It’s Alive!: On the Many Faces of Frankenstein | Features

Actualités > It’s Alive!: On the Many Faces of Frankenstein | Features

Ici, les nuances freudiennes du roman sont littéralement mises à nu. L’idée de Frankenstein, un scientifique retiré de ses relations normales avec sa bien-aimée pour construire un beau surhomme vital, est celle à laquelle Flesh s’accroche. Hanté par les libidos de lui-même et de ses créations, le baron Frankenstein et son entourage sont littéralement ruinés par leurs pulsions sexuelles.

1994: « Frankenstein » de Mary Shelley

Vingt ans plus tard, Kenneth Branagh, toujours à cheval sur le succès de son adaptation de «Henry V», s’approcha de Frankenstein avec un sens similaire de la théâtralité explosive. Se jetant dans le rôle-titre et avec le film portant le nom «Frankenstein de Mary Shelley» (Parce que, comprenez-le, c’est la VRAIE version,) Le film de Branagh va du mélodrame efficace au mélodrame large et fort sur une base presque scène par scène. Le casting de Robert De Niro en tant que monstre est inspiré dans le sens le plus lâche du mot, semblant moins une décision infaillible et plus le produit d’un jeu de fléchettes lauréat d’un Oscar.

Tout cela, en plus de transformer la mélancolie de la vengeance du créateur en un voyage palpitant, contribue à recadrer Frankenstein comme une sorte d’aventure épique et romantique. Ce n’est pas «Frankenstein de Mary Shelley» mais plutôt «Frankenstein de Kenneth Branagh de Francis Ford Coppola de Bram Stoker de Dracula de Mary Shelley».

2017: L’univers sombre

Même les tentatives infructueuses sont de nature réinventive, avec l’une des dernières conçues dans le cadre d’un effort pour rassembler le «Dark Universe» désormais avorté d’Universal. En commençant par « The Mummy » en 2017, une branche de l’arbre cinématographique aurait finalement conduit à un remake de « Bride of Frankenstein », mettant en vedette Javier Bardem et réalisé par Bill Condon. « The Mummy » était tout ce qui en sortirait, cependant, Universal annonçant début 2019 qu’il allait emprunter une voie différente.

Personne ne peut le deviner à quoi aurait ressemblé Frankenstein dans une histoire élargie inspirée de Marvel. Cela dit, cela aurait probablement beaucoup fonctionné comme une version brillante des films d’horreur d’Universal dans les années 1940, où des personnages comme Frankenstein, le Wolfman et Dracula se heurteraient inévitablement pour des raisons qui sont rarement importantes ou dont on se souvient rarement.

MENTIONS HONORABLES: «The Munsters», «Frankenstein: The True Story», «Frankenstein», «Penny Dreadful»

En 1964, « The Munsters » a assuré que les monstres classiques Universal, généralement de nature victorienne, étaient maintenant fermement Americana, plaçant leurs ressemblances dans une sitcom qui joue comme « The Beverly Hillbillies » avec des boulons dans son cou. Frankenstein: The True Story de 1973 a le même penchant pour la violence et le maquillage que les films Hammer, mais y ajoute divers rebondissements comme pour nous assurer que chaque adaptation précédente (et le roman de Shelley lui-même) n’était qu’une recréation dramatique de cela. . Et le Frankenstein conçu pour la télévision de 1992 met en vedette Randy Quaid dans le rôle du monstre, partageant un lien psychique avec son créateur et s’intégrant dans la vague de science-fiction à petit budget du début des années 90 comme Mindwarp ou Mandroid. Et enfin à noter est la série « Penny Dreadful » de Showtime, une émission de 2014 qui présentait à la fois Frankenstein et la créature en tant que personnages principaux, utilisant ce dernier à la fois comme joueur et Chœur grec comme il illustre les thèmes de la solitude et du chagrin.

★★★★★

A lire également