halloween-kills-poster-e1634339571966-2678494-6723502-jpg

Le bon le mauvais et le laid

Actualités > Le bon le mauvais et le laid

Michael Myers revient dans la suite sanglante Halloween Kills, terrorisant une fois de plus les habitants de Haddonfield, dans l’Illinois, avec un arsenal d’objets tranchants et beaucoup de respiration haletante.

Fait révélateur, j’ai en fait assez apprécié le suivi de David Gordon Green à Halloween de John Carpenter; bien que la photo soit violente à un degré inconfortable, le bien l’emporte définitivement sur le mal avec celui-ci.

Examinons tout ce qui a fonctionné (le bon), n’a pas tout à fait fonctionné (le mauvais) et a été pire qu’Halloween III : Saison de la sorcière (le truand).

*Avertissement de spoiler majeur*

LE BON

Mikey

Les positifs d’abord. Halloween Kills aurait dû s’appeler Halloween – Episode III: Michael Myers Strikes Back, car c’est essentiellement l’essentiel du film. Pas vraiment. Bien qu’il existe un complot centré sur les citoyens de Haddonfield, dirigé par Tommy Doyle (Anthony Michael Hall) cherchant à se venger des crimes horribles d’ole Mikey, une grande partie du temps d’exécution est consacrée à regarder la forme assassiner brutalement un nombre obscène de personnes dans un nombre obscène de façons — couteau, tronçonneuse, lumière fluorescente, portière de voiture, rebord, botte, poing, pouces. Et honnêtement, je l’ai creusé.

C’est le plus effrayant que Michael ait jamais été, principalement parce que le personnage, interprété par James Jude Courtney et Nick Castle, se comporte comme s’il était vraiment énervé. À un moment donné, il utilise plusieurs couteaux pour poignarder un cadavre encore et encore et semble en fait assez content de lui après chaque coup. Un autre morceau voit le célèbre tueur en série anéantir facilement un groupe de personnes en colère après avoir subi un passage à tabac assez brutal, et il semble apprécier l’opportunité.

Le dernier plan montre que Michael regarde Haddonfield depuis son ancienne maison comme un empereur assoiffé de sang désireux de porter un autre coup de couteau à ses sujets de plus en plus déloyaux. Le film lui-même est un gâchis, mais Michael se démarque en fait plus que jamais dans celui-ci.

Honnêtement, j’aime vraiment la façon dont ils mettent en valeur ses capacités d’un autre monde. Avouons-le, Michael Myers est un super-vilain surpuissant doté d’une super force, d’une invulnérabilité et d’un don pour marcher lentement, mais vite à la fois. Vers la fin du film, Laurie livre l’un des nombreux monologues sur la façon dont le mal alimente son pouvoir. Comme, plus il tue, plus il devient puissant. Je ne suis pas un fanatique d’Halloween et je ne me souviens pas de beaucoup de films au-delà de l’original de Carpenter et celui avec l’infirmière nue à l’hôpital, donc je ne me souviens pas s’il s’agit d’un report des versements précédents, mais c’est une ride fascinante au personnage de Michael Myers malgré tout.

La ville

L’un des éléments clés de Halloween Kills est la descente de la ville dans la soif de sang après les meurtres de la nuit. L’exécution de cette idée par Green est un peu décalée, avec des foules qui se déchaînent de façon hilarante en scandant « Le mal meurt ce soir », mais l’idée globale est assez nouvelle. Fatigués du sang qui coule dans les rues, Tommy et le gang rassemblent les habitants pour une partie amusante de trouver et de tuer le Boogeyman, ce qui entraîne un chaos absolu.

Mikey est un agent du chaos.

Sérieusement, il y a des commentaires intéressants à trouver, en grande partie cachés sous des performances paresseuses et un montage saccadé, mais ils existent et je les ai trouvés différents de tout ce que l’on trouvait dans les précédents films d’Halloween. L’escalade de la peur et du chaos provoqués par le carnage de Michael établit évidemment des parallèles avec certains événements récents du monde réel, mais agit également comme une forte HISTOIRE B pour tous les meurtres et événements survenus dans l’HISTOIRE A.

