belfast-review-8984341-1787461-jpg

Le souvenir d’enfance délicieusement artistique de Kenneth Branagh

Actualités > Le souvenir d’enfance délicieusement artistique de Kenneth Branagh

Kenneth Branagh écrit et met en scène un souvenir profondément personnel de l’enfance pendant « The Troubles » en Irlande du Nord. Belfast est vu à travers les yeux d’un garçon mélancolique alors que son monde explose littéralement dans la violence tout autour de lui. Il regarde sa famille bien-aimée lutter contre le conflit religieux et ethnique qui a transformé ses voisins en ennemis acharnés. Belfast est superbement tourné en noir et blanc avec des scènes éphémères de couleurs saisissantes. C’est un drame artistique bien joué qui souffre de problèmes de rythme.

Belfast se déroule initialement à l’été 1969. Buddy (Jude Hill) adore jouer dans la rue avec les autres enfants. Ma (Caitríona Balfe) garde un œil vigilant sur lui et son frère aîné (Lewis McAskie). Pa (Jamie Dornan) travaille temporairement dans la construction près de Londres. Il rentre toutes les deux semaines chez sa chère famille. La séparation met à rude épreuve le mariage des parents de Buddy. Mais ils comprennent que Papa a de la chance d’avoir un travail avec un chômage endémique.

L’innocence de Buddy est brisée lorsque les maisons catholiques de son quartier sont la cible d’une foule protestante vicieuse. Il ne comprend pas la cause de la colère. Honnêtement, Buddy ne peut pas faire la différence entre un catholique ou un protestant. Alors que l’armée britannique pénètre dans Belfast, les milices locales se battent pour nettoyer ethniquement les quartiers. Papa refuse que sa famille soit entraînée dans le conflit. Mais le « capitaine » protestant nouvellement élu exige que Pa choisisse le camp de sa religion ou fasse face à des conséquences désastreuses.

Belfast ne fait aucun effort pour décrire la haine qui a amèrement divisé un pays. Buddy agit comme un témoin honnête de la tourmente nationaliste et de ses effets sur sa famille. Ma chérit sa maison. Sa vie entière a existé dans de simples blocs. Tout ce qu’elle sait et aime a toujours été à portée de main. Papa pense qu’ils peuvent recommencer tant qu’ils sont ensemble. Ils ont une chance d’échapper à la violence alors que d’autres ne le font pas. Buddy essaie d’avoir une enfance normale avec des pressions familiales et externes importantes dans toutes les directions.

Kenneth Branagh prend le temps de montrer la routine quotidienne de Buddy. C’est la clé pour établir son point de vue. Belfast trébuche quelque peu lorsque cette exposition dure trop longtemps avec les multiples thèmes majeurs pour adultes. Les troubles, les conflits conjugaux, un béguin d’écolière, ses grands-parents, il y a tellement d’éléments de l’histoire qui tentent de gagner du terrain. Belfast emballe beaucoup de drame en quatre-vingt-dix-sept minutes. Le résultat est un ralentissement du rythme où le film traîne. Branagh avait besoin d’affiner le flux du récit.

Belfast a une cinématographie incroyable. Le film prend une tournure à la Pleasantville avec une utilisation brillante de la couleur intermittente. Nous voyons des teintes vibrantes lorsque les personnages regardent de l’art ou de la musique qui élève leur esprit. Le directeur de la photographie Haris Zambarloukos (Cendrillon, Thor) a travaillé avec Kenneth Branagh sur plusieurs de ses films. Il est absolument magistral ici et sera un sérieux candidat aux récompenses.

Belfast est un film remarquable à voir. Ce n’est en aucun cas une expérience sans faille, mais capture un point dans le temps avec une clarté créative. Kenneth Branagh réussit à livrer les expériences poignantes de sa jeunesse. Il est également utile d’avoir une excellente bande-son de succès classiques des années soixante. Belfast est une production de TKBC et Northern Ireland Screen. Il sortira exclusivement en salles le 12 novembre à partir de Focus Features.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

★★★★★

A lire également