La programmation de The Criterion Channel en juillet 2020

Actualités > La programmation de The Criterion Channel en juillet 2020

Nouveau sur Stream: la programmation de The Criterion Channel de juillet 2020

Nouveau sur Stream: la programmation de Criterion Channel de juillet 2020

The Criterion Channel, un service de streaming du distributeur de niche de vidéo à domicile pour les amateurs de cinéma, a dévoilé sa programmation pour le mois de juillet, qui comprendra un double avec mise au point automatique avec le classique mettant en vedette Steve McQueen Bullitt et drame sportif d'ensemble grand Prix, Ainsi qu'une large liste de films contemporains et classiques!

CONNEXES: BritBox dévoile ce qui arrivera au Streamer en juillet 2020

Mercredi 1er juillet

Entre les lignes

Inspiré par le temps passé par le réalisateur Joan Micklin Silver à travailler dans l'hebdomadaire historique de New York Village Voice, ce joyau méconnu de la tranche de vie des années 1970 offre un regard incisif et doux-amer sur un paysage médiatique changeant qui semble aussi frais et pertinent que jamais. Dans les bureaux d'un journal indépendant de Boston, les membres du personnel – y compris le critique musical Max (Jeff Goldblum, dans l'un de ses premiers rôles principaux), le journaliste Harry (John Heard) et le photographe Abbie (Lindsay Crouse) – profitent d'une expérience positive et ouverte. environnement de travail. Cependant, il semble que leurs jours relativement insouciants soient comptés lorsque le propriétaire d'une grande société d'édition achète le papier, ce qui entraîne plus d'argent, mais de grands changements.

Jeudi 2 juillet

Jeune Ahmed

Première exclusive en streaming, avec une nouvelle introduction de l'historien du cinéma Godfrey Cheshire

Gagnant du prix du meilleur réalisateur au Festival de Cannes 2019, le dernier triomphe social-réaliste de Jean-Pierre et Luc Dardenne trouve le couple appliquant leur marque brevetée d'humanisme empathique et déchirant à un sujet explosif. Sous l'emprise de son imam radical, Ahmed (Idir Ben Addi, dans une première performance révélatrice), un garçon musulman de treize ans qui grandit dans une petite ville belge, est de plus en plus séduit par les principes de l'extrémisme religieux violent – un rejet de sa famille et de la société qui a des conséquences choquantes. Résistant à la fois aux réponses faciles et à l'envie de sensationnaliser, les frères Dardenne offrent un portrait clairvoyant et saisissant d'une jeune vie en crise, grâce à la compassion expansive qui a fait d'eux l'une des voix cinématographiques les plus saluées de notre époque.

Vendredi 3 juillet

Certain Women: Criterion Collection Edition # 893

Les étendues de l'Ouest américain occupent une place centrale dans ce triptyque intimement observé de Kelly Reichardt. Adapté de trois nouvelles de Maile Meloy et se déroulant en épisodes autonomes mais imbriqués, Certaines femmes navigue dans les changements subtils du désir personnel et des attentes sociales qui perturbent la vie circonscrite de ses personnages: une avocate (Laura Dern) contrainte de maîtriser un client en difficulté; une épouse et mère (Michelle Williams) dont les projets de construction de la maison de ses rêves révèlent des fissures dans son mariage; et un professeur d'école du soir (Kristen Stewart) qui forme un lien ténu avec une main de ranch solitaire (Lily Gladstone), dont le désir de connexion offre une secousse inattendue de l'immédiateté émotionnelle. Avec un artisanat sans prétention, Reichardt capture les rythmes de la vie quotidienne dans une petite ville du Montana à travers ces portraits fins de femmes prises au piège dans les grands espaces du paysage. CARACTÉRISTIQUES SUPPLÉMENTAIRES: Entretiens avec Kelly Reichardt, producteur exécutif Todd Haynes et auteur Maile Meloy.

Vendredi 3 juillet

Double fonctionnalité: mise au point automatique

Bullitt et grand Prix

Le rugissement des moteurs, l'odeur de caoutchouc brûlant sur le trottoir et la joie de vivre à la vitesse de la pédale jusqu'au métal: le frisson cinétique des voitures cool en mouvement est à l'avant-plan dans ces deux classiques d'action garantis d'obtenir votre moteur tourne. Steve McQueen a confirmé son statut de roi du cool avec son virage d'acier dans le thriller maigre et méchant Bullitt, Mettant en vedette la poursuite en voiture la plus emblématique jamais filmée: une poursuite à plein régime dans les rues vertigineuses de San Francisco. Ensuite, le réalisateur John Frankenheimer vous place aux commandes du grand Prix, Un chef-d'œuvre technique stylisé et étoilé élégant situé dans le monde casse-cou de la Formule 1, avec l'une des séquences de titres les plus virtuoses de Saul Bass.

Samedi 4 juillet

Matinée du samedi: Mad Hot Ballroom

Les élèves de cinquième année des écoles publiques de New York se plongent dans le monde qui change la vie de la danse de salon dans cet irrésistible documentaire de Marilyn Agrelo. Raconté à partir des perspectives toujours franches et souvent hilarantes des enfants eux-mêmes, Mad Hot Ballroom retrace leurs voyages de participants réticents à Astaires de la taille d'une pinte alors qu'ils tentaient de tout gagner dans un concours à l'échelle de la ville. En cours de route, il y a des épreuves, des larmes, des leçons de vie et, surtout, de la joie, surtout lorsque les enfants frappent la piste de danse pour se pavaner.

