La star de Dirty Dancing Jane Brucker partage l’histoire derrière la chanson « Hula Hana »

Actualités > La star de Dirty Dancing Jane Brucker partage l’histoire derrière la chanson « Hula Hana »

Connaissez-vous la chanson « Hula Hana » de Dirty Dancing, où Lisa Houseman (Jane Brucker) livre une interprétation sourde pour un prochain spectacle de talents, avec de la danse ? Bien qu’elle ne soit pas bien connue en tant que scène d’ascenseur emblématique entre la sœur de Lisa, Baby (Jennifer Grey) et Johnny (Patrick Swayze), c’est toujours une scène de fans préférée à part entière.

Dans une interview avec Entertainment Weekly, Brucker a déclaré qu’une fois, lors d’une projection anniversaire d’un festival du film, elle pense que c’était le 10e anniversaire du film, elle est entrée dans une salle de cinéma à Los Angeles et personne ne l’a reconnue. Elle se sentait anonyme. Tout a changé au début de la scène de répétition du spectacle de talents lorsque la caméra s’est éloignée du pianiste.

« Lors de la projection, au début de la scène, le public a commencé à craquer et à applaudir. Je suis allé, ‘whoa!’ Ils savaient ce qui allait arriver, et ils ont ri et ont montré leur appréciation. Avant ce moment de la projection, je me suis dit : « Eh bien, j’ai eu un joli petit rôle dans un film une fois, c’est un gros problème ». Mais quand ce piano a commencé et que tout le monde s’est mis à rire, je me suis dit : « Ils ont remarqué ! »

À l’origine, la chanson de la scène était censée être « Some Enchanted Evening », mais elle était trop chère. Ils allaient le couper jusqu’à ce que la scénariste Eleanor Bergstein ou le réalisateur Emile Ardolino dise, « à moins que vous ne vouliez écrire quelque chose? » Alors Brucker a dit : « Ouais. J’écris des trucs en faisant de l’improvisation tout le temps. Je vais écrire quelque chose.

Brucker a écrit l’histoire de la gamine gâtée vivant sur l’île pendant les pauses, dont elle avait beaucoup car elle n’avait pas un rôle énorme. Elle ne se souvient pas de qui était l’idée de faire de la chanson un hula, mais pense que c’était probablement le chorégraphe Kenny Ortega. C’était à la mode de faire des thèmes tropicaux à l’époque à cause du Pacifique Sud.

« [At some point] Kenny a dit: « Mettez ‘wacka wacka’ dedans. » Je pensais qu’on ne pouvait pas mettre « wacka » dans la chanson parce que ça ressemblait à « wack off ». Je pensais qu’il était fou. « Tu peux déconner si tu veux ? » Ah bon? Mais ensuite j’ai pensé : « Attendez une minute, le film s’appelle Dirty Dancing. Peut-être que je suis carré. [Laughs]”

Crédit lorsque le crédit est dû

Brucker n’a été reconnu pour avoir co-écrit la chanson que des années plus tard. À l’époque, elle ne voulait pas contrarier les producteurs en insistant pour qu’elle reçoive quelque chose pour avoir écrit la chanson, alors elle a laissé tomber. Puis, lorsque le film est devenu un grand succès, elle n’avait aucune ressource car le délai de prescription était expiré. Mais quand ils l’ont fait en tant que production scénique en Australie en 2004, elle a pu obtenir un crédit pour la chanson écrite pour la scène et rétroactivement chaque fois qu’elle joue dans le film.

« Quand j’ai entendu parler pour la première fois de la chanson utilisée dans une comédie musicale, j’ai contacté Kenny Ortega. J’étais sur un téléphone portable au marché des fermiers ici à LA, et il dit, ‘oh Jane, bien sûr. Nous le partagerons 50-50. Faisons-le.’ Mais ensuite il dit : ‘Je le ferai si tu chantes cette dernière note à la fin.’ J’étais comme, ‘Kenny, je ne peux pas. Je suis dans un parking du marché fermier. Il a dit : ‘Non, je ne le ferai pas à moins que tu ne chantes la dernière note !’ Alors, je me suis penché dans ma voiture et j’ai chanté ‘loin, loin, awaaaaaaaay.’ Il a dit : ‘Merci beaucoup.’ Et c’était ça.

Elle a opté pour le style de chant « hypnotiquement faux » de Lisa parce que Brucker pensait qu’elle pourrait frapper la note puis la perdre parce que Lisa aspire à faire plus qu’elle ne le peut. Alors elle voulait le frapper puis tomber, « comme, elle est presque élégante, mais elle n’est pas tout à fait là. » Elle a également improvisé la partie où Lisa compte pour elle-même (« … et ça vaut le coup quand ils la regardent secouer son herbe ! Quatre, cinq… »).

Brucker a essentiellement improvisé la danse qu’elle a faite pour la scène parce que Brucker n’a pas eu le temps. On lui a dit qu’elle serait en arrière-plan et qu’Ardolino essaierait d’en prendre une seule photo s’il y avait du temps à la fin. Donc, comme il n’était pas nécessaire que ce soit une grande danse chorégraphiée, Ortega et elle se sont blottis dans un coin et l’ont inventé. Brucker ne s’attribue pas le mérite exclusif de tout cela, mais elle pense que l’arc à la fin était elle.

« J’ai attendu dans ma caravane, puis j’ai frappé à la porte, et nous l’avons fait en deux prises. Ce n’était tout simplement pas très compliqué. C’était assez improvisé avec Kenny. Il [came up with] plus de trucs de coude, et je ne comprenais pas ce qu’il faisait. Mais maintenant je le fais, parce que c’est comme ça que dansent les hommes sur les îles.

★★★★★

A lire également