KVIFF 2021: Zátopek, Paris, 13th District, Petite Maman | Festivals & Awards

Accueil » Actualités » Critiques et avis » KVIFF 2021: Zátopek, Paris, 13th District, Petite Maman | Festivals & Awards

Il y a des galas sur des galas et chacun est plus somptueux et excitant que le précédent, qui rivalise plutôt avec la surabondance de films incroyables projetés toutes les quelques minutes. Je suis nouveau dans les festivals internationaux, n’ayant couvert que le Festival du film de New York, jusqu’à récemment mon arrière-cour, et Blackstar à Philadelphie. Tout le reste a été en ligne, grâce aux protocoles de sécurité mis en place pour garder les critiques en vie pendant COVID. J’espère qu’ils continueront, mais pour vraiment être ici est une sorte d’expérience hors du corps incessante.

Je parle à une chanteuse très talentueuse du nom de Lisa Ramey du concert donné sur une place publique des tubes de Jesus Christ Superstar, ce qu’elle a raté parce qu’elle s’est trompée d’after lorsqu’il m’est apparu que très peu de ce qui se passe cette semaine sera facilement contextualisé plus tard. C’est un tourbillon. Vous devez choisir entre une soirée à thème disco et voir les quatre heures de « A Brighter Summer Day » d’Edward Yang, et eh bien… c’était diffusé en 35 mm, il n’y avait aucune chance que je rate ça. Il y a Michael Caine, qui reçoit un prix pour l’ensemble de ses réalisations. Les sept secondes pendant lesquelles je peux exprimer mon amour pour le film « Play Dirty » et l’entendre dire, de la voix la plus charismatique des 50 dernières années, « Merci, monsieur », durera pour le reste de ma vie . Je suis présenté à David Ondříček et j’ai environ trois secondes avant de lui dire « Ton père Miroslav a tourné « Si… », certains jours mon film préféré de tous les temps. Il hoche la tête et dit « Le mien est ‘O Lucky Man !’ » Il a nommé sa société de production d’après ce film, également de la grande Lindsay Anderson, et il est ici en train de représenter leur dernière production, «Zatopek« , qu’il a dirigé. C’est le film de la soirée d’ouverture du festival et même si je suis en décalage horaire, je peux quand même dire que c’est impressionnant.

J’ai déjà écrit que les biopics sont un fléau pour la culture cinématographique, redevable des clichés les plus anciens et des structures les plus misérables, généralement un peu plus que les appels des stars pour des récompenses avec leur performance la plus grande et la moins intéressante. Heureusement, « Zátopek » est en quelque sorte dépourvu de tous, bien qu’il soit difficile de nier qu’il y ait une portion de soulèvement de taille décente, bien qu’il semble vouloir s’en passer. Vous ne pouvez être que si peu conventionnel lorsque vous parlez d’un héros national. Et il est indéniable que c’est ce qu’était Emil Zátopek. Un gremlin chauve et nerveux, il a battu des records olympiques, a pris la défense de ses coéquipiers au plus fort du discours de l’appareil d’État répressif et est devenu un symbole de coopération dans le monde du sport. Le film raconte son histoire dans des flashbacks sélectifs, car dans « présent », il est le mentor du coureur australien Ron Clarke. C’est un témoignage de la force du style décontracté qu’il ne devient jamais un problème que l’histoire de Clarke n’a vraiment rien à voir avec celle de Zátopek, sauf que nous voyons la solitude par laquelle la locomotive tchèque est menacée grâce à sa personnalité piquante et son n’aime pas qu’on lui dise comment se conduire par des fonctionnaires de l’État. Il a marché sur la corde raide d’être trop libre pour son propre bien et s’il le poussait, il perdrait tout même s’il continuait à mettre l’équipe olympique tchèque autrefois sans distinction sous les projecteurs.

★★★★★

A lire également