Dimanche 5 juillet

Western Noir

Une nouvelle race d’occidentaux a émergé après la Seconde Guerre mondiale, tachée par l’humeur angoissée et désenchantée du film noir et enrichie par sa complexité psychologique et morale. Les mythes romantiques de la frontière ont cédé la place à des histoires plus dures de hors-la-loi impitoyables, de barons du bétail corrompus, de prospecteurs fous d'or, de tireurs mercenaires et d'hommes solitaires et endommagés, poursuivant de manière obsessionnelle la vengeance pour des torts passés. Les acteurs essentiels du noir ont trouvé leur place dans la gamme: Robert Mitchum apporte son pessimisme cool et las du monde à Du sang sur la lune et Homme au pistolet, Tandis que la tension torturée de Robert Ryan ancre la prise Jour du hors-la-loi. Les femmes, longtemps marginalisées dans les westerns, détenaient un nouveau pouvoir, mais non sans se salir les mains; les femmes fatales du western noir incluent Barbara Stanwyck (Les hommes violents), Ida Lupino (Désir d'or) et Marlene Dietrich (Rancho Notorious). Des drames en noir et blanc comme Station Ouest et J'ai tiré sur Jesse James aux chefs-d'œuvre déchirants et élégiaques d'Anthony Mann, les grands espaces de l'Ouest se révèlent aussi hantés et dangereux que n'importe quelle ville sombre.

Du sang sur la lune, Robert Wise, 1948

Station Ouest, Sidney Lanfield, 1948

J'ai tiré sur Jesse James, Samuel Fuller, 1949

Désir d'or, S. Sylvan Simon, 1949

The Walking Hills, John Sturges, 1949

Porte du diable, Anthony Mann, 1950

Rancho Notorious, Fritz Lang, 1952

L'éperon nu, Anthony Mann, 1953

Homme au pistolet, Richard Wilson, 1955

Les hommes violents, Rudolph Maté, 1955

Homme d'Occident, Anthony Mann, 1958

Jour du hors-la-loi, André De Toth, 1959

Lundi 6 juillet

Machine à écrire de Californie

Lettre d'amour aux plaisirs analogiques d'une technologie de plus en plus niche, ce documentaire stimulant est un portrait riche et affectueux d'artistes, d'écrivains et de collectionneurs qui restent fidèles à la machine à écrire comme outil et muse. Présentant des entretiens avec des passionnés de haut niveau comme Tom Hanks, Sam Shepard, David McCullough, John Mayer et d'autres, il documente également de manière émouvante les luttes de Machine à écrire de Californie, l'un des derniers ateliers de réparation en Amérique dédié à garder le clic sur les engins vieillissants. Alors que l'accent mis sur la vitesse et la commodité par l'ère numérique remodèle notre relation à la technologie, CALIFORNIA TYPEWRITER nous demande de réfléchir à qui sert qui: humain ou machine?

Lundi 6 juillet

Lenny Cooke

En 2001, Lenny Cooke était le joueur de basket-ball le plus médiatisé du pays, classé au-dessus des futurs grands LeBron James, Amar’e Stoudemire et Carmelo Anthony. Une décennie plus tard, il n'avait jamais joué une minute en NBA. Ce documentaire typiquement américain de Josh et Benny Safdie retrace le destin inachevé d'un homme pour qui la superstarom était à peine hors de portée.

Mardi 7 juillet

Short + Feature: Instincts d'animaux

Animaux de l'ombre et Attenberg

L'étrangeté innée des rituels sociaux humains est mise en évidence dans ces drames sociaux anthropologiques brillamment bizarres qui se doublent de critiques des normes culturelles et des subtilités. Le court métrage tendu et inquiétant du réalisateur suédois Jerry Carlsson Animaux de l'ombre adopte le point de vue d'une jeune fille alors qu'il examine les événements de plus en plus étranges et sinistres lors d'un dîner cauchemardesque. Sa vision de la nature humaine intrinsèquement animale est poussée à l'extrême dans la percée internationale de l'iconoclaste grecque Athina Rachel Tsangari Attenberg, Un mélange hors du commun de mélodrame sur le passage à l'âge adulte, de comédie musicale bizarre et de documentaire sur la nature surréaliste.

Mardi 7 juillet

Documentaires des Ross Brothers

Les documentaires richement impressionnistes de Bill Ross IV Turner Ross sont des merveilles du cinéma régional américain réalisé selon une philosophie inébranlable: être complètement présent dans l'instant et vivant à l'humanité extatique qui passe devant leur caméra. Transformant la vie quotidienne en poésie fluide grâce à leur style d'édition rhapsodique, les frères offrent un regard exaltant à une seule nuit à la Nouvelle-Orléans en Tchoupitoulas et faites équipe avec David Byrne pour mettre en scène une performance unique en son genre construite autour de color colours Couleur contemporaine.

