue de « Pulp Fiction » du scénariste/réalisateur. Lorsqu’il n’a pas réussi à reproduire tous les sommets atteints lors de sa percée précédente, récompensée par un Oscar, il a été quelque peu écarté. Et c’est bien dommage. Le film n’a obtenu qu’une seule nomination aux Oscars, pour le second rôle de Robert Forster dans le rôle de Max Cherry, un agent de cautionnement en mal d’amour. Mais le reste de la distribution exemplaire, de Pam Grier dans le rôle-titre d’une hôtesse de l’air mêlée à un gangster de classe B (Samuel L. Jackson) à Michael Keaton dans le rôle d’un aspirant du FBI, en passant par Bridget Fonda en lapine de plage défoncée et Robert De Niro en libéré conditionnel taciturne, a été ignoré. Tout comme le scénario adapté de Tarantino, qui a parfaitement tarantiné le livre de poche pulpeux d’Elmore Leonard, « Rum Punch ». (Il s’agit de la seule adaptation dans l’œuvre du cinéaste.) Avec ses 154 minutes, « Jackie Brown » se laisse apprivoiser. Mais il s’agit d’une œuvre tellement réfléchie, déchirante et nuancée qu’il est difficile de la critiquer. Il est temps de se plonger dans l’univers de « Jackie Brown », à la fois familier et exacerbé. Mettez le volume aussi fort que vous le souhaitez, mais ne touchez pas à mes niveaux. Je les ai réglés comme je les aime. – Drew Taylor

« John Wick 1, 2 et 3

keanu reeves john wick

Netflix – 1er janvier

Netflix propose les trois premiers films « John Wick », que dire de plus ? Cette franchise improbable a démarré avec l’histoire simple d’un homme cherchant à se venger de ceux qui ont tué son chien, mais la mythologie (et les scènes d’action) s’est étoffée au fil des films. Keanu Reeves est né pour jouer ce rôle, et le réalisateur Chad Stahelski se surpasse à chaque film. Vous devrez louer le quatrième et peut-être dernier volet, mais commencez par (ou revisitez simplement) le premier trio sur Netflix dès aujourd’hui. – Adam Chitwood

« C’est compliqué »

c'est compliqué

Netflix – 1er janvier

Nancy Meyers sait comment soigner une esthétique, et bien que son film de 2009 « It’s Complicated » n’ait pas la finesse narrative de « Something’s Gotta Give » ou la romance à faire pâlir « The Holiday », il se sent tout de même comme une couverture chaude. Meryl Streep et Alec Baldwin sont des ex qui ont des enfants adultes et qui entament une liaison, alors que le personnage de Baldwin a une nouvelle famille (et un jeune enfant) et que le personnage de Streep sort avec son architecte (joué par Steve Martin). John Krasinski, Lake Bell et Zoe Kazan partagent la vedette et, oui, il y a une cuisine magnifique. – Adam Chitwood

« How to Train Your Dragon

comment-dresser-votre-dragon

Netflix – 1er janvier

Le film « How to Train Your Dragon » (2010) est une histoire d’amitié à la fois grandiose, aventureuse et pleine de compassion, qui plaira à toute la famille. L’histoire se déroule en l’an 1010 de notre ère dans un petit village viking où Harold (interprété par Jay Baruchel) est le jeune fils maladroit et léger de l’imposant chef du village (interprété par Gerard Butler). Les dragons sont censés être craints, mais lorsque Harold tombe sur un dragon rare et blessé qu’il nomme Krokmou, il apprend que les dragons ne sont peut-être pas si méchants après tout. Ils sont simplement incompris. – Adam Chitwood

« Jurassic Park », « Le monde perdu » et « Jurassic Park III »

jurassic-park

Netflix – 1er janvier

« Jurassic Park » est un chef-d’œuvre, « Le Monde perdu » est une curiosité et « Jurassic Park III »… Sam Neill est de retour, ce qui n’est pas rien. Que vous regardiez un, deux ou les trois, une chose est sûre : ces films sont meilleurs que la nouvelle franchise « Jurassic World ». Le brillant mélange d’horreur et d’effroi de Steven Spielberg reste inégalé dans le premier film, et son penchant pour les mises en scène magistrales fait que « Le Monde Perdu » vaut le détour. – Adam Chitwood

