Judith Godrèche : En larmes sur le plateau de

Judith Godrèche : En larmes sur le plateau de « Quelle époque »


Un témoignage poignant et des larmes inattendues

Sur le plateau de l’émission « Quelle époque », diffusée sur France 2, l’atmosphère s’est soudainement alourdie lorsque Judith Godrèche, figure reconnue du cinéma français, n’a pu contenir son émotion. Dans une démarche de vérité, l’actrice livre un témoignage puissant sur une période trouble de sa jeunesse, qui la voit, à l’âge de 14 ans, sous l’influence du réalisateur Benoît Jacquot. Cette relation, débutée si tôt, obombrera ses premiers pas dans le monde du septième art.

Les méandres d’une relation sous emprise

Au fil d’une conversation intime et courageuse, Judith Godrèche se confie sur l’aspect troublant de son parcours. « C’est la première fois de ma vie que je pleure à la télévision », déclare-t-elle, un voile humide brouillant son regard. Le soutien de sa fille adolescente devient un catalyseur qui lui permet de traduire en mots ce passé douloureux.

Elle évoque avec nostalgie ses années de jeunesse marquées par la solitude et l’idéalisme. « Je vivais à travers les livres, ma mère est partie de la maison quand j’avais 9 ans, j’étais une jeune fille vulnérable », confie-t-elle. Confrontée très jeune à une figure masculine plus âgée, elle se retrouve propulsée dans sa carrière d’actrice, mais également dans un modèle relationnel teinté de dépendance.

Judith Godrèche et l’image de l’éternelle muse

Le cinéaste Benoît Jacquot, dans ce contexte, joue un rôle pivot. En lui offrant son premier rôle à l’écran, il scelle également une empreinte sur l’identité en devenir de l’actrice. « Je crois que mon identité s’est construite et je ne savais même plus si j’avais le droit d’être autre chose que cette femme enfant, cet enfant femme, cette muse », explique Judith Godrèche, soulevant les questions de l’image et du pouvoir dans le milieu artistique.

Une réalité contrastée avec les rêves d’innocence

Remontant le fil de ses souvenirs, l’actrice partage l’un de ces moments qui reflètent l’inconscience de son entourage de l’époque : elle n’a que 15 ans dans un dîner où on lui sert de l’alcool. Aujourd’hui, femme mûre et consciente, elle sonde les responsabilités et les omissions des adultes autour d’elle. « Je me demande, avec le recul, si quelqu’un se posait la question de ma place parmi eux » révèle-t-elle avec un sentiment de réflexion et une pointe de regret.

À travers ce récit, Judith Godrèche ne livre pas seulement une histoire personnelle, elle ouvre le débat sur les notions d’abus de pouvoir et de manipulation dans une industrie qui, parfois, ferme les yeux sur les réalités vécues par ceux qui en façonnent les rêves.

Publications similaires