La fin du jeu de la reine montre la faille fatale des biopics hollywoodiens

Les futurs films biographiques hollywoodiens pourraient apprendre une chose ou deux de la narration imprévisible de The Queen's Gambit, la nouvelle mini-série à succès de Netflix. The Queen's Gambit raconte une histoire incroyable sur Beth Harmon, qui n'est pas une vraie joueuse d'échecs, mais quelqu'un dont l'histoire captive toujours d'une manière que d'autres biopics hollywoodiens ne font pas. Bien sûr, aussi inspirant que puisse être le voyage de Beth, ce n'est qu'un conte fictif. Et pourtant, The Queen's Gambit a beaucoup en commun avec les biopics traditionnels hollywoodiens. La mini-série n'est peut-être pas un biopic en soi, mais sa nature fictive lui permet en fait d'expérimenter et, finalement, d'améliorer la formule biopic établie dans tant d'autres films et émissions de télévision. The Queen's Gambit suit la vie de Beth Harmon, entièrement imaginaire, devenue un prodige des échecs dès son plus jeune âge. Bien que Beth ait une capacité étonnante au jeu, elle trouve cela tempéré par ses propres luttes personnelles et ses éventuels problèmes de toxicomanie, faisant passer la série entre des hauts tactiques épiques et des bas personnels profondément tragiques. Continuez à faire défiler pour continuer à lire Cliquez sur le bouton ci-dessous pour démarrer cet article en vue rapide. En relation: Le gambit de la reine: la signification de la tenue finale de Beth Le gambit de la reine se distingue de toute évidence des biopics par sa narration imprévisible. Parce que Beth est un personnage complètement fictif, le public n'a aucune idée de l'endroit où son voyage peut la mener. Et pourtant, le spectacle reste historiquement exact dans sa représentation de différentes villes, ainsi que de l'évolution des échecs en tant que sport. Contrairement à The Queen's Gambit, des émissions comme The Crown ou Hollywood, qui ont toutes deux rencontré un succès sur Netflix en 2020, ne peuvent aller que si loin en surprenant le public ou en renversant les attentes. Les téléspectateurs regardent ces émissions avec une familiarité préexistante avec leurs référents réels, ou sont simplement une recherche Google loin de savoir ce qui se passe. Mais s'en tenir aux faits ne devrait pas handicaper un biopic. Alors, comment les films et émissions factuels peuvent-ils s'inspirer de Scott Frank et du reste de l'équipe créative derrière The Queen's Gambit? Pourquoi le gambit de la reine avait-il une fin supérieure Le gambit de la reine excelle tout au long de son histoire originale, mais cela devient particulièrement évident dans le dernier épisode de la série. Même après avoir perdu son match contre Borgov à Paris dans l'avant-dernier épisode de l'émission, il est resté clair que l'émission se terminerait par un affrontement avec Borgov. Ce qui était moins clair était de savoir si Beth prévaudrait ou non sur Borgov lors du Moscou Invitational dans le dernier épisode passionnant. Si The Queen's Gambit avait été adapté de la vie d'un vrai joueur d'échecs, ce match final entre Borgov et Beth aurait été miné de son intensité. Beth bat finalement Borgov à Moscou, ce qui pourrait certainement être lu comme une conclusion plutôt sûre et attendue. Pourtant, l'accumulation à ce moment est très satisfaisante, car Beth subit une grande majorité du développement de son personnage au cours des deux derniers épisodes de la série. Surmontant ses problèmes de dépendance et de maladie mentale, Beth compense ses erreurs précédentes et bat Borgov à ses propres conditions. La recherche de Bobby Fischer, sans doute le biopic d'échecs le plus populaire, présente une fin très similaire à celle de The Queen's Gambit. Josh Waitzkin, dont la vie est basée sur le film, bat un adversaire d'élite nommé Jonathan Poe. L'homologue réel de Poe s'appelait Jeff Sarwer – cependant, et le match réel entre les deux se termina par un match nul. Le film n'a pas réussi à rester fidèle à la carrière de Waitzkin, mais a également livré une fin prévisible. Bien entendu, modifier des événements de la vie réelle dans un souci de clarté dramatique n'est pas nouveau. Peut-être que des biopics comme Searching for Bobby Fischer peuvent se tourner vers The Queen's Gambit et adopter une approche de la narration qui mêle à la fois réalité et fiction. Comment le gambit de la reine réussit (là où d'autres biopics hollywoodiens échouent) Le gambit de la reine se trouve dans une position unique en ce qui concerne la réalité. Parce que la série concerne des personnages strictement fictifs, son histoire immédiate est capable de se promener où bon lui semble. Pourtant, le spectacle est clairement intéressé à représenter correctement ses nombreux lieux mondiaux tels qu'ils existaient dans les années 1970. The Queen's Gambit vise également à rester fidèle à l'expérience féminine de