Tchoupitoulas, 2012

Couleur contemporaine, 2016

Mercredi 8 juillet

Réalisé par Sara Driver

La réalité quotidienne se glisse dans une rêverie surréaliste dans les visions étranges de Sara Driver, dont les films possèdent les textures hallucinatoires et les rythmes hypnotiques d'un rêve éveillé. Pilote central mais souvent négligé de la scène artistique du centre-ville de New York des années 1980, Driver a fait ses débuts de réalisatrice avec Tu n'es pas moi, Une adaptation étonnamment étrange d'une histoire de Paul Bowles qui a été considérée comme perdue pendant des décennies jusqu'à ce qu'elle réapparaisse pour prendre sa place comme l'un des principaux films indépendants de l'époque. Dans les fonctionnalités suivantes Sleepwalk et Quand les cochons volent, Driver s'est plongé plus loin dans le fantastique, créant des contes de fées modernes dont les sorts semblables à des transes persistent longtemps après la dernière bobine.

Tu n'es pas moi, 1981

Sleepwalk, 1986

Quand les cochons volent, 1993

The Bowery, 1994

Mercredi 8 juillet

A Dry White Season: Criterion Collection Edition # 953

Avec ce drame vivifiant, réalisé à l'apogée du mouvement anti-apartheid, le réalisateur Euzhan Palcy a publié un acte d'accusation dévastateur contre le gouvernement raciste d'Afrique du Sud – et a marqué l'histoire dans le processus, devenant la première femme noire à réaliser un film de studio hollywoodien. Le professeur d'école blanc Ben Du Toit (Donald Sutherland) vit à Johannesburg et reste béatement incurable sur la vie de ses compatriotes noirs jusqu'à ce qu'une vague de traitements brutaux déferle sur son jardinier (Winston Ntshona), mettant Du Toit face à face avec une dure réalités politiques. Basé sur un roman célèbre d'André Brink et enraciné dans les recherches de première main que le Martinic Palcy a faites en Afrique du Sud sur la façon dont les Noirs vivaient sous l'apartheid, Une saison blanche et sèche est inébranlable dans sa représentation de la violence et sa chronique de l'injustice, rendant un hommage galvanisant à ceux qui sont prêts à tout sacrifier pour lutter contre l'oppression. CARACTÉRISTIQUES SUPPLÉMENTAIRES: Entretiens avec Euzhan Palcy et Donald Sutherland, extraits d'une conversation entre Palcy et Nelson Mandela, et plus encore.

Jeudi 9 juillet

Partitions par Ryuichi Sakamoto

Le pionnier de la musique électronique japonaise Ryuichi Sakamoto est à la pointe de la musique pop et avant-gardiste depuis plus de quatre décennies. En ouvrant un nouveau monde du son courageux grâce à son travail avec son groupe influent Yellow Magic Orchestra, Sakamoto a poursuivi une brillante carrière internationale en tant que compositeur de films en commençant par sa partition de synthé envoûtante pour Nagisa Oshima. Joyeux Noël M. Lawrence, Dans lequel il a également joué avec David Bowie. Depuis lors, Sakamoto a travaillé avec des auteurs allant de Bernardo Bertolucci à Pedro Almodóvar en passant par Shirin Neshat, apportant une touche expérimentale distinctive et un sens de l'atmosphère émouvant à certaines des musiques de films les plus obsédantes et indélébiles du dernier demi-siècle.

Joyeux Noël M. Lawrence, Nagisa Oshima, 1983

Le ciel abritant, Bernardo Bertolucci, 1990

Le conte de la servante, Volker Schlöndorff, 1990

Talons hauts, Pedro Almodóvar, 1991

Wuthering Heights d'Emily Brontë, Peter Kosminsky, 1992

L'amour est le diable: étude pour un portrait de Francis Bacon, John Maybury, 1998

Gohatto, Nagisa Oshima, 1999

Tony Takitani, Jun Ichikawa, 2004

Femmes sans hommes, Shirin Neshat et Shoja Azari, 2009

Ryuichi Sakamoto: Coda, Stephen Nomura Schible, 2017

Vendredi 10 juillet

Double fonctionnalité: aimer sur le bord

Mala Noche et Mon propre Idaho privé

Touchstone travaille dans l'évolution du mouvement New Queer Cinema, ces contes jumeaux de la jeunesse sans but de Gus Van Sant sont des expressions évanouissantes de son souci de signature: les voyages émotionnels des jeunes hommes à la dérive en marge de la société. Tout en éditant sa première fonctionnalité audacieusement originale Mala Noche, À propos de l'écrasement capricieux d'un coup mortel romantique sur un beau immigrant mexicain, Van Sant a rencontré Mike Parker, un gamin de la rue de Portland qui est devenu l'inspiration pour le jeune arnaqueur joué par River Phoenix dans Mon propre Idaho privé. Développant davantage les thèmes de l'identité queer, de la fugacité et du désir non partagé, Van Sant a créé un hymne enivrant de l'outsider qui est l'un des films indépendants les plus marquants des années 1990.