Cette musique

John Carpenter fournit à nouveau la musique de la photo aux côtés de Cody Carpenter et Daniel A. Davies et le trio fait un travail formidable en ajoutant suffisamment d’éléments au thème légendaire d’Halloween pour le rendre plus effrayant que jamais.

LE MAUVAIS

Laurie Strode

Ai-je tort de penser que Halloween Kills et les prochains Halloween Ends ont été initialement conçus comme un seul film, puis divisés en deux pour des raisons impliquant probablement beaucoup d’argent? Tant de moments dans le film semblent complètement déplacés, comme des scènes supprimées qui ont été maladroitement insérées dans le récit pour compléter le temps d’exécution.

Exemple : la reine slasher préférée de tous, Laurie Strode (Jamie Lee Curtis), passe tout le film assis dans un lit d’hôpital à flirter avec Will Patton toujours souriant et à prononcer des discours mal écrits qui jouent sur les meurtres de Michael. À un moment donné, notre héroïne coriace prouve qu’elle est coriace en sautant de son lit d’hôpital pour se joindre à un assaut de la foule, mais reçoit immédiatement un coup de poing dans le ventre et retourne rapidement au lit.

Je comprends que Green and Co. sauve le grand moment de Laurie pour le grand film du troisième acte, mais son temps d’écran ici est principalement un bruit blanc maladroit qui n’ajoute rien au récit. Il aurait mieux valu la garder dans une sorte de coma pendant que sa famille essaie de la protéger – et puis elle se réveille juste au moment où sa fille est tuée ! Boom.

Tommy et la bande

Halloween Kills s’ouvre sur un flashback de 1978 montrant quelques accrochages effrayants que quelques Haddonfield-ians malchanceux ont eu avec Michael en cette nuit fatidique d’octobre. L’un de ces personnages est Lonnie Elam (joué par ce type dans tout Robert Longstreet), qui, enfant, parvient à survivre à sa rencontre avec la Forme en assumant la position fœtale – qui savait? Quoi qu’il en soit, avancez vers 2018 d’aujourd’hui et Lonnie défile maintenant avec Tommy et un tas de figurants des précédents films d’Halloween; et se joint à leur quête de vengeance.

Sauf que tous meurent sans ménagement.

Lonnie meurt en fait hors écran, nous ne le voyons même pas tirer sur Michael, et encore moins essayer la tactique de la position fœtale en tant qu’adulte. Et comme son personnage n’est pas vraiment développé à part une histoire étrange impliquant le mari de Karen fumant un joint avant de sauter dans un lac sans pantalon, la question se pose : quel était le but de cette première rencontre avec le Shape ? C’était comme si Lonnie était préparé pour quelque chose de spécial, en particulier après l’avoir vu se faire intimider par un groupe d’enfants vraiment rances dès le début.

Le gardent-ils pour plus tard ? N’est-il en effet pas mort ? Ou était-il vraiment juste le père de Cameron ?

En fait, tout le gang de Tommy est parti assez rapidement. Et bien que leurs camées et leurs morts soient agréables, l’histoire de Tommy Gang contre Michael aurait pu et aurait dû aller beaucoup plus loin – pensez-y sans la tortue géante.

Le forçat évadé

Le fait que la ville poursuive un condamné évadé qu’ils pensent être Michale Myers est une idée intéressante, mais l’exécution laisse beaucoup à désirer. J’aime que le plan de Judy Greer soit d’enfermer le pauvre bâtard dans un endroit facilement accessible au public, laissant le condamné se suicider en sautant du bâtiment dans une scène qui rappelle beaucoup trop la disparition similaire de Bill Murray dans Groundhog Jour. Personne ne mentionne plus jamais cela non plus – il n’y a pas de ramifications ou de conséquences au-delà d’un peu de culpabilité et d’un collectif, « Oups! »

Bien sûr, cette scène n’a rien sur le meurtre accidentel du Dr Loomis d’un pauvre garçon malheureux dans Halloween II, une séquence qui se traduit par l’un des moments les plus drôles de l’histoire du cinéma.