l'époque. L'émission est capable de réussir ces efforts en acceptant les faits comme une composante significative, mais pas globale, de sa narration. À travers ses divers contextes physiques et ses arrière-plans culturels plus larges, The Queen's Gambit forge un sentiment d'authenticité, à tel point que beaucoup se sont demandé si le spectacle était basé sur une histoire vraie après tout. Les biopics hollywoodiens comme Searching for Bobby Fischer parviennent en quelque sorte à se sentir moins authentiques, car ils manipulent les événements de la vie réelle sur lesquels ils sont basés, mais ne parviennent pas non plus à compenser ces types de modifications d'une autre manière significative. En vérité, très peu de biopics seront jamais capables de représenter pleinement la vie de leur sujet. La nature même de la narration dramatique exige que certains éléments de la vie d'une personne soient coupés, tandis que d'autres soient modifiés ou déformés. Mais comme le suggère The Queen's Gambit, cela ne rend pas les biopics inutiles. Ils ont juste besoin de marcher sur un terrain nouveau et imprévisible. En relation: Anya Taylor-Joy: où vous connaissez la star de The Queen's Gambit Break-Out L'un des plus grands atouts de Queen's Gambit est sa capacité à rendre les échecs passionnants pour les téléspectateurs. L'émission consacre peu ou pas de temps à nous expliquer le jeu, et pourtant nous nous retrouvons fortement investis dans chacun des matchs de Beth. Placer ce niveau de confiance dans le public est essentiel au succès de l'émission. Trop de biopics ressentent le besoin de prouver leur valeur à leur public. Le Molly's Game d'Aaron Sorkin, par exemple, consacre un temps inutile à expliquer les règles du poker ou les paramètres des plans de Molly. Même le dialogue vif d'esprit de Sorkin ne peut pas empêcher ces moments de ralentir l'élan du film. The Queen's Gambit prouve qu'un personnage bien développé, comme Beth, peut faire une bonne histoire, quelle que soit la familiarité du public avec le monde que ce personnage occupe. Comment les biopics hollywoodiens peuvent-ils être plus efficaces? Trop de biopics à Hollywood donnent l'impression qu'ils sont entièrement factuels. Des films comme Bohemian Rhapsody et Walk the Line ont rencontré un grand succès dans la représentation de musiciens de haut niveau, mais n'ont pas reconnu à quel point ils ont simplifié ou déformé la vie de leurs sujets. Ce genre de narration stéréotypée a été usurpé de manière hilarante dans Walk Hard: The Dewey Cox Story de Jake Kasdan. Avec Walk Hard, Kasdan a fait valoir qu'une grande majorité des biopics recyclaient simplement les mêmes points de l'intrigue encore et encore. Si les cinéastes veulent éviter ces critiques, ils n'ont pas besoin de chercher plus loin que The Queen's Gambit, qui accueille à la fois la réalité et la fiction comme les deux faces d'une même médaille. Une émission fictive comme The Queen's Gambit ne peut pas prospérer sans une toile de fond factuelle fiable qui donne vie à chaque image. D'un autre côté, un biopic ne peut réussir sans reconnaître la fabrication comme inévitable et l'incorporer dans le film ou le spectacle. Le réseau social de David Fincher met en évidence la faillibilité de la mémoire en racontant l'histoire de Mark Zuckerberg, donnant au film une certaine marge de manœuvre en termes d'exactitude historique. De même, I'm Not There de Todd Haynes utilise six acteurs différents pour dépeindre Bob Dylan, capturant l'essence de l'auteur-compositeur-interprète légendaire mieux qu'un biopic traditionnel ne le pourrait jamais. The Queen's Gambit est une interprétation ludique et unique de l'arc narratif «Rags to Rich». Il parvient à offrir une tournure aussi innovante à ce type de narration en s'engageant dans sa fiction, tout en s'attaquant aux faits et à l'histoire au besoin. Il n'y a peut-être pas trop d'émissions comme celle-ci en ce moment, mais peut-être que les futures adaptations d'histoires réelles peuvent s'inspirer de l'impressionnant mélange de faits et de fiction de la série. Suivant: La fin du gambit de la reine expliquée: qu'est-il arrivé à Beth? Idle Hands: Comment la tragédie de la vie réelle a fait sortir le film d'horreur des salles de cinéma À propos de l'auteur Cory Stillman (74 articles publiés) Cory Stillman est un écrivain de films / séries télévisées chez ScreenRant. Un collectionneur passionné de bandes dessinées et de Criterion Blu-Rays, Cory est tout aussi susceptible de vous dire pourquoi Aquaman est évidemment le super-héros le plus cool qu'il est de revoir chaque film de Terrence Malick pour la énième fois. Lorsqu'il n'écrit pas, Cory aime jouer à des jeux vidéo, lire et apprendre la guitare électrique. Vous pouvez en savoir plus avec Cory sur Twitter @ CorsLight25 ou sur son blog, MustReid. Plus de Cory Stillman

Vous pourriez également aimer...