Samedi 11 juillet

Matinée du samedi: le ballon blanc

Le premier long métrage révélateur de Jafar Panahi est une aventure à l’œil d’enfant dans laquelle la quête d’une jeune fille pour acheter un poisson rouge la conduit dans un voyage rempli de détours dans les rues de Téhéran à la veille de la célébration du nouvel an iranien. Co-écrite par Panahi avec son mentor Abbas Kiarostami, cette fable séduisante et primée se déroule en temps réel comme un documentaire alors qu'elle écrit une comédie inattendue, du suspense et de l'émerveillement à partir de sa prémisse apparemment simple.

Dimanche 12 juillet

Histoires de mariage

Les mauvais mariages font de grands films, comme en témoignent ces portraits glorieusement désordonnés et très perspicaces de certaines des relations les plus dysfonctionnelles jamais capturées à l'écran. Avec une émotion brute, des explosions dramatiques et une auto-réflexion à nu dans l'âme, ces histoires de ruptures et de mariages conjugaux explorent tout, de la jalousie, de l'infidélité et de la trahison aux complexités procédurales du divorce et de la séparation à la myriade, parfois à peine perceptibles. façons dont les couples s'éloignent. Ils s'avèrent également être des véhicules pour certaines des déclarations les plus personnelles et les plus révélatrices de réalisateurs majeurs comme Ingmar Bergman, John Cassavetes, Ida Lupino, Mike Nichols, Noah Baumbach, Lars von Trier, Asghar Farhadi et d'autres, chacun apportant un nouvel éclairage à ce sujet le plus universel: les mystérieuses subtilités de l'intimité humaine.

Reviens, petite Sheba, Daniel Mann, 1952

The Bigamist, Ida Lupino, 1953

Chat sur un toit en étain chaud, Richard Brooks, 1958

La notte, Michelangelo Antonioni, 1961

Juliette des esprits, Federico Fellini, 1965

Qui a peur de Virginia Woolf?, Mike Nichols, 1966

Visages, John Cassavetes, 1968

Un couple marié, Allan King, 1969

Scènes d'un mariage, Ingmar Bergman, 1973

Suite Californie, Herbert Ross, 1978

Kramer contre Kramer, Robert Benton, 1979

5 × 2, François Ozon, 2004

Le calmar et la baleine, Noah Baumbach, 2005

Antéchrist, Lars von Trier, 2009

Copie certifiée, Abbas Kiarostami, 2010

Mardi, après Noël, Radu Muntean, 2010

Une séparation, Asghar Farhadi, 2011

45 ans, Andrew Haigh, 2015

Lundi 13 juillet

Nostalgie de la lumière

Le maître documentariste Patricio Guzmán se déplace à dix mille pieds au-dessus du niveau de la mer jusqu'à l'endroit le plus sec de la terre: le désert d'Atacama au Chili, où des astronomes du monde entier se réunissent pour observer les étoiles dans un ciel si translucide qu'il leur permet de voir les limites de la univers. L'Atacama est également un endroit où la chaleur intense du soleil garde intacts les restes humains, y compris ceux des prisonniers politiques «disparus» par l'armée chilienne après le coup d'État militaire de 1973. Tout comme les astronomes recherchent des galaxies lointaines, les proches survivants des disparus recherchent les restes de leurs proches dans le but de récupérer les histoires de leurs familles. Fusion du céleste et du terrestre, Nostalgie de la lumière est une odyssée magnifique, émouvante et profondément personnelle à la fois dans l'histoire chilienne et dans les confins de l'espace.

Mardi 14 juillet

Short + Feature: Lost Pets

Cornichon et Portes du ciel

Tous les chiens vont-ils au paradis? Deux réalisateurs de documentaires explorent la mortalité et le deuil à travers les expériences des propriétaires d'animaux. Dans Cornichon, Amy Nicholson dresse le portrait de deux amoureux des animaux extrêmes, les interrogeant sur la ménagerie dont ils ont pris soin et enterrée au fil des ans, y compris les opossums paraplégiques, les chats émaciés et les poulets obèses morbides. Le premier long métrage d'Errol Morris, Portes du ciel, Plonge les téléspectateurs dans la communauté entourant deux cimetières pour animaux de compagnie à Napa Valley, en Californie, alliant sincérité et satire pour transformer son sujet original en une étude étonnamment vaste de la nature humaine.

Mercredi 15 juillet

Réalisé par Miranda July

Les films intrépides et brillamment idiosyncrasiques de l'écrivain-réalisateur-acteur et de la polymathe polyvalente Miranda July combinent une fantaisie étonnamment étrange avec des observations astucieuses et émotionnellement pénétrantes sur l'intimité, la sexualité, la solitude et les relations humaines. Débutant sa carrière en tant qu'artiste de performance immergée dans la scène Riot Grrrl des années 1990, Portland, Oregon, juillet a trouvé son moyen de filmer avec son projet pionnier Joanie 4 Jackie, dans lequel elle a organisé et distribué des vidéos féministes «chaînes de lettres» de films underground réalisés par les femmes à travers le pays. Avec ses caractéristiques acclamées Moi et toi et Tout le monde que nous connaissons et L'avenir, July s’est imposée comme l’une des voix les plus distinctives du cinéma indépendant américain, une artiste audacieuse et sans cesse imaginative qui trouve un aperçu cosmique dans le quotidien.

