antlers-review-3895860-1592158-jpg

Le film de monstre atmosphérique n’est pas effrayant

Actualités > Le film de monstre atmosphérique n’est pas effrayant

Antlers est un film de monstres profondément atmosphérique qui échoue au principe le plus important du genre d’horreur. Ce n’est pas effrayant du tout. Chaque frayeur est diffusée à un kilomètre et demi. Les personnages se comportent de manière irrationnelle dans des situations dangereuses. Il n’y a jamais de doute sur le résultat. Il suit les tropes standard que le public a vu un million de fois auparavant. Le manque de tension réaliste est extrêmement décevant. Surtout quand le casting, les effets de créature et les commentaires sociaux sont si bien faits.

Antlers se déroule dans une ville reculée de l’Oregon entourée de brume, de pauvreté et de production de méthamphétamine. Keri Russell incarne Julia Meadows, une enseignante à l’école primaire locale hantée par l’alcoolisme et une éducation abusive. Elle est revenue dans sa maison d’enfance pour vivre avec son frère. Paul (Jesse Plemons) est le shérif réticent de la ville. Il a du mal à expulser les personnes pauvres qui n’ont nulle part où aller et aucune option d’emploi en dehors des drogues illégales.

CONNEXES: Guillermo Del Toro fait ses débuts avec Antlers Featurette pendant [email protected] Panneau

Julia devient extrêmement préoccupée par le comportement et l’apparence d’un élève victime d’intimidation. Lucas Weaver (Jeremy T. Thomas) est maigre, sale et dessine des images horribles dans son carnet de croquis. Son frère cadet, Aiden (Sawyer Jones), a été retiré de l’école par leur père, Frank (Scott Haze), un revendeur de méthamphétamine connu. Pendant ce temps, dans les bois environnants, un chasseur indigène (Graham Greene) trouve un cadavre sauvagement mutilé avec d’étranges restes de bois près du corps.

Le réalisateur Scott Cooper (Crazy Heart, Hostiles) a travaillé pendant des années en tant qu’acteur de personnage. Il sait comment obtenir des performances émotionnellement résonantes de sa distribution. Jeune

Jeremy Thomas vole la vedette en tant que garçon terrifié confronté à une situation assoiffée de sang. Sa peur est palpable et représentée de manière réaliste. Cooper avait besoin de garder le point de vue de l’enfant comme perspective principale. Keri Russell est un leader compétent avec le matériel, mais dépeint essentiellement un stéréotype fatigué. Les meilleurs moments de Antlers impliquent chaque scène avec l’enfant. L’honnêteté et la crudité de ses réactions primaires supplantent la banalité d’un complot stéréotypé.

Antlers vend la misère existentielle du désespoir économique. Ce qu’il ne parvient pas à faire, c’est déclencher un saut, un halètement ou un œil détourné. Les personnages secondaires abandonnent l’instinct de conservation et servent leurs entrailles comme un buffet humain bénévole. Leur comportement illogique n’a aucun sens et met ma patience à rude épreuve en regardant des films d’horreur idiots. Scott Cooper n’a pas fait de film idiot. Mais ses efforts pour provoquer des peurs viscérales ne sont tout simplement pas couronnés de succès.

Les bois peuvent être appréciés pour leur artisanat. Mais le public n’entre pas dans ce film en raison de son exploration des problèmes financiers d’une ville minière rurale de l’Oregon. La valeur de divertissement est directement corrélée au facteur de peur. C’est l’attente que le marketing du film met en place. Honnêtement, la jauge de recommandation pencherait vers le positif si je bronchais ne serait-ce qu’une seule fois. Il n’y a pas de surprises ici. Je n’ai pas eu peur une seconde de ce film. Tout se déroule exactement comme prévu jusqu’au dernier coup. Antlers est une production de Phantom Four Films, DDY et Mirada Studio. Il sortira exclusivement en salles le 29 octobre sur Searchlight Pictures.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

★★★★★

A lire également