ninja-e1642454072342-9440286-9069131-jpg

La comédie la plus pure de Chris Farley jamais réalisée

Actualités > La comédie la plus pure de Chris Farley jamais réalisée

Beverly Hills Ninja ne devrait pas fonctionner aussi bien qu’il le fait. Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis sa sortie en salles le 17 janvier 1997, mais le film résiste toujours bien comme un morceau de peluche cinématographique loufoque et au grand cœur rempli d’assez de bêtises et de hijinks loufoques pour chatouiller tous sauf les plus cyniques. OS drôles.

Il est utile d’avoir Chris Farley comme star, en particulier lorsqu’il s’agit d’un scénario plutôt piéton et d’un casting de soutien qui – à l’exception de Robin Shou et Chris Rock – n’offre aucun soutien immédiat. Farley a porté la maigre production de 18 millions de dollars sur son dos comme un champion, s’appuyant souvent plus sur les chutes que sur l’intelligence, et d’une manière ou d’une autre, tout fonctionne.

PLUS: Best of 2021: Ryu Ga Gotoku Studio a occupé les joueurs toute l’année avec de grands titres

Beverly Hills Ninja était la dernière sortie très médiatisée de Farley avant sa mort tragique en décembre de la même année et est le seul film de son œuvre commercialisé sous son seul nom. Alors qu’il continuerait à jouer dans Presque héros (aux côtés de Matthew Perry) et à faire une apparition dans Dirty Work de Bob Saget (avec Norm MacDonald) – tous deux sortis après sa mort – Beverly Hills Ninja reste le dernier film vraiment valable de Chris Farley.

À l’époque, les critiques ont levé le nez sur le film, tandis que le public est resté pour la plupart à l’écart, ce qui a entraîné un modeste gain de 31,5 millions de dollars au box-office. Dommage.

Alors que Beverly Hills Ninja n’a pas le coup de poing des offres supérieures de Farley, Tommy Boy et Black Sheep, la comédie présente toujours beaucoup d’hilarité dans sa durée relativement brève de 88 minutes pour la rendre intéressante, ne serait-ce que pour les fans du défunt acteur.

Pour commencer, le montage d’ouverture montre Haru, le ninja en formation de Farley, qui tente de suivre son compagnon Gobei. À un moment donné, il finit par se pendre accidentellement avec un engin en forme de corde dans une scène qui m’a complètement pris au dépourvu la première fois que je l’ai vu… et m’a laissé en points de suture. Pas vraiment. La scène d’ouverture de Beverly Hills Ninja m’a tué.

Plus tard, Haru tente de s’entraîner seul et finit par briser un tas de miroirs et se surprend en lançant avec succès une étoile de lancer. Le truc avec la marque d’humour de Farley, c’est qu’il pourrait faire paraître accidentels même les actes de chaos les plus délibérés. J’imagine que travailler avec un gars comme lui, un réalisateur n’aurait qu’à crier « Action ! » puis attendez de voir l’hilarité se dérouler.

Beverly Hills Ninja présente également Chris Rock dans un rôle de soutien en tant qu’employé d’hôtel ayant besoin de quelques leçons de ninja. Haru oblige, mais embroche presque Gobei (qui suit son compagnon guerrier ninja ne serait-ce que pour offrir une protection). Farley et Rock se jouent plutôt bien, le véritable étonnement de ce dernier étant complété par la perplexité constante du premier face à ses propres actions.

Il y a aussi une série de séquences « Plane of Enlightenment » dans lesquelles Haru communique avec son maître via une expérience hors du corps. Chaque bit s’intensifie en termes de folie jusqu’à ce que Haru soit littéralement jeté à travers les fenêtres. C’est stupide, mais aussi assez génial.

PLUS: Dune 4K Review: Le moyen idéal de regarder l’adaptation de Denis Villeneuve

Enfin, à la fin du film, Haru tente de « guider » Chris Rock vers l’antre des méchants tout en portant un bandeau sur les yeux. Le duo se retrouve sur une piste équestre et finalement dans un lave-auto. Naturellement, Haru perd la tête et tente de combattre ce qu’il croit être des créatures marines.

Écoutez, Beverly Hills Ninja n’est pas du grand art. Son amusement maladroit est réalisé via une approche de style fusil de chasse, ce qui signifie que tout ne fonctionne pas. Parfois, les blagues deviennent un peu redondantes et même légèrement odieuses, mais c’est Chris Farley en un mot. Soit vous aimez le gars, soit vous ne l’aimez pas.

Quoi qu’il en soit, Beverly Hills Ninja offre un petit échantillon de son talent extraordinaire. Après toutes ces années, cela reste peut-être la comédie la plus pure de Chris Farley jamais réalisée – c’est dommage que nous n’ayons jamais pu en voir plus.

★★★★★

A lire également