Caractéristiques

Moi et vous et tous ceux que nous connaissons, Miranda juillet 2005

L'avenir, Miranda juillet 2011

Short

L'amateuriste, Miranda juillet 1998

Nid de dizaines, Miranda juillet 2000

Shorts de Joanie 4 Jackie

Transeltown, Myra Paci, 1992

chère maman, Tammy Rae Carland, 1995

The Slow Escape, Sativa Peterson, 1998

Hawai, Ximena Cuevas, 1999

No Place Like Home # 1 et # 2, Karen Yasinsky, 1999

Gigi (de 9 à 5), Joanne Nucho, 2001

Opéra d'Ophélie, Abiola Abrams, 2001

La Llorona, Stéphanie Saint Sanchez, 2003

vidéo sans titre, Sujin Lee, 2002

Joanie 4 Jackie: un aperçu rapide, Shauna McGarry, 2008

Jeudi 16 juillet

Trois avec Jane Fonda

Peu d'acteurs ont dominé une époque – pour leur travail à la fois sur écran et hors écran – comme Jane Fonda l'a fait dans les années 60 et 70, lorsqu'elle est devenue l'un des interprètes les plus acclamés de sa génération ainsi qu'une icône culturelle définissant l'esprit. pour son activisme politique féroce. Tous réalisés au sommet de sa carrière, ces trois films présentent la nuance de Fonda, un timing comique impeccable et une polyvalence: elle est plus grande que nature en tant que bombe intergalactique dans l'extravagance de science-fiction culte Barbarella; ridiculement drôle en tant que femme au foyer bourgeoise qui prend un vol à main armée dans la satire de barbelés Amusez-vous avec Dick et Jane; et à la fois épineuse et désarmante en tant que femme divorcée se battant pour la garde de sa fille dans la farce d'ensemble de Neil Simon Suite Californie.

Barbarella, Roger Vadim, 1968

Amusez-vous avec Dick et Jane, Ted Kotcheff, 1977

Suite Californie, Herbert Ross, 1978

Vendredi 17 juillet

Double fonctionnalité: les filles et le gang

Mona Lisa et Gloria

Deux grands classiques du crime des années 80 se distinguent par des ingrédients trop rares pour le genre: le cœur, l'humour et les protagonistes féminines fortes. Situé dans le monde criminel sordide de Londres, Neil Jordan Mona Lisa met en vedette Cathy Tyson, Bob Hoskins et Michael Caine dans un néonoir romantique étonnamment touchant sur la relation complexe qui se développe entre une call-girl glamour et un mafieux de petite taille. Ensuite, le grand Gena Rowlands passe de la petite amie du gangster au héros d'action avec un pistolet dans le thriller décalé de John Cassavetes, à New York. Gloria, Dans lequel elle agit comme un ange vengeur pour un jeune garçon en fuite de la foule.

Samedi 18 juillet

Matinée du samedi: Mlle Annie Rooney

Alors que Shirley Temple grandissait sous les yeux de l'Amérique, ce ravissant véhicule de retour lui a offert une chance de briller dans un nouveau type de film: une charmante romance adolescente, avec des soxers bobby-jive-bug-mad-jitterbug. Elle affiche sa plume brevetée (et reçoit son premier baiser à l'écran) en tant qu'Annie Rooney, âgée de quatorze ans, aux yeux étoilés, qui se languit de Marty (Dickie Moore), un camarade de classe ringard, même si sa famille riche regarde son passé de classe ouvrière . Cependant, lorsque le père d'Annie (William Gargan) invente une nouvelle forme de caoutchouc synthétique, ce n'est peut-être que son ticket pour l'amour.

Dimanche 19 juillet

100 ans de films olympiques: 1912-2012

Initialement prévus pour commencer ce mois-ci, les Jeux Olympiques de Tokyo ont été reportés, mais vous pouvez toujours célébrer un siècle de gloire olympique avec cette collection monumentale. Couvrant cinquante-trois films et quarante et une éditions des Jeux Olympiques, 100 ans de films olympiques: 1912–2012 est l'aboutissement d'un projet d'archives massif et primé comprenant des dizaines de restaurations par le Comité International Olympique. Les documentaires rassemblés ici jettent un œil cinématographique sur certains des moments les plus emblématiques de l'histoire des sports modernes, mettant en lumière des athlètes qui incarnent la devise olympique de «Plus vite, plus haut, plus fort»: Jesse Owens battant des records du monde sur la piste en 1936 à Berlin, Jean-Claude Killy dominant les pistes de Grenoble en 1968, Joan Benoit se séparant pour remporter le premier marathon féminin des Jeux à Los Angeles en 1984. En plus de la contribution impressionnante de Bud Greenspan en dix longs métrages, cette chronique collective émouvante de triomphe et de défaite comprend des repères documentaires tels que celui de Leni Riefenstahl Olympie et Kon Ichikawa Olympiade de Tokyo, Ainsi que des œuvres captivantes moins connues de grands réalisateurs comme Claude Lelouch, Carlos Saura et Miloš Forman. Il offre également un aperçu fascinant du développement du film lui-même et des progrès technologiques qui ont rapproché le spectateur de l'action. Traversant des continents et des décennies, reflétant les changements sociaux, culturels et politiques qui ont façonné notre histoire récente, ce marathon cinématographique remarquable met en valeur cent ans d'efforts humains.

