La prise de Pelham un deux trois (1974) – Affaires chatouilleuses

Actualités > La prise de Pelham un deux trois (1974) – Affaires chatouilleuses

Il existe peu d’époques du cinéma aussi mémorables ou aussi transformatrices que les années 1970. Hollywood avait changé depuis la chute du système de studio et, en une seule décennie, les changements non seulement dans l’industrie, mais aussi dans la culture dans son ensemble sont devenus frappants. Ces différences culturelles ont peut-être été observées avec la clarté la plus dramatique dans les films «New York en difficulté» qui ont pris forme au cours de cette période. Au cours du TCM Classic FIlm Festival de ce mois-ci, le réseau a mis en lumière une première montre (pour moi) dans ce mouvement puissant: The Taking of Pelham One Two Three. L’intrigue de The Taking of Pelham One Two Three est relativement simple. Pendant un après-midi de semaine moyen à Manhattan, un groupe d’hommes (dirigé par Robert Shaw) détournent une rame de métro remplie de passagers avec un seul objectif … Ils veulent … L’homme qui a la tâche peu enviable de se tenir entre les criminels et le gouvernement de New York est un agent des transports de New York perpétuellement fatigué (Walter Matthau). Je pense que tout le monde vivant à New York dans les années 1970 était épuisé. Sera-t-il capable de sauver la journée avant que les hommes ne commencent à tuer des otages? Le film rassemble un casting de soutien fascinant, notamment: Jerry Stiller, Martin Balsam, Hector Elizondo et Earl Hindman pour n’en nommer que quelques-uns. Joseph Sargent réalise le film à partir d’un scénario de Peter Stone. The Taking of Pelham One Two Three est une entrée emblématique dans un sous-genre très spécifique, l’image «New York In Trouble». Vous connaissez ces films: Death Wish, Serpico, Dog Day Afternoon, The French Connection et Panic in Needle Park… encore une fois, pour n’en nommer que quelques-uns. Ces films montrent chacun New York comme une ville au bord du gouffre. Le glamour des années 40 et 50 a conduit à la surpopulation, à la disparité économique et à la criminalité. La détérioration urbaine s’est manifestée dans toutes les facettes de la vie quotidienne et elle est visible dans chaque cadre crasseux de ces films. Ce ne sont pas les montres les plus faciles, mais elles sont toutes des artefacts culturels fascinants. Comme je l’ai mentionné, The Taking of Pelham One Two Three était une première montre pour vous et je me suis immédiatement retrouvé pris par le ton sombre de cette photo et la façon dont elle est manipulée par le casting brillant. Bien sûr, Robert Shaw (mieux connu du public pour son interprétation emblématique de Quint in Jaws) prend absolument le bal métaphorique et court vers la zone des buts. Il joue «M. Blue »(oui, c’est là que Quentin Tarantino a pris les noms de personnages qu’il a utilisés dans son propre film policier légendaire Reservoir Dogs) Shaw est froidement discret mais terrifiant en tant que méchant principal. Vous ne voulez pas l’embêter avec lui… à moins que vous ne soyez le lieutenant Garber (Matthau). Il y a la présence d’un sens de l’humour ironique dans ce script qui se sent étrangement à l’aise dans ce décor morne. Il y a un sentiment de «si je ne ris pas de me frayer un chemin à travers ça, je pleurerais». Cela se traduit par un effet parfaitement conçu dans la fascinante séquence finale du film. Cependant, c’était une première montre pour moi, donc je ne vous donne pas non plus de spoilers. Cependant, en pensant au film avec le recul, la vie et l’humour injectés dans le scénario sont sa grâce salvatrice. Entre les mains d’autres interprètes, ce film pourrait être une véritable déception. Je vais en rester là. Quand je dis que cette image est sombre, je veux dire La prise de Pelham One Two Three est vraiment sombre. Cela vaut non seulement pour le ton du script, mais également pour l’esthétique visuelle. Par exemple, il augmente la luminosité de votre téléviseur. Une grande partie de The Taking of Pelham One Two Three se déroule dans une rame de métro bloquée à l’intérieur d’un des tunnels… et le personnage de Robert Shaw se délecte d’éteindre toutes les lumières. Donc, avec cela, il y a de gros morceaux du film enveloppés dans l’obscurité réelle. Dans sa direction, Joseph Sargent capte un réel sentiment d’être piégé. Ce n’est pas visible uniquement dans le travail dans le métro, mais tout au long du film. Dans son travail avec son équipe créative, Sargent puise dans la claustrophobie écrasante d’une ville massive comme New York. Il y a un réel sentiment d’être piégé. Ces personnes sont piégées dans le métro, le lieutenant Garber est piégé dans son immeuble de bureaux caverneux, même les policiers dans la rue sont enfermés et coincés. Tout au long de The Taking of Pelham One Two Three, l’image dominante de New York est celle d’une jungle urbaine écrasante et soudain, les luttes de la ville à l’époque prennent tout leur sens. Ces personnes sont toutes emprisonnées dans une prison en béton sans aucun moyen de s’échapper. De plus, si vous avez un abonnement HBO Max ce mois-ci, assurez-vous de vous connecter au contenu bonus spécial: Pelham One Two Three: NYC Underground. Ceci est un autre dans ce qui a été une série de documentaires exceptionnels fournis au festival par le producteur Bruce Goldstein. Comme les autres de la série (The Naked City, Speedy et The Taking of Pelham One Two Three), il analyse ce film comme un document historique du passé pas si lointain de Manhattan. Dans ce film, nous voyons New York comme une ville vitale, puissante et très vivante, préservant la mémoire de la ville telle qu’elle était… avec toutes les verrues visibles. The Taking of Pelham One Two Three a frappé les écrans de cinéma dans le cadre du sous-genre sombre et crasseux «New York in Trouble». Cependant, le casting brillant du film, en particulier l’interaction bien conçue entre Walter Matthau et Robert Shaw élève le récit à un endroit plus compliqué et avec cela, le public acquiert une appréciation non seulement de cette histoire puissante, mais de l’environnement à partir duquel il a jailli. The Taking of Pelham One Two Three est diffusé sur HBO Max dans le cadre du TCM Classic Film Festival. Intéressé d’en apprendre plus sur nous?? Suivez Ticklish Business sur Twitter, Facebook, Letterboxd et Instagram. Vous souhaitez nous soutenir? Consultez notre page Patreon! Les avantages incluent des cadeaux, un accès anticipé et du contenu bonus supplémentaire! Nos épisodes de podcast sont disponibles partout où vous écoutez des podcasts, y compris: Apple Podcasts, Spotify et Podbean.

★★★★★

A lire également