La bête doit mourir (1974) – Affaires chatouilleuses

Actualités > La bête doit mourir (1974) – Affaires chatouilleuses

Quand je pense aux loups-garous, une chose me vient immédiatement à l’esprit. «Où loup? Là! Là, loup! (Jeune Frankenstein, 1974). Le sous-genre werwolf fournit certaines des entrées les plus mémorables du panthéon de l’horreur: The Wolf Man, An American Werewolf in London, Teen Wolf, Twilight… les histoires traversent les décennies et les genres. C’est avec cela que je porte mon attention sur un autre film d’horreur nouveau pour moi, potentiellement «  bon-mauvais  », La bête doit mourir. The Beast Must Die suit Tom Newcliffe (Calvin Lockhart), un riche homme d’affaires qui invite un groupe de connaissances à rester dans son immense domaine anglais pour une escapade d’un week-end. Alors qu’en surface, il semble que ces gens soient pour quelques jours de détente, il s’avère que tout est un peu plus… décalé. Il semble que chacun de ces gens ait une certaine… propension… pour la chair humaine crue et selon Newcliffe, l’un d’eux est un loup-garou. Et il s’avère qu’il veut vraiment chasser un loup-garou. Je suppose que c’est un avantage d’être riche. Peter Cushing, Marlene Clark, Charles Gray, Michel Gambon et Anton Diffring co-vedette dans le film. Paul Annett réalise The Beast Must Die à partir d’un scénario de Michael Winder. Le film est construit autour d’une prémisse vraiment intéressante. Qui est le loup-garou? De grands mystères classiques sont construits sur ce concept… enfin, pas les loups-garous… mais vous savez. Lorsque The Beast Must Die embrasse la nature de langue dans la joue de son récit unique, cela fonctionne incroyablement bien. Cela se voit au début du premier acte lorsque Newcliffe expose le mystère et encore une fois au plus profond du deuxième acte lorsque l’horreur commence à s’intensifier. C’est une version amusante d’une idée classique et je peux honnêtement dire que je n’ai jamais rien vu de tel. La bête doit mourir est un film de loup-garou à venir dans les années 1970, on peut donc supposer qu’il y aura une certaine quantité d’horreur gore. En fait, Annett fait un excellent travail en associant les éléments d’horreur au mystère d’une manière qui fonctionne à l’écran. C’est à ce moment que l’horreur est la plus effrayante, surtout lorsqu’elle est intégrée à l’inconnu. Il y a beaucoup de spectateurs que le public ne voit pas (ou ne peut pas) voir dans les premiers actes et c’est certainement à ce moment que les frayeurs frappent le plus fort. La direction de l’horreur chie vers la fin du deuxième acte alors que le film montre le loup-garou (remarquez mon évitement timide des spoilers ici!). Le loup-garou est-il maquillé? Non. Est-ce une marionnette? Non! En fait, la bête du titre qui «doit mourir» est un chien qui se présente comme un loup-garou. L’effet cinématographique de l’utilisation du chien (par opposition au maquillage ou aux effets visuels) est étrange. En regardant ce film pour la première fois, je me suis senti éloigné du récit à ce stade. C’est peut-être parce que cette technique est incroyablement rare, mais je ne me suis pas trouvé vraiment effrayé ni même particulièrement diverti, cela me distrayait. Dès les premières images, The Beast Must Die montre des objectifs stylistiques précis. Le film se sent très «  1970  » faute d’une meilleure tournure de phrase. En fait, Clavin Lockhart était un élément constant dans les films de «blaxploitation» populaires à l’époque et il y a des moments tout au long du film où il veut puiser dans ces associations. Cela est particulièrement clair dans l’utilisation de la musique et dans des moments de montage très spécifiques. Si le film s’était engagé à atteindre ces objectifs stylistiques spécifiques, je pense que ce film aurait pu fonctionner dans une mesure délicieuse; cependant, The Beast Must Die ne semble pas pouvoir décider de ce qu’elle veut être. Tonally, l’histoire se situe quelque part entre la «blaxploitation», l’horreur et Upstairs, Downstairs. Dans un monde parfait, cela créerait un ton étrange et merveilleux digne du meilleur film «  bon-mauvais  ». Malheureusement, The Beast Must Die ne sait jamais vraiment comment jongler avec ces idées contradictoires. Quand c’est génial, c’est vraiment incroyable; Cependant, il y a de longues sections mal rythmées qui ne sont qu’un travail à faire. Un certain nombre de scènes sont trop longues au point qu’il est possible de se déplacer et de revenir au récit… et de ne rien manquer. Les performances ici sont intéressantes, en particulier Lockhart qui est «nouveau pour moi» en tant qu’acteur. Dans le même temps, la présence de Peter Cushing et Michael Gambon enracine fermement le film d’horreur dans la grande vieille tradition d’acteur britannique. La plupart ne diront pas que Peter Cushing est toujours bon (et c’est vrai ici). J’irais même jusqu’à dire que l’acteur a l’air de s’amuser; cependant, cette légende de l’horreur britannique n’est guère plus qu’un instrument d’intrigue pour présenter une exposition. Comment gaspiller Peter Cushing? Peut-être qu’en regardant The Beast Must Die, mes attentes étaient trop faibles (ou trop élevées). Je m’attendais à une montre amusante de la variété de films «bons-mauvais»; cependant, ce qui scintille sur l’écran est un mystère d’horreur très intéressant alourdi par des luttes d’exécution. En fin de compte, celui-ci n’a tout simplement pas fonctionné pour moi. Il y en a assez pour que ce soit un film «  bon-mauvais  », mais en même temps, les problèmes de construction l’empêchent d’être un très bon film. The Beast Must Die sera diffusé le samedi 27 mars sur MeTV dans le cadre de Svengoolie. The Beast Must Die est également diffusé sur Amazon Prime!

★★★★★

A lire également