Les Jeux de la V Olympiade Stockholm, 1912, Adrian Wood, 2016

Les Jeux Olympiques organisés à Chamonix en 1924, Jean de Rovera, 1924

Les Jeux Olympiques tels qu'ils étaient pratiqués dans la Grèce antique, Jean de Rovera, 1924

Les Jeux Olympiques de Paris 1924, Jean de Rovera, 1924

Le stade blanc, Arnold Fanck et Othmar Gurtner, 1928

La IXe Olympiade à Amsterdam, Dir. inconnu, 1928

Les Jeux Olympiques d'Amsterdam 1928, Wilhelm Prager, 1928

Jeunesse du monde, Carl Junghans, 1936

Olympie, première partie: Festival des Nations, Leni Riefenstahl, 1938

Olympie, deuxième partie: Festival of Beauty, Leni Riefenstahl, 1938

Combattez sans haine, André Michel, 1948

XIVe Olympiade: la gloire du sport, Castleton Knight, 1948

Les VIes Jeux Olympiques d'hiver, Oslo 1952, Tancred Ibsen, 1952

Là où le monde se rencontre, Hannu Leminen, 1952

Or et gloire, Hannu Leminen, 1953

Souvenirs de l'été olympique de 1952, Dir. inconnu, 1954

Vertige blanc, Giorgio Ferroni, 1956

Jeux olympiques, 1956, Peter Whitchurch, 1956

Les Rendez-vous de Melbourne, René Lucot, 1957

Alain Mimoun, Louis Gueguen, 1959

Le cheval au point, Dir. inconnu, 1956

Personnes, espoirs, médailles, Heribert Meisel, 1960

Les grands Jeux olympiques, Romolo Marcellini, 1961

IXes Jeux Olympiques d'hiver, Innsbruck 1964, Theo Hörmann, 1964

Olympiade de Tokyo, Kon Ichikawa, 1965

Sensation du siècle, Prod. Taguchi Suketaro, 1966

13 jours en France, Claude Lelouch et François Reichenbach, 1968

Neige de Grenoble, Jacques Ertaud et Jean-Jacques Languepin, 1968

Les JO au Mexique, Alberto Isaac, 1969

Jeux olympiques d'hiver de Sapporo, Masahiro Shinoda, 1972

Visions de huit, Miloš Forman, Kon Ichikawa, Claude Lelouch, Yuri Ozerov, Arthur Penn, Michael Pfleghar, John Schlesinger et Mai Zetterling, 1973

White Rock, Tony Maylam, 1977

Jeux de la XXIe Olympiade, Jean-Claude Labrecque, Jean Beaudin, Marcel Carrière et Georges Dufaux, 1977

Esprit olympique, Drummond Challis et Tony Maylam, 1980

O Sport, tu es la paix!, Yuri Ozerov, 1981

Un tournant, Kim Takal, 1984

16 jours de gloire, Bud Greenspan, 1986

Calgary ’88: 16 jours de gloire, Bud Greenspan, 1989

Séoul 1988, Lee Kwang-soo, 1989

Main dans la main, Im Kwon-taek, 1989

Au-delà de tous les obstacles, Lee Ji-won, 1989

Une lumière, un monde, Joe Jay Jalbert et R. Douglas Copsey, 1992

Marathon, Carlos Saura, 1993

Lillehammer ’94: 16 jours de gloire, Bud Greenspan, 1994

La gloire olympique d'Atlanta, Bud Greenspan, 1997

Jeux olympiques de Nagano 98: histoires d'honneur et de gloire, Bud Greenspan, 1998

Gloire olympique, Kieth Merrill, 1999

Sydney 2000: Histoires de gloire olympique, Bud Greenspan, 2001

Salt Lake City 2002: Histoires de Bud Greenspan sur la gloire olympique, Bud Greenspan, 2003

Athènes 2004 de Bud Greenspan: Histoires de gloire olympique, Bud Greenspan, 2005

Torino 2006 de Bud Greenspan: Histoires de gloire olympique, Bud Greenspan, 2007

La flamme éternelle, Gu juin, 2010

Bud Greenspan présente Vancouver 2010: Histoires de gloire olympique, Prods. Bud Greenspan et Nancy Beffa, 2010

Première, Caroline Rowland, 2012

Lundi 20 juillet

12 garçons O’Clock

Rencontrez les 12 O’Clock Boys, un tristement célèbre sac de motocross urbain qui sillonne les rues de Baltimore. Sautant sur des roues et tissant à des vitesses excessives dans la circulation, le groupe échappe de manière impressionnante à la police paralysée. Trois ans de préparation, le documentaire sauvage et dynamique de Lotfy Nathan capture leurs pitreries défiant la mort à travers les yeux du jeune adolescent Pug, un enfant brillant du Westside obsédé par les cavaliers et prêt à tout pour rejoindre ses rangs. Propulsé par des images cinétiques à couper le souffle qui emmènent les téléspectateurs pendant le trajet, 12 garçons O’Clock tourne une histoire fascinante et intime d'un jeune garçon et de son rêve dangereux et passionnant.