« School of Rock »

école-de-rock-noir-noir

Netflix – 1er janvier

Le cinéaste Richard Linklater est surtout connu pour ses drames humanistes, mais dans son film « School of Rock », réalisé en 2003, le réalisateur de « Boyhood » s’est lancé dans un projet commercial tout en restant fidèle à ses valeurs et à ses qualités uniques de metteur en scène. Jack Black incarne un musicien malchanceux qui vient d’être expulsé de son groupe lorsqu’il se fait passer pour son colocataire afin d’accepter un poste d’enseignant suppléant. Lorsqu’il découvre que la plupart de ses élèves ont un penchant pour la musique, il entreprend de leur enseigner l’histoire du rock afin de monter un nouveau groupe et de battre l’ancien lors de la bataille des groupes de la ville. Black est phénoménal dans le rôle principal, mais Joan Cusack vole la vedette dans le rôle de la directrice coincée de l’école préparatoire. – Adam Chitwood

« Ricochet »

ricochet-denzel-washington

Netflix – 1er janvier

« Ricochet » a désespérément besoin d’être ressuscité. Ce film d’action extravagant, réalisé par le styliste australien Russell Mulcahy (« Highlander ») et produit par Joel Silver à partir d’un scénario élaboré par Fred Dekker (« The Monster Squad »), Menno Meyjes (« Indiana Jones et la dernière croisade ») et Steven E. de Souza (« 48 Hrs. », « Die Hard »), met en scène Denzel Washington dans le rôle d’un flic de la police de Los Angeles à la morale impénétrable et John Lithgow dans celui d’un criminel qui ne peut s’empêcher de lui chercher des noises. Le film original était tellement dur qu’il a été classé NC-17 avant d’être réduit à R. Il n’est pas facilement disponible en version numérique et presque chaque fois qu’il apparaît en streaming, il est présenté dans le mauvais rapport hauteur/largeur. (Même le DVD original – la dernière fois qu’il est sorti sur support physique – avait le mauvais rapport hauteur/largeur). Quelqu’un doit trouver la version NC-17, encore plus extrême, la nettoyer et la sortir dans son format d’origine (2,39:1). Mais comme il n’y a pas de quoi se plaindre, je me suis contenté de regarder cette version sans aucun doute massacrée. « Ricochet » déchire. Et qui sait quand sera la prochaine fois que nous le verrons. – Drew Taylor

« Oblivion »

oblivion-tom-cruise-olga-kurylenko

Paon – 1er janvier

L’année précédente, ils s’étaient associés pour le film Top Gun : Maverick, le réalisateur Joseph Kosinski et la star Tom Cruise ont fait équipe pour un film beaucoup plus étrange : Oblivion. Cruise incarne Jack Harper, un homme chargé de nettoyer (et de surveiller) une terre détruite par une guerre entre l’humanité et une force extraterrestre. Bien sûr, tout n’est pas ce qu’il semble être, et Cruise commence à découvrir la vérité sur l’existence. Remarquable pour son magnifique décor de science-fiction diurne et la musique luxuriante de l’artiste électronique français M83. L’un des films les plus étranges – et les plus séduisants – que Cruise ait jamais réalisés. – Drew Taylor

« Ocean’s Eleven », « Ocean’s Twelve » et « Ocean’s Thirteen ».

oceans-eleven-cast

Paon – 1er janvier

La trilogie « Ocean’s » reste l’une des franchises les plus agréables jamais réalisées. Le film de Steven Soderbergh de 2001 a donné le coup d’envoi avec un détournement artistique et complètement ludique du genre du hold-up. « Ocean’s Twelve » est bien meilleur que ce dont vous vous souvenez, car Soderbergh modifie toute son approche esthétique pour refléter le contexte international. Enfin, « Ocean’s Thirteen » est un film amusant et flirtant qui fait entrer Al Pacino dans la danse. Soderbergh a réalisé les trois films, de sorte que le ton et la confiance restent constants, tandis que George Clooney, Brad Pitt et les autres se livrent à des pitreries de plus en plus ridicules. – Adam Chitwood

