Jasmin Savoy Brown sur Meta-Horror et Spider-Man

Jasmin Savoy Brown sur Meta-Horror et Spider-Man

Actualités > Jasmin Savoy Brown sur Meta-Horror et Spider-Man

Le rédacteur en chef de ComingSoon, Tyler Treese, s’est entretenu avec la star de Scream VI, Jasmin Savoy Brown, à propos de la suite de la méta-horreur (regardez et lisez plus d’interviews). Scream VI est maintenant disponible en numérique et maintenant en streaming sur Paramount +. Il sera disponible en 4K et Blu-ray le 11 juillet.

« Après les derniers meurtres de Ghostface, les quatre survivants quittent Woodsboro et commencent un nouveau chapitre. Au moment où ils commencent à ressentir un sentiment de normalité, ils reçoivent cet appel infâme. Ghostface est plus brutal et implacable que jamais et ne reculera devant rien pour les traquer », lit-on dans le synopsis officiel du film.

Tyler Treese : Je pensais que le décor de New York était tellement rafraîchissant pour la série. Qu’est-ce qui vous a le plus plu dans le fait que ce film d’horreur sauvage se déroule à New York ?

Jasmin Savoy Brown : Eh bien, j’adore New York, donc au début j’étais ravie de pouvoir passer un été à New York. Puis je suis allé, « Oh mec, on va à Montréal? » J’ai fini par tomber amoureux de la ville. Mais New York pour les personnages — pas pour moi — C’est juste… oh mon Dieu, c’est terrifiant. Ghostface pourrait être n’importe qui, n’importe où. Il y a des millions de personnes dans cette seule ville. Donc ça fait peur. Cela augmente la possibilité de frayeurs. Ça booste tout. J’étais impatient de voir comment cela se déroulerait.

Cette scène dans le métro est juste terrifiante. Vous avez parlé de la façon dont Ghostface peut être n’importe où, en particulier dans des zones aussi surpeuplées. Comment s’est passé le tournage de cette scène ? La claustrophobie est si bien passée par la caméra.

Merci! Bravo à notre incroyable équipe de caméras. Dès que Ghostface entre en scène – comme en tant qu’acteur, quand il arrive sur le plateau, quand ils disent action – quelque chose se passe. Rien que d’en parler, j’en ai eu des frissons. Cela semble réel. Et donc le tournage m’a fait un peu peur du métro maintenant. Comme le fait qu’il y avait du monde et que personne n’a vu, entendu ou fait quoi que ce soit. Je veux dire, malheureusement, cela arrive. C’était vraiment effrayant.

Une chose qui m’a vraiment impressionné dans votre performance dans les deux films est la façon dont vous êtes capable de mélanger le sérieux des parties d’horreur avec le méta-humour pour lequel Scream est connu. En tant qu’actrice, à quel point est-ce gratifiant de pouvoir montrer autant de variété tout au long de ces films ?

Oh, c’est un rêve. Je veux dire, je dois donner tout le crédit à nos écrivains, parce que c’est vraiment, vraiment une super écriture. Évidemment, nous avons des réalisateurs incroyables, donc c’est vraiment un travail d’équipe. Je me considère très chanceux, très chanceux, de pouvoir mordre à pleines dents dans ces scripts. Et c’est tellement amusant. C’est vraiment facile avec Mason [Gooding]Mélissa [Barrera]et Jenna [Ortega] prendre des risques, être drôle, essayer des choses, échouer. C’est un travail de rêve, de haut en bas.

Je pensais que tous les personnages qui revenaient ont vraiment pris tout leur sens dans la suite. Comment était-ce en tant qu’actrice de revenir? Scream V a été si bien reçu, donc vous devez avoir non seulement eu cette camaraderie avec le casting, mais un peu plus de confiance. Comment ce genre de jeu dans la suite?

Oui, il y avait de la confiance à coup sûr dans la franchise, mais aussi un peu de nerfs parce que tout était en hausse. Le budget a été augmenté, la durée du tournage a été augmentée, le casting a été augmenté, et nous ne voulions décevoir personne, de tous ceux qui nous ont donné le feu vert pour faire ce film à, évidemment le plus important, les fans. Il y a donc un peu de pression, mais surtout de la joie et de l’excitation de pouvoir passer un été à faire ce que j’aime avec des gens que j’aime.

