La neige dans Le Magicien d'Oz était composée à 100 % d'amiante pure

La neige dans Le Magicien d’Oz était composée à 100 % d’amiante pure

Résumé

  • La célèbre scène du champ de coquelicots dans Le Magicien d’Oz utilisait de la fausse neige à base d’amiante.
  • L’amiante est un cancérigène incroyablement dangereux, directement lié au développement du mésothéliome.
  • La production du Magicien d’Oz a en outre été confrontée à de nombreux risques pour la santé, notamment des empoisonnements causés par le maquillage en aluminium et des blessures causées par des cascades pyrotechniques.

La neige du Magicien d’Oz des années 1939 a été fabriquée à partir d’amiante minérale toxique. Depuis, beaucoup de choses ont changé dans le monde du divertissement, mais ce célèbre film de Judy Garland inspire encore aujourd’hui la créativité, notamment avec ses nombreux effets pratiques. Malheureusement, certaines des astuces utilisées par l’équipe étaient plus que dangereuses pour toutes les personnes impliquées dans la production. Cela incluait l’utilisation de l’amiante.

Mis à jour le 30 décembre 2023 : cet article a été mis à jour avec du contenu supplémentaire sur l’utilisation de l’amiante dans Le Magicien d’Oz.

La scène du coquelicot dans Le Magicien d’Oz est devenue tristement célèbre au fil des années après que les téléspectateurs ont appris que la fausse neige de la scène était composée à 100 % d’amiante. Dans le film, Dorothy se réveille dans un champ de coquelicots enneigé conçu par Glinda la bonne sorcière. Le chrysotile, qui est de l’amiante blanche, était autrefois vendu comme fausse neige pour les décorations de Noël et était également utilisé pour cette scène. Cela s’est accompagné d’une utilisation plus large de l’amiante dans les matériaux de toiture, les plaquettes de frein, les portes coupe-feu intérieures, les rideaux de scène, les plafonds à pop-corn, etc. Selon Atlas Obscura, Le Magicien d’Oz « littéralement dous[es] ses principaux personnages sont cancérigènes », compte tenu de l’immense quantité de fausse neige utilisée dans la scène.

Lorsque la poussière d’amiante est inhalée ou ingérée, les fibres minérales peuvent éventuellement rester piégées de façon permanente dans le corps. Les fibres d’amiante piégées dans le corps peuvent provoquer une inflammation des poumons, des cicatrices et même des dommages génétiques. Le mésothéliome, une forme rare de cancer, est presque exclusivement lié à l’exposition à l’amiante, ainsi qu’à d’autres types de cancer et de maladies pulmonaires. Cela étant dit, il n’a pas été officiellement confirmé que quiconque sur le tournage du Magicien d’Oz soit décédé à cause de l’utilisation de l’amiante dans la scène des champs de pavot.

La production maudite du Magicien d’Oz

En plus de la fausse neige dans Le Magicien d’Oz, de l’amiante aurait également été utilisée dans le costume d’épouvantail de Ray Bolger. Étant donné que le personnage a eu plusieurs affrontements avec le feu dans le film, on pense que son costume a été pulvérisé avec un matériau ignifuge à base d’amiante. Heureusement, les équipes de tournage utilisent aujourd’hui d’autres méthodes pour créer de la fausse neige ou pour gérer de vraies flammes sur le plateau, grâce aux progrès de la technologie de sécurité et à la plus grande prolifération des effets générés par ordinateur.

Le Magicien d’Oz pourrait très bien être le film le plus apprécié de tous les temps. Cependant, sa production présentait de nombreux aspects troublants. Buddy Ebsen, qui jouait à l’origine le rôle de Tin Man, s’est retrouvé à l’hôpital pendant deux semaines après que l’aluminium utilisé dans son maquillage se soit infiltré dans son corps, l’empoisonnant ainsi. Il a été remplacé par Jack Haley, qui a ensuite développé une infection plus bénigne et plus facilement traitable. Margaret Hamilton a également été blessée alors qu’elle effectuait l’une de ses cascades de disparition remplie de fumée et a dû être conduite à l’hôpital. Il lui a fallu six semaines pour se remettre complètement de ses blessures.

Le magicien d’Oz

Date de sortie 15 août 1939

Réalisateur Victor Fleming, Mervyn LeRoy, Richard Thorpe, King Vidor Avec Judy Garland, Frank Morgan, Ray Bolger, Bert Lahr, Jack Haley, Billie Burke

Note G

Publications similaires