« Wallace et Gromit : La malédiction du lapin-garou »

Wallace et Gromit - Le lapin-garou

Paon – 1er janvier

Le film d’Aardman « Chicken Run : Dawn of the Nugget » d’Aardman éblouit actuellement le public sur Netflix, en route vers une éventuelle nomination à l’Oscar du meilleur film d’animation. Mais pourquoi ne pas regarder ce qui est sans doute leur plus grand long métrage, « Wallace et Gromit : La malédiction du lapin-garou », qui a remporté l’Oscar du meilleur film d’animation. Les Oscars ont même été dotés de petits nœuds papillon à l’effigie de Wallace. Vous vous en souvenez ? Chaque court métrage mettant en scène l’inventeur agité Wallace (dont la voix, inestimable, est celle de Peter Sallis) et son chien silencieux Gromit adoptait un genre différent : « A Grand Day Out » était une odyssée de l’espace, « The Wrong Trousers » prenait les contours d’un thriller d’Alfred Hitchcock, « A Matter of Loaf and Death » combinait un roman d’Agatha Christie avec les œuvres de James Cameron. Et pour le long métrage « The Curse of the Were-Rabbit », les réalisateurs Nick Park et Steve Box ont décidé de s’inspirer d’un vieux classique de la Hammer. (Ce n’est pas pour rien que Jeffrey Katzenberg, alors directeur de DreamWorks Animation, a supplié Park et Box de rendre le film « moins britannique »). Le résultat est tout à fait charmant, avec un lapin-garou géant qui se régale des légumes les plus prisés d’une ville anglaise provinciale, ce qui permet à la distribution vocale de premier plan (dont Helena Bonham Carter, Ralph Fiennes et Mark Gatiss) de s’en donner à cœur joie. L’animation est l’une des plus éblouissantes de l’histoire de la stop-motion. Elle vous donnera également envie de manger un énorme morceau de fromage. – Drew Taylor

« La momie » et « Le retour de la momie »

la momie-1999-brendan-fraser

Hulu – 1er janvier

Si vous voulez regarder un film qui est purement un bon moment, vous ne pouvez pas vous tromper avec « La Momie » – assurez-vous simplement de choisir celui de 1999. Ce film d’aventure interprété par Brendan Fraser suit un aventurier dont le destin est lié à celui d’une bibliothécaire (jouée par Rachel Weisz) lorsqu’ils sont victimes d’une ancienne malédiction. Le film est plein de frayeurs et porte avec lui un ton d’aventure en roue libre qui n’est pas différent de celui de la franchise « Indiana Jones ». La suite « Le retour de la momie » est une baisse de qualité assez importante par rapport au premier film, mais si vous avez envie de passer encore plus de temps avec Fraser et Weiz, il a ses bons moments. – Adam Chitwood

« X-Men : First Class »

x-men-first-class-cast

Hulu – 1er janvier

La franchise « X-Men » telle que nous la connaissons est peut-être terminée, mais en fin de compte, le film « X-Men : First Class » de 2011 est peut-être le meilleur de la bande. Le film remonte jusqu’aux années 1960 pour raconter l’histoire des origines du Professeur X, de Magneto, de Mystique et de Beast. Charles Xavier (James McAvoy) et son amie Raven (Jennifer Lawrence) s’associent à un mutant mécontent, Erik Lensherr (Michael Fassbender), pour former une équipe chargée d’affronter le suprémaciste mutant Sebastian Shaw (Kevin Bacon) et ses acolytes. Le réalisateur Matthew Vaughn s’inspire de la franchise James Bond pour créer une sorte d’amusement, mais il y a aussi un courant émotionnel sous-jacent, en grande partie grâce à l’incroyable distribution. – Adam Chitwood

