Laurence Fishburne discute du tournage dans un froid extrême pour The Ice Road

Actualités > Laurence Fishburne discute du tournage dans un froid extrême pour The Ice Road

Le drame de camionnage sur la route de glace La route de glace sort sur Netflix ce vendredi 25 juin. Liam Neeson dirige le film en tant que Mike, un conducteur de route de glace essayant de sauver les mineurs piégés avant la fin du temps imparti. Le casting comprend également Laurence Fishburne, Marcus Thomas, Amber Midthunder et Benjamin Walker. « Après l’effondrement d’une mine de diamants éloignée dans l’extrême nord du Canada, un conducteur de route de glace « gros camion » (Neeson) doit mener une mission de sauvetage impossible sur un terrain gelé. océan pour sauver les mineurs piégés », indique le synopsis officiel du film. « Confrontés au dégel des eaux et à une énorme tempête, ils découvrent que la véritable menace est celle qu’ils n’ont jamais vue venir. » Le rédacteur en chef de ComingSoon Tyler Treese a parlé avec Laurence Fishburne de son rôle de Goldenrod, un camionneur vétéran qui court également à travers le dégel. route de glace. Fishburne a parlé de se mettre au travail avec Liam Neeson pour la première fois, de la difficulté de filmer par des températures aussi froides, et plus encore. Regardez l’interview vidéo et la transcription complète ci-dessous :Tyler Treese : Laurence, The Ice Road est un très bon film et il s’agit de camionnage sur une route de glace. J’aime toujours entendre parler de préparation. Alors, connaissiez-vous déjà le camionnage sur route de glace ou qu’avez-vous fait pour en apprendre davantage sur ce rôle ? Laurence Fishburne : Chose intéressante, j’en savais très peu et je n’avais pas vraiment beaucoup de temps pour me préparer. Je peux vous dire que je sais conduire. J’avais donc l’impression d’être préparé de cette façon, et j’avais fait un film au Canada quelques années plus tôt appelé The Colony, qui était aussi un autre film par temps extrêmement froid. J’étais donc préparé. J’avais l’équipement, mais je n’étais pas allé à Winnipeg. Je n’étais pas allé au Manitoba, où j’étais plutôt excité d’aller parce que j’en avais entendu beaucoup de bien. De plus, j’étais très intéressé à travailler avec M. Neeson, quelqu’un que je connais depuis longtemps, mais avec qui je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de travailler. J’ai donc sauté sur l’occasion pour le faire. La partie la plus dangereuse du travail pour nous était vraiment l’exposition. On nous a dit qu’il ne fallait pas s’exposer aux intempéries plus de trois ou quatre minutes d’affilée car on risquait d’avoir vraiment de gros problèmes. Comment fonctionne la production autour d’une telle limitation ? Est-ce difficile de devoir s’arrêter et recommencer et de filmer ces petites giclées ? Eh bien, il n’y avait pas beaucoup de scènes qui nous obligeaient à être exposés dans des conditions météorologiques extrêmes. Une grande partie se déroule dans la cabine du camion. Ils pourraient vouloir s’assurer que ces environnements étaient chauds, vous savez ? Mais il y a eu d’autres moments où nous étions là-bas sur le lac sur la glace et ceux-ci étaient difficiles. Les choses devaient être chronométrées en quelques secondes vraiment. Nous devions juste le faire vite et ensuite nous couvrir. Vous avez mentionné travailler avec Liam. C’était génial de pouvoir enfin travailler avec lui ? Tellement génial, mec. Ce type, je suis fan de lui depuis Excalibur. Nous avons tous les deux été nominés pour l’Oscar la même année. Nous nous connaissons donc depuis, et je pense que nous voulions secrètement travailler ensemble et cette opportunité s’est présentée. Alors j’ai sauté dessus. Marcus Thomas est vraiment génial en tant que Gurty. Pouvez-vous juste parler de sa performance ? Il est si beau dans ce film et la relation qu’il entretient avec le personnage de Liam est sans faille. Encore une fois, contrairement à vous, je n’ai pas vu le film, mais j’ai hâte de le voir surtout pour voir sa performance.

★★★★★

A lire également