Mardi 21 juillet

Projet mondial de cinéma de Martin Scorsese: Soleil Ô

Furieux hurlement de résistance contre l'oppression raciste, le premier film du réalisateur mauritanien Med Hondo est une attaque amèrement amusante et explosive contre le capitalisme occidental et l'héritage du colonialisme. Avec une ironie mortelle et une colère juste, Soleil Ô suit un immigré aux yeux étoilés (Robert Liensol) alors qu'il quitte l'Afrique de l'Ouest et se rend à Paris à la recherche d'un emploi et d'un enrichissement culturel – mais découvre bientôt une société hostile dans laquelle sa présence même suscite la peur et le ressentiment. S'appuyant sur l'expérimentation stylistique en roue libre de la Nouvelle Vague française, Hondo déploie un éventail vertigineux de techniques narratives et stylistiques – animation, docudrame, séquences de rêve, numéros musicaux, folklore, comédie burlesque, agitprop – pour créer un point de repère révolutionnaire du cinéma politique et un vision bouleversante de l'éveil de la conscience noire.

Mardi 21 juillet

Court métrage +: une journée dans la vie

Ajustement du modèle et Cléo de 5 à 7

De Paris des années 1960 à la ville de New York contemporaine, deux femmes jonglent avec leur carrière, leurs relations et leurs crises personnelles au cours de jours où rien – et tout – ne se passe. Myna Joseph's élégamment tourné, Big Apple – set court Ajustement du modèle suit un pigiste d'une trentaine d'années qui travaille comme tout, d'une baby-sitter à un remplaçant pour les mannequins, tout en s'occupant des retombées physiques et financières d'un accident. Joseph a basé les errances urbaines et fluides de son personnage sur Cléo, une chanteuse qui sourit toute sa journée en attendant la confirmation d'un diagnostic de cancer dans la pierre de touche en temps réel de la Nouvelle vague française d'Agnès Varda. Cléo de 5 à 7.

Mercredi 22 juillet

Né en flammes

Film qui a secoué les fondations de la clandestinité des années 1980, cette provocation post-punk est une fantaisie de science-fiction DIY de rébellion féminine se déroulant en Amérique dix ans après une révolution culturelle social-démocrate. Lorsque Adelaide Norris (Jean Satterfield), la fondatrice révolutionnaire noire de l'Armée de la femme, est mystérieusement tuée, une coalition diversifiée de femmes – de toutes les lignes de race, de classe et d'orientation sexuelle – émerge pour faire exploser le système. Film de guérilla filmé dans les rues de la prégentrification New York, Né en flammes est un cocktail Molotov de futurisme féministe qui est à la fois un document essentiel de son temps et radicalement en avance sur lui.

Jeudi 23 juillet

Olympiade de Tokyo: Criterion Collection Edition # 155

Spectacle aux proportions magnifiques et à l’intimité remarquable, Kon Ichikawa Olympiade de Tokyo reste l'un des plus grands films jamais réalisés sur le sport. Supervisant une vaste équipe de techniciens à l'aide de dizaines de caméras, Ichikawa a capturé les Jeux d'été de 1964 à Tokyo dans de magnifiques images grand écran, en utilisant des téléobjectifs de pointe et un ralenti exquis pour créer une poésie lyrique et idiosyncratique à partir du drame athlétique qui déferle autour de lui. Attiré également par la psychologie des perdants et des gagnants – y compris le légendaire marathonien éthiopien Abebe Bikila, qui reçoit l'hommage le plus exalté du film – Ichikawa capture le triomphe, la passion et les souffrances de la concurrence avec une vision humaniste singulière et, ce faisant, a opéré une transformation influence sur l'art du cinéma documentaire. CARACTÉRISTIQUES SUPPLÉMENTAIRES: Une introduction de l'historien du film Peter Cowie, plus de quatre-vingts minutes de matériel supplémentaire sur les Jeux de Tokyo, des entretiens d'archives avec le réalisateur Kon Ichikawa, et plus encore.

Vendredi 24 juillet

Double fonctionnalité: La voie dure

Gun Crazy et Le grand combo

Le maître du film B, Joseph H. Lewis, transforme les ingrédients de la pâte de dime store en poésie existentialiste dans ces noirs essentiels, qui représentent deux des exemples les plus élégants et les plus influents du genre jamais créés. Son travail innovant sur la caméra et son oeil pour l'iconographie pop ont fait du thriller de couple en fuite slam-bang Gun Crazy un favori des nouveaux arrivants français, et son influence se fait sentir dans tout, de Breathless à Bonnie et Clyde. Dans Le grand combo, La cinématographie atmosphérique du peintre de l'ombre John Alton, les décors dramatiquement stylisés et les performances de tueur de Cornel Wilde, Richard Conte et Jean Wallace se réunissent dans un modèle hypnotique envoûtant et thématique subversif de haute art tressé à partir d'un petit budget.