« 21 Jump Street et 22 Jump Street

21-jump-street-jonah-hill-channing-tatum-image

Hulu – 1er janvier

Un film « 21 Jump Street » n’aurait jamais dû être aussi bon, mais c’est ce que les réalisateurs Phil Lord et Chris Miller font le mieux : transformer de mauvaises idées en grands films. Jonah Hill et Channing Tatum jouent deux jeunes officiers de police qui sont envoyés sous couverture dans un lycée pour tenter de retracer les origines d’une nouvelle drogue sur le marché, mais alors que leur propre expérience au lycée a vu Hill être victime d’intimidation et Tatum être le meilleur, le duo découvre que la dynamique sociale a changé depuis qu’ils étaient adolescents. L’histoire donne une tournure intelligente au film typique sur les lycées, tout en offrant une comédie vraiment inspirée (et folle). La suite, « 22 Jump Street », également réalisée par Lord et Miller, est un retournement hilarant sur la notion même de suites. Les personnages de Hill et Tatum sont infiltrés à l’université, avec des interprétations incroyables de Jillian Bell et Wyatt Russell. – Adam Chitwood

« Good Will Hunting »

Prime Video – 1er janvier

Le drame « Good Will Hunting » de Matt Damon et Ben Affleck, sorti en 1998, reste, des années plus tard, un film brillant et poignant. Damon et Affleck ont remporté l’Oscar du meilleur scénario original pour leur histoire d’un concierge de génie qui lutte pour atteindre son plein potentiel. Dans ce film qui se déroule à Boston, Robin Williams livre l’une de ses meilleures performances (qui lui vaudra d’ailleurs un Oscar) et Gus Van Sant signe une belle mise en scène. – Adam Chitwood

« Baby Driver »

baby-driver-ansel-elgort

Prime Video – 1er janvier

Lorsque le cinéaste Edgar Wright a quitté le film « Ant-Man » de Marvel, il s’est tourné vers un projet très différent qu’il avait envie de réaliser depuis un certain temps : « Baby Driver ». Le film de 2017 met en scène Ansel Elgort dans le rôle d’un jeune chauffeur de fuite à Atlanta qui écoute de la musique de manière obsessionnelle. Ce qui distingue « Baby Driver », c’est que tout le film est mis en musique, avec des poursuites en voiture et des séquences d’action rythmées par des chansons des Beach Boys, des Commodores et de T. Rex, pour n’en citer que quelques-unes. Jamie Foxx, Lily James, Jon Hamm et Jon Bernthal partagent la vedette de ce film d’action merveilleusement inventif. – Adam Chitwood

« Mission : Impossible » 1-4

Prime Video – 1er janvier

Mission Impossible Protocole Fantôme

Les quatre premiers films de « Mission : Impossible » sont maintenant disponibles en streaming sur Netflix, et ils sont une grand accrocher. C’est l’une des meilleures franchises encore en cours, car Tom Cruise propose des cascades qui défient la mort et une ambiance entièrement nouvelle à chaque film en raison du changement de réalisateur. Le premier film de Brian De Palma est un thriller sexy, « Mission : Impossible 2 » de John Woo est un film d’action qui fait appel à la danse, « Mission : Impossible III » de J.J. Abrams est presque une comédie romantique et « Mission : Impossible – Protocole Fantôme » de Brad Bird met l’ensemble sur le devant de la scène pour un film complet. équipe . Ces films sont spectaculaires. – Adam Chitwood

« Step Brothers »

beaux-frères-will-ferrell-john-c-reilly

Prime Video – 1er janvier

L’un des films les plus drôles jamais réalisés, « Step Brothers » est à la fois juvénile et brillant. Will Ferrell et John C. Reilly jouent deux adultes qui vivent encore avec leurs parents célibataires et qui sont forcés de vivre ensemble en tant que demi-frères lorsque leurs parents se marient. Ce qui commence comme une rivalité se transforme rapidement en camaraderie alors que ces deux-là se débattent dans un développement arrêté. Kathryn Hahn, Adam Scott, Mary Steenburgen et Richard Jenkins partagent la vedette.