La base de fans est tellement passionnée. Au fil de ces deux films, comment ça s’est passé, de voir ce nouveau groupe de personnages pleinement adopté par les fans de la franchise ? Il devait y avoir quelques soucis, au début, qu’ils ne viennent que pour les stars de retour, mais maintenant vous êtes tout aussi établi que beaucoup de grands visages.

C’est fou même d’y penser. Je n’ai pas passé beaucoup de temps à y penser. Tu as raison. La première fois, ça faisait peur. Nous avons pensé : « Allons-nous être rejetés ? Les gens vont-ils même nous vouloir à l’écran ? Allons-nous être hués ? Mais être reçu avec autant d’amour et à bras ouverts par les fans a été écrasant et vraiment un rêve devenu réalité. Je ferais mille de ces films si je le pouvais.

Une chose que j’ai vraiment aimée à propos de Scream VI en particulier, c’est que nous voyons une exploration à la fois des sœurs et des amitiés. Nous voyons Jenna Ortega jouer encore plus un rôle de premier plan tout au long. Qu’est-ce qui vous a vraiment marqué dans le fait de travailler avec elle en tant que partenaire de scène ? J’ai été vraiment impressionné.

J’aime Jenna. C’est ma fille. Je la protège farouchement. C’est une actrice incroyable, comme le monde le sait maintenant – nous l’avons appris un peu plus tôt. Elle est prête à tout ! [Laugh]. J’aime vraiment improviser ou baiser avec mes partenaires de scène quand nous sommes de bons amis, parce que je pense aussi que ça leur apporte quelque chose. Alors parfois je faisais des trucs à Jenna dans une scène et elle roulait avec ça ! Faites des trucs comme de petites blagues à l’intérieur ou ajoutez un mot ou faites une grimace et elle roulerait avec et le rendrait encore meilleur. Je pense que c’est ce que Jenna est en tant qu’acteur. Elle prend ce qu’elle a donné et elle l’élève. Je suis vraiment fier de tout le travail que j’ai eu à faire avec elle.

Vous obtenez également une petite scène post-générique dans ce film. À quel point était-ce cool ?

Je n’ai pas pu le voir !

La dernière chose que les spectateurs voient est une blague de votre part. C’est cool que tu sois le dernier visage dans l’esprit de tout le monde ?

C’est fou. J’aimerais vraiment le voir. J’ai vu le film – pas à la première, malheureusement, j’ai dû prendre un avion – et donc je l’ai regardé en France et l’énergie là-bas n’était pas la même que j’ai entendu dire qu’elle était aux États-Unis. C’était juste très calme dans le théâtre. Il m’est arrivé de m’asseoir devant deux filles qui m’ont alors reconnu. Donc, à la fin du film, nous sortions et parlions ensemble pendant le générique. Donc je l’ai raté. Qu’est-ce que c’est?

Vous dites quelque chose comme: « Tout n’a pas besoin d’une scène post-générique à la toute fin. » C’est très méta.

C’est vraiment drole!

J’ai aussi beaucoup aimé votre performance dans le jeu vidéo Spider-Man : Miles Morales en tant que The Tinkerer. Pouvez-vous parler de cette performance ? Les jeux vidéo deviennent si énormes et vous devez en fait faire de la capture de mouvement pour cela. À quel point cette expérience était-elle personnelle ?

Oh mec, super personnel. J’ai passé un moment merveilleux avec tout ce groupe de personnes. C’était vraiment amusant de faire du mocap. C’est fou de penser que, d’une certaine manière, je suis dans l’univers Marvel, et que je travaille avec Nadji [Jeter] était tellement amusant. La capture de mouvement est difficile car contrairement au cinéma et à la télévision, ils ne peuvent pas être modifiés. C’est toujours une seule prise parce que c’est sous plusieurs angles. Il y a des milliers de caméras à la fois, vous ne pouvez donc pas tout gâcher puis réinitialiser. Si vous gâchez un seul mot, vous devez revenir au tout début. Alors ce travail… Je devais être plus hors livre, plus parfait avec mes répliques, parfait avec tout, que jamais auparavant. Donc je pense que ça a fait de moi un meilleur acteur.

Je regardais votre chaîne YouTube et j’ai vu vos vidéos musicales et j’ai été tellement impressionné par la chanson « goddamnit ». Peut-on s’attendre à plus de musique de votre part à l’avenir ?

Oui. Quand? Je ne sais pas, mais oui, tu peux. [Laugh].

★★★★★

A lire également