Gold Goblin clutches his fist in Marvel Comics.

Le gobelin d’or de Marvel révèle le secret de la façon dont les méchants peuvent changer

Actualités > Le gobelin d’or de Marvel révèle le secret de la façon dont les méchants peuvent changer

Marvel révèle comment l’ennemi juré de Spider-Man, le gobelin vert, peut changer, ainsi que tous les autres super-vilains, si un personnage possède un trait essentiel. Le chemin de la rédemption pour un méchant est généralement parcouru deux fois dans Marvel Comics : une fois sur le chemin pour devenir un héros, et encore une fois en arrière lorsque l’éditorial de Marvel pense que le personnage serait mieux adapté en tant qu’antagoniste. Gold Goblin # 1 implique l’ennemi le plus tristement célèbre de Spider-Man alors qu’il tente de changer ses habitudes – et il pourrait bien réussir.

Une histoire clé de la franchise Spider-Man implique que Peter tente d’équilibrer sa vie de super-héros et sa vie civile. Il en va de même pour l’éditorial de Marvel, qui fait la distinction entre l’adhésion au statu quo de Spider-Man et l’insertion de changements à l’échelle de la franchise qui modifient sa vie de façon permanente. Certains de ces changements sont restés fidèles au personnage (Peter est diplômé de l’université et la mort de Gwen Stacy), tandis que d’autres ont rapidement disparu (la mort de tante May et, plus tristement célèbre, le mariage de 20 ans entre Mary Jane). Pour les méchants, il est de plus en plus difficile de changer, mais possible s’ils possèdent la culpabilité incompréhensible de Spider-Man.

Dans Gold Goblin # 1, écrit par Christopher Cantwell avec des illustrations de Lan Medina, Norman Osborn tente de tourner une nouvelle page. Il a jeté son costume Green Goblin et a créé un nouveau personnage Gold Goblin. Alors qu’il utilise toujours son planeur gobelin et ses bombes citrouilles, il les utilise pour le bien, sauvant des innocents au lieu de les blesser. Malheureusement, Osborn est néanmoins hanté par les péchés qu’il a commis et, plutôt malsain, présente des signes de comportement autodestructeur. « J’admets… ça faisait du bien d’abattre le Hobgoblin avec Peter », se souvient-il. « Parce qu’honnêtement… c’était comme si je me frappais moi-même. »

La culpabilité de Norman Osborn est plus puissante que celle de Spider-Man

À la fin de l’arc Kindred, les péchés de Norman Osborn ont été « nettoyés », mais en fin de compte, il est toujours responsable du changement de son comportement. L’ancien gobelin vert est pratiquement submergé par le chagrin et la culpabilité de ses actions, et c’est là que réside l’aspect le plus essentiel du changement : le regret de ses actions passées. Dans l’arc narratif actuel de Zeb Wells, Norman fait tout ce qui est en son pouvoir pour prouver qu’il est un homme différent : il travaille avec Peter Parker, le protège pendant ses missions et est prêt à l’aider en un clin d’œil.

Si Norman Osborn peut supporter ce changement provoqué par la culpabilité assez longtemps, peut-être que le Green Goblin cessera d’exister et que le Gold Goblin prendra sa place. Les méchants de Spider-Man, aussi classiques soient-ils, changent rarement, et les efforts d’Osborn ici (ainsi que l’équipe éditoriale) doivent être applaudis. Seul le temps dira si le Green Goblin, comme le mariage de Spider-Man, disparaîtra et le nouveau et amélioré Gold Goblin deviendra une écurie de la franchise Spider-Man.

★★★★★

A lire également