« Zola

"Zola" (Crédit photo : A24)

Prime Video – 1er janvier

Le film « Zola » aurait dû être plus important. Cette comédie de 2021 a été présentée pour la première fois au festival du film de Sundance, juste avant la pandémie, et a reçu un accueil enthousiaste : une comédie à mourir de rire qui tourne au cauchemar. Basé sur un fil Twitter, le film met en scène Taylour Paige dans le rôle d’une serveuse et d’une strip-teaseuse à temps partiel qui se laisse convaincre par sa nouvelle amie (interprétée par Riley Keough) de partir en road trip à Tampa. Il s’ensuit une série d’aventures insensées et Nicholas Braun livre une performance hilarante dans le rôle d’une sorte d’himbo. Ce film est très amusant. – Adam Chitwood

« Société de la neige

Société de la neige

Netflix – 4 janvier

J.A. Bayona, le très talentueux cinéaste espagnol à l’origine de « The Impossible » et de « Jurassic World : Fallen Kingdom », est de retour avec un récit de survie basé sur une histoire vraie qui suit les survivants de la catastrophe aérienne uruguayenne de 1972 dans les Andes. (Oui, c’est l’histoire où les survivants ont fini par se manger les uns les autres pour rester en vie). Bayona est un cinéaste rare qui comprend aussi bien les scènes d’action viscérales que les nuances de la performance et l’émotion sous-jacente de l’œuvre. C’est un sujet difficile, c’est certain, mais il est merveilleusement raconté. Et si vous craignez que ce film ne ressemble trop à « Alive » de Frank Marshall, qui racontait la même histoire en 1993, ne vous inquiétez pas. Bien que ce film soit formidable, il s’agit clairement d’une version hollywoodienne. « Society of the Snow » donne le ton dès le début, avec l’un des accidents d’avion les plus graphiques et les plus impressionnants de l’histoire du cinéma. En outre, « Society of the Snow » vient d’être sélectionné pour l’Oscar du meilleur film international. Regardez-le dès maintenant pour prendre de l’avance. – Drew Taylor

« Foe »

"Foe"

Netflix – 5 janvier

Un film de science-fiction indépendant à grand spectacle ! « Foe » est basé sur le roman de l’écrivain canadien Iain Reid, dont le précédent roman « I’m Thinking of Ending Things » a été transformé en un film inexplicable par Charlie Kaufman pour Netflix. Espérons que ce film sera un peu moins bizarre. Saoirse Ronan incarne une femme qui vit dans une ferme dans le futur. Lorsque son mari (Paul Mescal) obtient un emploi sur une station spatiale en orbite, elle est informée qu’un mari de substitution (Aaron Pierce) sera installé pour le remplacer temporairement. Et tout devrait se passer sans accroc majeur. Oh non, c’est tout le contraire. Lorsque « Foe » est sorti à l’automne dernier, il a été chaleureusement accueilli par la critique, qui a salué la réalisation du cinéaste australien Garth Davis (qui a coécrit le scénario avec Reid) et les performances habitées de Ronan, Mescal et Pierce. – Drew Taylor

« Transformers : Le réveil des bêtes »

Anthony Ramos et Dominique Fishback jouent dans "Transformers : Le réveil des bêtes" (Paramount Pictures)

Prime Video – 5 janvier

Septième film de la franchise « Transformers » et seulement le deuxième à ne pas être réalisé par Michael Bay (après le formidable « Bumblebee » de 2018, réalisé par Travis Knight), « Transformers : Rise of the Beasts » se déroule dans les années 1990. C’est là que Bumblebee se lie d’amitié avec un jeune ex-militaire (Anthony Ramos) et qu’ils se rendent ensemble en Amérique du Sud pour tenter d’empêcher Unicron, un Transformer de la taille d’une planète dont la voix est interprétée par le candidat aux Oscars Colman Domingo, d’engloutir la Terre. Les personnages de « Beast Wars : Transformers », une série animée populaire et une ligne de jouets qui a également vu le jour dans les années 1990, sont également intégrés à l’intrigue, Optimus Prime (Peter Cullen) et Optimus Primal (Ron Perlman) partageant l’écran. Pour certains, cela signifie beaucoup. Énergique et rempli d’effets visuels époustouflants (qui, pour la première fois dans l’histoire de la franchise, n’ont pas été fournis par Industrial Light &amp ; Magic), « Transformers : Le réveil des bêtes » est un divertissement agréable, mais qui donne envie d’assister aux scènes d’action plus inventives et plus complexes imaginées par Bay. – Drew Taylor

