JK Simmons et Ryan Kwanten livrent les marchandises d’horreur

Actualités > JK Simmons et Ryan Kwanten livrent les marchandises d’horreur

Ryan Kwanten livre une performance chirurgicale aux côtés de JK Simmons dans Glorious. Le gore et la divinité sont nombreux, complétés par un développement d’histoire bien exécuté qui est lié ensemble à la fin. L’humour tout au long garde les choses légères tandis que les enjeux continuent d’augmenter.

Wes traverse une période difficile après une rupture avec sa petite amie Brenda (Sylvia Grace Crim). Il se rend à une aire de repos avec un ours en peluche, des vêtements, des photos et d’autres souvenirs. Il essaie d’appeler Brenda plusieurs fois, laissant ses messages vocaux, avant que son téléphone ne meure. Il l’écrase, atteint l’arrière de sa voiture et commence à se noyer dans du whisky.

Ivre et seul, Wes trouve un foyer à l’aire de repos et commence à brûler leur passé. Il jette des objets dans le feu, y compris des photos, et finit par s’évanouir ivre. Il se réveille le matin et se précipite dans la salle de bain pour vomir. Avant de quitter l’étal, un Dieu (Simmons) commence à lui parler. Leur conversation commence plutôt innocemment mais progresse vers un territoire étranger. Wes décide qu’il est temps de partir mais n’arrive pas à ouvrir la porte. Il est pris au piège, et la seule issue est d’aider le Dieu à retrouver sa « forme éthérée ».

Ryan Kwanten et JK Simmons dans Glorious

Kwanten et Simmons échangent des plaisanteries hilarantes du début à la fin. La première a eu lieu dans un grand théâtre à Montréal, au Québec, au Festival international du film Fantasia, et a été remplie de rires à plusieurs reprises. L’humour est bien placé pour les moments de soulagement alors que Wes et le public deviennent de plus en plus conscients de la situation désastreuse à laquelle il est confronté. Cela n’enlève rien aux éléments d’horreur, cependant. Bien que drôle, le Dieu ne plaisante pas.

Nous ne voyons jamais Simmons car tout son rôle est exprimé de l’intérieur de la cabine de la salle de bain. Néanmoins, lui et Kwanten parviennent à porter le film presque entièrement à l’intérieur de la salle de bain, avec seulement peu d’aide des minutes de temps d’écran des autres membres de la distribution. Gary (André Lamar) n’apparaît que quelques minutes mais sert certainement son objectif.

Au fur et à mesure que l’histoire progresse, nous en apprenons davantage sur Wes, ce qui nous permet de ressentir juste ce qu’il faut pour lui alors qu’il continue de vivre une expérience toujours plus intense. Les flashbacks sont bien utilisés pour le contextualiser et accrocher les téléspectateurs. Wes est attiré par sa situation par le destin, ce qui pourrait jouer dans des questions plus larges d’existentialisme, bien qu’elles ne soient pas explorées bien au-delà de l’inférence. Au lieu de cela, les téléspectateurs reçoivent le contexte et des effets assez doux (et sanglants) pour ramener les choses à la maison.

Éléments de glorieux

Frémir

La partition de Glorious, de Joshua Hull, le complète bien. Il y a une scène où le personnage de Kwanten vit quelque chose qu’il n’a pas tout à fait pris en compte au début et est couvert de sang alors qu’il était assis sur les toilettes. Ce faisant, la réalisatrice Rebekah McKendry ralentit les choses et la partition joue doucement en juxtaposition.

La mythologie grecque s’inspire des éléments du film, notamment des graffitis et des personnages. McKendry a noté dans la déclaration de son directeur que cela témoigne également de son adoration pour Lovecraft et de choses qui vous laissent penser: « Je ne peux pas croire que je viens de voir ça. » Je suis content de l’avoir fait.

Glorious est écrit par Hull, David Ian McKendry et Todd Rigney. Il devrait sortir le 18 août 2022 sur Shudder. C’est une production d’AMP International, Citizen Skull Productions et Eyevox Entertainment.

★★★★★

A lire également