Samedi 25 juillet

Matinée du samedi: Détruisez tous les monstres

L'équipe originale de Godzilla du réalisateur Ishiro Honda, du superviseur des effets spéciaux Eiji Tsuburaya et du compositeur Akira Ifukube se sont réunis pour cette extravagance de kaiju, qui comprend pas moins de onze monstres. Situé dans un avenir lointain de 1999, lorsque les habitants de la Terre ont atteint la paix mondiale en confinant des créatures destructrices à Monsterland (jusqu'à ce qu'une race extraterrestre intervienne), Détruisez tous les monstres monte un affichage passionnant de séquences d'action innovantes et d'images mémorables qui en ont fait un favori pour des générations de téléspectateurs.

Dimanche 26 juillet

Réalisé par Atom Egoyan

Les films formellement aventureux et complexes du point de vue psychologique de l'auteur canadien de renom Atom Egoyan se déroulent selon des structures complexes et brouillées dans le temps qui renforcent leur impact émotionnel brûlant. Explorant les problèmes d'identité (y compris son propre héritage arménien), de perte, d'aliénation et de technologie, les films d'Egoyan tournent souvent autour de personnes qui luttent pour donner un sens à leur propre sentiment brisé à la suite de tragédies personnelles profondes. Ses thèmes provocateurs et son style elliptique sont exposés dans les premiers triomphes critiques comme Plus proche parent et Calendrier et atteindre de nouveaux sommets de virtuosité dans ses chefs-d'œuvre Exotica et The Sweet Hereafter, both of which are widely considered among the greatest Canadian films ever made.

Next of Kin, 1984

Family Viewing, 1987

Speaking Parts, 1989

The Adjuster, 1991

Calendar, 1993

Exotica, 1994

The Sweet Hereafter, 1997

Adoration, 2008

Monday, July 27

Infinite Football

Romanian New Wave leader Corneliu Porumboiu (12:08 East of Bucharest) directs this at once hilarious and poignant look at an ordinary man’s extraordinary ambitions. Ever since a leg fracture ended his aspirations of becoming a soccer player, Laurentiu Ginghina, now a bureaucrat working in a drab government office, has devoted himself, with single-minded zeal, to reinventing the game, proposing it be radically altered (starting with reimagining the shape of the field as an octagon) in order to reduce player injuries. With both humor and humanity, Porumboiu’s marvelously offbeat, continually surprising documentary introduces us to an unforgettable individual, a self-proclaimed superman whose quixotic quest mirrors the hopes and dreams of his own country.

Tuesday, July 28

Short + Feature: Age of Exploration

Pillars et Girlhood

Young women navigate the fraught terrain of adolescence in these richly immersive coming-of-age snapshots that touch on issues of race, class, gender, and sexuality. Haley Elizabeth Anderson’s lyrical, atmospheric short Pillars evokes the world of a girl growing up in the American South as she experiences a series of awakenings—some blissful, others brutal—after she receives her first kiss. Half a world away, on the outskirts of Paris, a teenager undergoes a similarly rocky journey toward finding herself in Céline Sciamma’s compassionate, unflinching Girlhood, which captures the rapturous highs and crushing lows of female friendship.

Wednesday, July 29

My Twentieth Century

Hungarian trailblazer Ildikó Enyedi’s award-winning first feature is a luminous, unconventional fairy tale. Two twins, Lili the anarchist and Dóra, a luxurious woman of loose morals (both played by Dorota Segda), are separated as young girls. Their lives proceed on opposing tracks until their paths reconnect on the Orient Express with Mr. Z (Tarkovsky mainstay Oleg Yankovsky), who loves them jointly. Defiantly in pursuit of happiness and in retreat from the “mass murdering century,” they are all entranced by Thomas Edison’s inventions and drunk on the miracle of existence. Among the greatest of cinematic debuts, My Twentieth Century introduced the world to Enyedi (On Body and Soul), who remains a vital, distinctive artist into the twenty-first century.

Thursday, July 30

The Loft Cinema Presents: Arizona Dream

Serbian visionary Emir Kusturica (Underground) gate-crashed Hollywood with this singular, marvelously loopy surrealist comedy featuring a remarkable cast that includes Johnny Depp, Faye Dunaway, Jerry Lewis, Lili Taylor, and Vincent Gallo. When his uncle (Lewis) in Arizona invites him to come work at the family car dealership, Axel Blackmar (Depp), a young man from New York obsessed with Eskimos and fish (and, specifically, their dreams), heads West, where he encounters lusty romance with a wealthy widow (Dunaway) and a series of oddball exploits involving turtles, a DIY flying machine, and a strikingly convincing recreation of an iconic set piece from North by Northwest. Like its title implies, Arizona Dream takes place on its own hallucinatory wavelength, a delirious, anything-goes vision of America as seen through the eyes of one of cinema’s great magic makers.

Friday, July 31

Double Feature: From Art House to Grindhouse

The Virgin Spring et The Last House on the Left

Ingmar Bergman’s The Virgin Spring, an Oscar-winning tale of savagery in medieval Sweden, served as a direct influence on Wes Craven’s notoriously nasty debut feature, The Last House on the Left. But despite sharing similar premises, these harrowing dramas about rape, murder, and revenge are the results of two vastly different directorial visions: the earlier film is a powerful interrogation of faith and morality, while Craven’s spin is a shocking work of grindhouse depravity that was banned around the world for its graphic violence and helped usher in a new era of exploitation horror cinema.

★★★★★

A lire également