LE MOCHE

Les couples rando

Tout comme ils l’ont fait avec Halloween en 2018, David Gordon Green et Danny McBride (avec Scott Teems) tentent d’injecter de l’humour dans le récit par ailleurs dramatique. Et, tout comme ce film, il tombe principalement à plat ici. Le plus flagrant au cours d’une longue période mettant en vedette un couple gay séjournant dans la maison des Myers, qui s’engage avec des enfants de la région – les enfants de ce film sont vraiment sataniques – avant de gambader dans leur maison pendant trop longtemps en s’appelant Big John et Little John et de manière prévisible, mordre la poussière de manière sanglante – un via un couteau à l’aisselle. Aïe ! Tout cela ressemble à quelque chose de Funny or Die, et complètement hors de propos dans le film, principalement parce que les performances de Scott MacArthur et Michael McDonald sont inutilement caricaturales. Ils essaient d’être drôles et leurs personnages ajoutent peu au récit au-delà de désamorcer la tension.

D’autres excentriques éparpillés tout au long du film incluent un couple de personnes âgées qui se disputent, entre autres, un drone avant que Michael ne les éteigne avec une ampoule fluorescente; et un couple de médecins et d’infirmières qui sont introduits très tôt mais meurent plutôt sans cérémonie sans grande contribution au-delà de quelques lignes « drôles ». Je suis tout à fait pour la comédie qui désamorce les tensions, mais ces personnages nuisent en fait au ton autrement sombre d’Halloween.

Souvenirs de Ray

Vous vous souvenez de ce gars Halloween (2018) qui a fait la blague amusante sur le pénis au début du film, a marmonné pendant quelques scènes et est mort comme un con avant la grande finale? Oui, moi non plus. Mais c’était Ray, la pop d’Allyson et le mari de Karen. Il était surtout un personnage jetable dont personne, y compris Michael, ne semblait se soucier beaucoup.

Halloween Kills passe pas mal de temps à essayer de nous convaincre du contraire. Si le personnage avait été développé un peu plus en quelque chose d’autre que « le mari stupide de Karen », nous aurions pu nous en soucier un peu plus. Là encore, la plupart des personnages de Halloween Kills en dehors de Laurie ont très peu de développement, alors, voici Ray !

L’enfant du milieu

Comme indiqué précédemment, Halloween Kills ressemble plus à une collection de scènes étendues / supprimées qu’à un film réel. Et donc, bien que beaucoup de choses fonctionnent, le film ne satisfait pas pleinement car il ne complète pas ses propres intrigues. Le film s’ouvre immédiatement après les événements d’Halloween de 2018 et Dylan rentre chez lui après la danse de l’école et découvre le cadavre mourant de l’officier Hawkins de Will Patton.

Hawkins, à bout de souffle, crie : « Nous devons tuer Michael ! Et je vais être celui qui l’aura !

Configuration sympa. Sauf que ça ne va nulle part. Du moins, pas dans ce film. Hawkins passe toute la durée de Halloween Kills dans le coma à côté de Laurie. Bien sûr, nous en apprenons un peu plus sur le passé de Hawkins et sur le fait qu’il a en fait épargné la vie de Michael, mais son histoire est mise sur l’étagère du film final.

Alors, pourquoi est-il ici ? Le film se termine par la mort de Karen et, à bien des égards, elle est le héros de l’histoire et celle qui prend toutes les décisions quelque peu rationnelles. Elle se précipite même pour sauver la situation pendant le point culminant, mais finit par se faire couper par la lame cruelle de Michael juste avant le générique de fin. Pourquoi ne pas concevoir un film autour d’elle ? Vous pouvez toujours présenter Laurie et Hawkins, mais construisez l’histoire autour de Karen – ou même de Tommy – plutôt que de mettre en place un tas de fils d’intrigue qui ne se termineront pas avant la troisième partie.

J’ai le pressentiment que Halloween Ends rendra Halloween Kills un peu plus cohérent, voire satisfaisant. Cependant, je soupçonne également qu’après un petit montage, on pourrait peut-être rationaliser les histoires en un film de deux heures sans les détours inutiles. Ou, peut-être qu’il n’y avait pas de plan et que nous assistons au produit préparé par Green and Co.

Quoi qu’il en soit, Halloween Ends sortira en salles l’année prochaine. Je serai le premier dans la file pour le voir.

★★★★★

A lire également