Doug Jones and Conrad Veidt as Cesare in The Cabinet of Dr. Caligari, 2005 and 1920

Le film centenaire qui a inspiré BEAUCOUP de vos réalisateurs préférés

Actualités > Le film centenaire qui a inspiré BEAUCOUP de vos réalisateurs préférés

Le Cabinet du docteur Caligari, film muet allemand de 1920, était complètement novateur pour son époque et continue d’influencer les cinéastes à ce jour. Émergeant de l’expressionnisme allemand, un mouvement moderniste dans lequel la réalité était déformée pour un effet émotionnel, Le Cabinet du Dr Caligari utilise un ensemble composé de toiles peintes positionnées à des angles improbables. Chaque élément a été conçu pour provoquer un sentiment de menace et de malheur imminent. C’était le premier film à créer un paysage mental, un fantasme psychologique subjectif.

De nombreux artistes, tels que le pionnier du film d’horreur Alfred Hitchcock et le maître de l’étrange Tim Burton, ont depuis été influencés par le chef-d’œuvre du réalisateur Robert Wiene. Le Cabinet du Dr Caligari racontait l’histoire de François, du Dr Caligari et du serviteur du Dr Caligari, Cesare. Le docteur Caligari s’installa à une fête foraine avec son serviteur somnambule Cesare, qui dormait depuis vingt-trois ans et pourtant pouvait prédire l’avenir. Une série de meurtres macabres s’est produite, et le Dr Caligari et Cesare ont été blâmés. Ce qui a suivi était une tournure inhabituelle de l’intrigue qui a laissé le spectateur se demander si les événements se sont réellement produits ou s’ils étaient le produit de l’esprit d’un fou, semblable à l’île sinueuse de Shutter Island de Martin Scorsese.

Pourquoi le cabinet du Dr Caligari est si influent

Le cabinet du Dr Caligari était si innovant car il utilisait des images et des techniques inédites. Dans la vidéo Cinema Stories de Tyler Knudsen, « Le Dr Caligari a fait plus qu’inventer des films d’horreur », il a discuté de la manipulation de la lumière et de l’ombre par Wiene et de la façon dont les décors du film contribuent grandement au malaise. Dans l’Allemagne d’après la Première Guerre mondiale, les matières premières étaient difficiles à trouver, ce qui a conduit à la créativité par nécessité de la part des designers.

L’effet des toiles peintes était troublant et créait des distorsions délibérées de perspective et d’échelle. L’accent mis sur les visages des acteurs, associé aux décors surréalistes, a rendu ce film de 77 minutes saisissant et mémorable. Comme pour le classique Psycho en noir et blanc d’Alfred Hitchcock, l’aspect et la convivialité de celui-ci avaient été copiés et réinventés depuis sa première création.

Comment Tim Burton a canalisé l’imagerie du Dr Caligari

Tim Burton a parlé de la formation qu’il a eue de grandir en voyant des photos du Cabinet du Dr Caligari. Cela s’est reflété dans son cinéma, tout comme le mouvement expressionniste dans son ensemble. Burton a une vision cinématographique unique et ses films ont souvent des visuels sombres, gothiques et macabres avec un éclairage discret. Sweeney Todd : The Demon Barber of Fleet Street en était un excellent exemple, mais peut-être que l’influence la plus claire du Cabinet du Dr Caligari a été observée dans la figure d’Edward aux mains d’argent.

Le visage pâle d’Edward, ses yeux lugubres assombris et son physique maigre et vêtu de noir étaient l’image même de Cesare. Les deux films partageaient l’ADN, alors que Sweeney Todd réalisait le plan original d’Edward aux mains d’argent de Tim Burton. L’esthétique de Burton était immédiatement reconnaissable et inspirée par l’imagerie du Cabinet du Dr Caligari.

Le cabinet de l’influence du Dr Caligari sur David Lynch

Le style de David Lynch a inventé le terme « Lynchian », qui fait référence à sa scénographie hautement stylisée et à son antiréalisme. L’influence du Cabinet du Dr Caligari s’est fait sentir dans Twin Peaks: Fire Walk With Me, Lost Highway et Mulholland Drive. Ces films avaient une dualité de ton et des rebondissements inquiétants tout droit sortis de Caligari.