« Lift »

lift-kevin-hart-gugu-mbatha-raw

Netflix – 12 janvier

F. Gary Gray, qui a réalisé « Straight Outta Compton », « The Fate of the Furious » et, hum, « Men in Black International », revient avec un film d’action original, au concept élevé, mené par Kevin Hart. Dans « Lift », Hart incarne un criminel international qui dirige une bande de joyeux voleurs à la Ocean’s Eleven (parmi eux : Úrsula Corberó, Billy Magnussen, Vincent D’Onofrio et Kim Yoon-ji). Lorsque l’ancienne flamme de Hart, un agent du gouvernement (Gugu Mbatha-Raw), vient lui proposer une mission apparemment impossible, on sait qu’il doit tenter sa chance. Meilleur que le film Netflix « Red Notice », « Lift » est un thriller à gros budget agréable et parfois assez excitant, avec de nombreux rebondissements. (Les spécialistes du genre Simon Kinberg et Matt Reeves figurent parmi les nombreux producteurs du film). Si vous avez envie d’un film de casse amusant, ne cherchez pas plus loin que « Lift ». – Drew Taylor

« Les tueurs de la lune fleurie »

Les tueurs de la fleur de lune

Apple TV+ – 12 janvier

L’un des meilleurs films de l’année 2023, « Killers of the Flower Moon » de Martin Scorsese, vaut largement les trois heures et demie que dure cette passionnante saga inspirée de faits réels. Basé sur le livre de David Grann, auteur du New Yorker, « Killers of the Flower Moon » retrace le « règne de la terreur », une période comprise entre 1921 et 1926 au cours de laquelle les membres de la nation Osage, chassés de chez eux et contraints de vivre dans des réserves en Oklahoma, se sont retrouvés le groupe le plus riche par habitant aux États-Unis (grâce au pétrole qui se trouvait sur leurs terres). Un groupe d’hommes blancs, dirigé par William King Hale (Robert De Niro), fomente un complot dans lequel les hommes blancs se marient avec la famille, tuent la femme (et parfois les enfants) et héritent des « droits de propriété » de la terre. Leonardo DiCaprio joue le rôle d’Ernest Burkhart, le neveu de Hale, qui revient de la guerre et se retrouve au cœur de la conspiration. Ce qui fait de lui un personnage aussi tragique et fascinant, c’est qu’il est réellement amoureux de sa femme, Mollie Kyle (interprétée par une Lily Gladstone époustouflante). Et il est également responsable de l’organisation de sa mort et de celle de plusieurs membres de sa famille. Scorsese, qui est depuis longtemps l’un de nos meilleurs chroniqueurs de l’expérience des immigrants, réalise enfin un film sur ce que c’est que d’être un véritable Amérindien. Et les résultats sont tout aussi explosifs – et horribles – qu’on pourrait l’imaginer. – Drew Taylor

« Fast X

Jason Momoa

Prime Video – 16 janvier

Le dernier opus de la saga « Fast and Furious » (et, compte tenu des récentes allégations d’agression sexuelle à l’encontre du producteur et acteur Vin Diesel, potentiellement le dernier) a été l’un des plus controversés, avec l’abandon du réalisateur original Justin Lin en cours de production (il a été remplacé à la hâte par Louis Letterier) et un budget véritablement incontrôlable. Le film a tout de même rapporté plus de 700 millions de dollars au box-office mondial, ce qui n’est peut-être pas à la hauteur des espérances, mais n’est certainement pas à dédaigner. Et le film est toujours aussi amusant et correspond tout à fait à ce que l’on peut attendre du dixième film « Fast and Furious » : des fils narratifs entrecroisés, un méchant caricatural (Jason Momoa), de nouvelles recrues au casting déjà comiquement pléthorique (Brie Larson, Alan Ritchson et Daniela Melchior font partie des nouveaux membres de la famille) et une scène post-crédits qui promet encore d’autres volets. Mettez la pédale douce une dernière fois. – Drew Taylor

Publications similaires