Jacques Dutronc : Les parents de Françoise Hardy n’étaient… Pas vraiment fans !

Jacques Dutronc : Les parents de Françoise Hardy n’étaient… Pas vraiment fans !


Quand la belle-famille résiste à l’idée du gendre idéal

Les relations familiales peuvent être complexes, en particulier lorsqu’il s’agit d’accepter le partenaire choisi par un proche. Cette situation, bien connue de tous, n’a pas épargné un couple emblématique de la chanson française : Françoise Hardy et Jacques Dutronc. L’alliance entre la chanteuse à la voix mélodieuse et le rocker au style désinvolte n’a pas été accueillie avec enthousiasme par les parents de Mademoiselle Hardy, Madeleine et Étienne. La réticence des beaux-parents face à ce mariage illustre ce principe souvent cité : on est rarement à la hauteur des attentes de la famille de l’être aimé.

Un premier amour nommé Périer

Françoise Hardy, icône de la chanson française, a connu une première histoire d’amour notable avec Jean-Marie Périer, photographe renommé de l’époque yéyé. Après quatre ans de romance, leur chemin se sépare, laissant place à l’arrivée de Jacques Dutronc. Séduit dès le premier regard, il n’a pas tardé à convoler en noces avec Françoise en 1967. Ensemble, ils accueillent leur fils Thomas en 1973, témoignage tangible de leur union.

L’image rebelle de Dutronc, source d’inquiétudes familiales

L’évocation de Jacques Dutronc par ses propres mots dans une interview pour Le Point ramène à la surface les tensions avec ses anciens beaux-parents. Ces derniers auraient préféré voir Françoise aux bras de Jean-Marie Périer, homme jugé plus stable et assidu dans sa profession. Jacques Dutronc, avec ses airs de rebelle, ses fumées de cigares et ses lunettes sombres, ne représentait pas le portrait classique du gendre rêvé. Cependant, l’apparence et la profession ne sont pas toujours des indicateurs de réussite ou de respectabilité.

En dépit des critiques, Jacques et Françoise ont vécu leur histoire à leur manière, marquée par une affection indéniable et une complicité persistante au fil des années. Dutronc, conscient de ses écarts de jeunesse, compare amusément son rôle dans la vie de Françoise à celui d’Amanda Lear pour Salvador Dali : une muse obsédante et passionnante qui contribue à la grandeur de l’artiste.

Les aléas de la santé et l’hommage familial par la musique

Aujourd’hui, Françoise Hardy, marquée par les assauts de la maladie, n’est malheureusement plus en mesure de s’investir dans le monde de la musique comme par le passé. Elle n’a pu être présente pour applaudir Jacques et Thomas Dutronc réunis sur scène. En leur cœur et celui des admirateurs, le duo père-fils rend hommage à Françoise en reprenant les notes nostalgiques de « Le temps de l’amour », mélodie d’une époque révolue, mais dont le souvenir demeure vivace.

Publications similaires