Lynch a également utilisé le concept de narrateur non fiable, dans lequel le public ne peut pas faire confiance à ce qui est présenté car le narrateur n’est pas une voix stable et cohérente. Dans Blue Velvet et Eraserhead, David Lynch renverse le thriller psychologique. Les deux films créent un sentiment de surréalité ouvert à l’interprétation, notamment en inspirant une théorie selon laquelle Blue Velvet concerne l’assassinat d’Abraham Lincoln. Le personnage de Frank Booth, joué à la perfection dérangée par Dennis Hopper, avait toute la menace démente du Dr Caligari, bien que ce dernier n’ait pas le sadisme sexuel de Frank.

Shutter Island de Martin Scorsese emprunte beaucoup au cabinet du Dr Caligari

Shutter Island de Martin Scorsese, basé sur le roman de Dennis Lehane, était plein d’images expressionnistes. Le décor d’un hôpital psychiatrique faisait écho au Cabinet du Dr Caligari. Le film a également utilisé la fin de la torsion, la narration instable et le psychiatre ténébreux, tout comme le film qui l’a inspiré.

Les scènes du quartier C, ainsi que la scène de la falaise, ont montré que la recherche de la vérité par Teddy l’avait poussé à bout, tout comme l’obsession de Francis de retrouver le tueur de son ami Alan à Caligari. Scorsese a déclaré que Le Cabinet du Dr Caligari était l’une de ses principales influences et qu’il voulait adapter le livre de Shutter Island en un film expressionniste.

The Shining de Stanley Kubrick s’inspire du Dr Caligari

Comme pour Le cabinet du Dr Caligari, Stanley Kubrick a utilisé des angles discordants pour représenter des psychés profondément fracturées dans The Shining. La détérioration de l’état mental de Jack Torrance se reflétait dans le décor alors que l’hôtel Overlook le réclamait lentement. Les errances sans fin de Danny dans l’hôtel ont également montré des rebondissements impossibles. Il semblait n’y avoir aucun sens à la disposition de l’Overlook. Comme Le Cabinet du Dr Caligari​​​​​​, The Shining a raconté sa propre histoire via des impossibilités spatiales et le sentiment que le drame, se déroulant ailleurs, ne serait pas aussi efficace. Le film a fait courir l’esprit du public avec effroi et appréhension, non pas à travers des sauts effrayants et sanglants, mais à travers les détails troublants de The Shining’s Overlook Hotel.

La scène de douche psycho d’Alfred Hitchcock a été influencée par le Dr Caligari

L’influence du Cabinet du Dr Caligari s’est fortement fait sentir dans Psycho d’Alfred Hitchcock. Tourné en noir et blanc et utilisant des angles de caméra inclinés, le film emmène le spectateur dans l’esprit d’un fou. La vraie terreur ne venait pas de maniaques armés de couteaux (bien que Psycho en ait eu un), mais de l’intérieur de soi-même. Comme l’a dit Norman Bates, « Nous devenons tous un peu fous parfois. » Dans Caligari et Hitchcock’s Psycho, le tueur était dans l’ombre, cachant son identité au public, qui savait que quelque chose d’horrible allait se produire avant que le personnage à l’écran ne le fasse. L’imagerie emblématique d’un bras ombragé, la main tenant un couteau, présente dans la scène de la douche de Psycho, a rappelé le moment dans Le Cabinet du Dr Caligari où l’ami de Francis, Alan, est assassiné.

Aucun cinéphile n’est nouveau dans Le Cabinet du Dr Caligari, même s’il ne l’a jamais vu. Il avait jeté son influence ténébreuse sur tout ce qui suivit. Art, musique, littérature et cinéma, l’héritage considérable de ce film vieux de 100 ans peut encore être vu et ressenti partout. Il a inspiré des réalisateurs comme Hitchcock, Lynch, Scorsese, Kubrick et Burton. Le cabinet du Dr Caligari a été le pionnier du genre d’horreur et l’a accompli sans son et avec un budget de moins de 13 000 $. Un siècle plus tard, le film captive toujours.

★★★★★

A lire également