La lettre que Steven Spielberg a envoyée à Jaws : le réalisateur de The Revenge

Actualités > La lettre que Steven Spielberg a envoyée à Jaws : le réalisateur de The Revenge

Avant le début de la production sur Jaws: The Revenge , Steven Spielberg a envoyé une lettre au réalisateur Joseph Sargent ; voici le conseil qu’il a donné.

Voici la lettre que Steven Speilberg a écrite pour Jaws: The Revenge réalisateur Joseph Sargent avant le début de la production de l’entrée décriée. Bien que Jaws ait fait la carrière de Spielberg et soit un film révolutionnaire, la production a également été une expérience cauchemardesque pour son jeune réalisateur. Le budget et le calendrier ont été largement dépassés, et Spielberg craignait que cela ne mette fin à sa carrière. Bien sûr, c’est exactement le contraire qui s’est produit, mais il a juré de ne pas revenir dans la franchise. Il a laissé tomber Jaws 2, et bien qu’il ait brièvement envisagé un retour lorsque le réalisateur original a été renvoyé un mois après le tournage, il a décidé mieux.

Il a également rejeté une offre de retour pour le troisième film et aurait personnellement torpillé le concept parodie original du studio Jaws 3, People 0. Il existe également des rapports non confirmés selon lesquels Spielberg a une telle aversion pour les suivis qu’il a refusé de faire. laissez les mâchoires originales être emballées dans un coffret avec les suites. Publiquement, Spielberg a seulement déclaré qu’il n’aimait pas Jaws 2, mais étant donné que cette entrée particulière est facilement considérée comme la meilleure suite, il est raisonnable de supposer qu’il n’est pas non plus un fan de Jaws 3D ou de The Revenge.

Ce dernier film figure souvent sur les listes des pires films jamais réalisés, et bien qu’il soit un peu meilleur que sa réputation ne le suggère, il ne se rapproche même pas de la qualité de Jaws. À la décharge de la suite, son calendrier et sa production précipités l’ont vu écrit, filmé et monté en neuf mois, à une époque où les superproductions prenaient généralement au moins deux ans à se mettre en place. Le cinéaste vétéran Joseph Sargent (The Taking Of Pelham 123) a assumé la direction de Jaws: The Revenge – qui a deux fins différentes – et avant le début du tournage, Spielberg lui-même a écrit une lettre (via Los Angeles Times) offrant des réflexions sur le scénario et souhaitant Chance Sargent.

Comme le vétéran du Vietnam, je suis rentré chez moi aussi et j’ai réussi à ne jamais penser à l’année 1974, jusqu’à ce que je commence à lire «Jaws: The Revenge». Je suis arrivé à la page 18 et je me suis retrouvé à tenir ce revolver de service et à le décharger jusqu’à ce qu’il soit vide dans l’océan Atlantique. Je n’ai pas pu continuer à lire car cela m’a rappelé tellement de souvenirs.

Bonne chance, Joseph Sargent. Apportez beaucoup de Joseph Conrad à lire en attendant le prochain tournage.

Appelez souvent à la maison pour parler aux gens que vous aimez.

Avec une immense sympathie et deux clins d’œil de mon œil droit,

(signé) Steve.

La lettre élégante de Speilberg est essentiellement un cinéaste qui – ayant lui-même survécu à une production cauchemardesque de Jaws – exprime ses sympathies à un autre pour ce qui sera sans aucun doute un tournage stressant. Il admet également ne pas être en mesure de terminer le scénario de Jaws: The Revenge et fait référence à une scène supprimée où Ellen Brody (Lorraine Gary), accablée de chagrin, vide le revolver de police de son défunt mari Martin Brody dans la mer après la mort de leur fils. Ce passage figurait cependant dans la romanisation de Jaws: The Revenge, Ellen évitant sans le savoir un quasi-accident du requin titulaire.

Malgré la lettre de Steven Spielberg, Jaws: The Revenge – qui possède l’un des meilleurs décors de la série – a été publié avec de terribles critiques et un box-office décevant. Cela a également tué la série, qui n’a pas encore produit de nouvelle entrée. Le Spielberg produit Back To The Future Part II comportait également un coup pointu vers la traite de la franchise par Universal avec Jaws 19, Marty McFly étant brièvement terrorisé par un requin holographique qui « … a toujours l’air faux ».

★★★★★

A lire également