La fille de UNCLE Complete Series Vol. One (1965) – Affaires chatouilleuses

Actualités > La fille de UNCLE Complete Series Vol. One (1965) – Affaires chatouilleuses

L’un des meilleurs atouts du développement des médias physiques a été l’opportunité qu’il offre de préserver des œuvres rares du cinéma et de la télévision. Que ce soit ce classique culte que vous aimiez à l’université ou la sitcom d’une saison que vous vous souvenez avoir aimée quand vous étiez enfant, c’est toujours une joie de trouver cette émission que vous attendiez depuis des années. C’est l’euphorie que j’ai ressentie lorsque j’ai enfin mis la main sur le jeu de DVD de Warner Archive de la série télévisée de 1966, The Girl from UNCLE Alors que j’avais regardé son homonyme, The Man from UNCLE, et même adoré le redémarrage cinématographique de Guy Ritchie en 2015, Je n’avais jamais eu l’occasion de mettre la main sur ce trésor. Jusqu’à présent, c’est. La fille de l’ONCLE suit April Dancer (Stefanie Powers) et son adorable partenaire Mark Slate (Noel Harrison) alors que les deux parcourent le monde, résolvent le crime et ont généralement l’air mod et fabuleux au service du United Network Command for Law and Enforcement. C’est vrai, ce sont des agents secrets. La série a été créée à l’automne 1966 sur NBC en tant que contrepartie de l’ultra-populaire, The Man from UNCLE. Tout d’abord, la série télévisée vise à capitaliser sur la vague de télévision d’espionnage frappant les réseaux au milieu des années 1960. Alors que les westerns commençaient à décliner aux yeux du public, des agents secrets et des yeux privés ont rempli le vide en formation. Vous connaissez ces émissions, The Man from UNCLE, Burke’s Law, Mission: Impossible, Get Smart et Honey West pour n’en nommer que quelques-unes. La seule saison de The Girl de UNCLE a été diffusée mardi soir en 1966, en face du drame Daktari et du long drame de guerre Combat! Il avait certainement du pain sur la planche. Word of The Girl de UNCLE commence à apparaître dans les journaux à l’automne 1965 alors que The Man from UNCLE a créé sa deuxième saison. Le développement de la spin-off a été rapide. Le numéro de Thanksgiving 1965 du Minneapolis Star rapporte que l’actrice Jill St. John était considérée comme l’une des meilleures candidates pour jouer le rôle principal. Fait intéressant, les articles de la fin de 1965 rapportent que c’est en fait Mary Ann Mobley qui a remporté le rôle principal. (Ceux qui connaissent la télévision classique savent que ce n’était pas leur décision finale). Maintenant, Mobley joue April Dancer dans le pilote non officiel de la série, un épisode de février 1966 de The Man from UNCLE, intitulé «The Moonglow Affair». L’épisode a associé Mobley aux côtés de Norman Fell dans le rôle de Mark Slate. C’est peu de temps après le mois de mars que The Girl d’ONCLE prend enfin forme. Le numéro du 2 mars 1966 de The Evening Sun de Baltimore Maryland écrit: « Stefanie Powers sera la » Fille de l’ONCLE « remplaçant Mary Ann Mobley qui a fait (le) spin-off – Mlle Mobley n’a pas mal fait, mais ils voudront peut-être quelqu’un avec un peu plus de couleur. Tranquille est le mot pour Miss. Mobley. Pendant ce temps, le Courier-News de Bridgewater New Jersey rapporte plus tard dans le mois – le 23 mars pour être exact – Noel Harrison a rejoint le casting. Certaines des premières critiques de période de The Girl d’ONCLE mentionnent la chose la plus importante à retenir à propos de la série (et The Man d’ONCLE, d’ailleurs). La série est campy. C’est très campy. Ceci est vu à son plus exagéré dans « The Mother Muffin Affair ». L’épisode présente un invité tourné par The Man de l’ONCLE lui-même, Robert Vaughn, et présente le légendaire Boris Karloff dans le rôle du grand méchant, une figure colorée nommée «Mother Muffin». Karloff joue le rôle (comme le soldat qu’il est) en pleine traînée, complet avec du maquillage. Cependant, il ne prend jamais la peine de ressembler à n’importe qui sauf à Bois Karloff. Pendant ce temps, l’épisode 17 «L’Affaire Faustus» présente Raymond Massey dans le rôle de «B. Elzie Bubb »et oui… il passe tout l’épisode à courir dans un très grand costume de diable caricatural. Maintenant, en tenant compte de tout cela, cela conduit les deux tranches d’ONCLE à tomber dans cette catégorie de «cela semblait si cool quand j’étais enfant!?! Qu’est-il arrivé? ». À travers des yeux plus adultes, ou même dans une perspective contemporaine, pour que le spectacle «tienne le coup», le camp doit être reconnu. Plus que cela, cela fait partie de l’expérience et de l’esthétique de l’univers UNCLE. Laisser derrière ce camp, laisse The Girl d’ONCLE en danger de se sentir comme une série exagérée qui n’a pas bien vieilli. La perspective change tout. En fait, le spectacle est en fait assez bon quand il s’éloigne du camp. L’épisode 13 «The Little John Doe Affair» présente une histoire à échelle réduite. Alors que Slate est allongé avec une jambe cassée, Dancer se fait sous couverture pour protéger un informateur de la foule Joey Celeste (Pernell Roberts) d’un tueur à gages (un Wally Cox étonnamment intimidant). Dès les premières scènes, Powers apporte une grande chimie avec Roberts, qui à ce stade était encore fraîchement sorti de son départ de Bonanza. Les deux vont très bien, et à la fin de l’épisode, ils semblaient creuser un peu de profondeur en avril, ce qui m’a laissé en vouloir plus. La saison deux devrait contenir un long triangle amoureux dans lequel April doit choisir entre Celeste et Slate. Cela aurait dû arriver! Cela étant dit, la série fait un excellent usage de Powers et Harrison en tant que paire. Alors que Noel Harrison était un nouveau venu dans un rôle de cette stature (la plupart des premiers articles de presse le vantent comme le fils de Rex Harrison), il trouve rapidement son équilibre avec le rythme et le ton léger de la série. Il ne lui a jamais accordé un moment pour vraiment briller avec sa polyvalence – du moins dans cette première moitié de saison -, mais il est un charmant partenaire dans le crime pour avril et tous les deux réussissent facilement les plaisanteries coquettes communes dans les scripts. Dans le même temps, The Girl de UNCLE est un visionnage amusant pour les fans de télévision classique. Même dans les premiers épisodes de sa (unique) saison, les stars invitées de l’émission sont un amusement qui est celui de la télévision du milieu des années 1960. Boris Karloff, Raymond Massey, Pernell Roberts et Wally Cox ont déjà été mentionnés dans cette revue. Il y a aussi des apparitions amusantes d’Edward Andrews, Edward Mulhare, Leslie Uggams, Tom Bosley, Dom DeLuise et Bernard Fox pour n’en nommer que quelques-uns. Il est facile de s’enthousiasmer pour chaque épisode qui passe avec une collection aussi dynamique d’interprètes de personnages remplissant la feuille d’appel. Enfin, il est chanceux que The Girl de UNCLE ait reçu une bonne et solide restauration et une sortie de DVD tout aussi bonne. Les fans de télévision du milieu du XXe siècle savent que ce n’est pas toujours le cas, surtout pour une émission d’une seule saison. Il arrive tout aussi souvent qu’une série comme celle-ci se retrouve dans le domaine public, ou même oubliée en dehors des rendus rugueux sur YouTube. En regardant le DVD, The Girl d’ONCLE est absolument impeccable. Les couleurs, les costumes et la scénographie sont lumineux, vifs et délicieusement modifiés. C’est un bonbon pour les yeux, et c’est un plaisir de voir un tel bijou si bien conservé. En fin de compte, The Girl from UNCLE est une émission de télévision classique qui doit être vue à travers une lentille très spécifique. Il y a un moyen pour le thriller d’espionnage de 1965 de tomber presque avec humour; dans le même temps, la série campy peut encore être très amusante. Cela ne se prend vraiment pas au sérieux, et peut-être que nous ne devrions pas non plus. Restez tourné pour mon examen de la seconde moitié de cet ensemble de DVD! The Girl from UNCLE est disponible sur DVD via Warner Archive.

★★★★★

A lire également