Interview : Neill Blomkamp parle du mélange de technologie de Demonic et du Vatican

Actualités > Autour du cinéma > Interview : Neill Blomkamp parle du mélange de technologie de Demonic et du Vatican

Le quatrième long métrage de Neill Blomkamp, ​​Demonic, est enfin sorti. Bien qu’il contienne les éléments de science-fiction pour lesquels le réalisateur de District 9 est connu, il se transforme également en territoire d’horreur. Le rédacteur en chef des jeux vidéo, Michael Leri, s’est entretenu avec le Blomkamp pour expliquer comment il en est venu à penser à cette idée à deux volets, faire un film pendant les blocages de COVID, et ce que le Vatican a à voir avec tout cela.

Michael Leri : Les films d’horreur ont souvent une portée plus limitée car une grande partie du gros du travail se fait dans l’esprit du spectateur ou dans l’obscurité. Votre volonté de faire un film d’horreur était-elle liée à la portée intrinsèquement limitée qu’aurait le tournage pendant les blocages de COVID ?

Neill Blomkamp : Oui, je pense que oui. Au moment de décider quoi faire, j’avais envie de dépoussiérer l’idée de faire notre propre petit film d’horreur. C’était bien. En raison des contraintes budgétaires et de tout le reste, vous vous contentez de réduire. C’est juste plus intime.

Vous avez dit « dépoussiérer ». Était-ce quelque chose que vous jouiez depuis un moment ?

Non. Je pensais à l’idée de faire un film d’horreur à un moment donné avec un petit budget. Mais les éléments de l’histoire, pas vraiment. J’avais différents éléments de l’histoire en tête comme la capture volumétrique. Je voulais faire quelque chose avec le Vatican à la manière du 21e siècle.

La technologie ne semble pas souvent se mélanger à l’imagerie religieuse en dehors des deux nouveaux jeux Doom. Qu’est-ce qui a fonctionné pour vous et était quelque chose que vous vouliez explorer dans Demonic ?

Doom est intéressant en ce sens. Je n’y avais jamais pensé avant mais c’est vrai. C’est la chose la plus proche à laquelle je puisse penser. Honnêtement, c’était deux idées distinctes. Je voulais faire quelque chose avec la capture volumétrique à un moment donné. Ce n’était pas forcément un film d’horreur à petit budget. Ce n’était même pas un film. C’était peut-être l’une des pièces YouTube d’Oats Studio. Je savais que je voulais faire ça.

J’avais aussi cette idée du Vatican fonctionnant à la manière du 21e siècle. Ils ont tellement de capital qu’ils pourraient presque, comme la CIA, acheter des sociétés et acheter des choses pour faire avancer leur programme. Avec ce film, c’était comme si je pouvais utiliser ces deux éléments et les assembler et voir ce qui se passe. Et c’est naturellement la technologie des réunions religieuses.

L’une était une technique cinématographique et l’autre était une idée conceptuelle. Il a donné une personne possédée par des démons qui vit dans un environnement de réalité virtuelle. L’histoire est née de cela.

Vous avez dit avant qu’il n’y avait aucun moyen que vous auriez fait Démoniaque sans COVID. Pensez-vous que vous voudrez éventuellement faire un autre film d’horreur après la fin de la pandémie?

Oui, je ferais plus de films d’horreur à coup sûr. Je pense aussi que cela ne coche pas les cases d’un film d’horreur traditionnel. Pour les publics qui espèrent une horreur pure, cela peut ne pas leur donner ce qu’ils veulent. Mais dans le domaine de l’horreur, je serais pleinement heureux de faire plus dans le genre. J’adore travailler le genre, en fait.

Si vous regardez Rakka, Zygote ou Firebase d’Oats, ils étaient en fait les premiers pas pour moi vers une horreur de science-fiction plus explicite. Donc, dans un sens, Demonic est comme le quatrième d’entre eux. Mais c’est la première fonctionnalité que j’ai faite.

Faire ce film pendant les premières phases de verrouillage était probablement un défi. Avez-vous aimé ce défi ou les limitations étaient-elles frustrantes? Parfois, les créatifs aiment certaines limitations.

Non je ne pense pas. Je dirais que j’ai tout fait pour ne pas faire un « film COVID » C’était juste à cause de COVID, le bon environnement pour tourner un petit film de type Paranormal Activity.

La partie qui n’est pas conseillée est que si vous faites un film à petit budget, il n’est pas vraiment sage de gérer les coûts COVID supplémentaires. Ce devrait être un plus gros film de studio à s’imprégner. Notre mantra était « des dollars à l’écran », donc si les dollars ne vont pas à l’écran, alors ils ne vont pas à l’écran. Et si vous avez des dollars limités, vous ne faites que mâcher [the money].

Mais dans la même phrase, vous n’avez pas d’autre choix que d’obtenir les options COVID correctes. Et tout le film est le résultat du fait que le reste d’Hollywood a pris un moment pour évaluer les choses et que je voulais tourner quelque chose.

J’ai besoin de savoir ou de rechercher quand le mot « confinement » est entré en vigueur. Les gens n’arrêtent pas de dire « confinement » ou « quarantaine » et je ne sais pas si ces mots existaient alors. Je suis serieux. Je ne sais pas si les choses étaient bloquées. Je ne sais pas. Mais au moins au Canada, lorsque les choses étaient vraiment bloquées, cela n’aurait pas été possible car il existe de vraies règles. Nous n’aurions tout simplement pas été en mesure de le faire. Pour nous, c’était plus ce que l’industrie cinématographique fait comme les tests et les masques et la façon dont vous entrez et sortez des plateaux.

Vous travaillez sur un jeu vidéo multijoueur AAA avec Gunzilla dans le cadre de votre nouveau rôle là-bas. Pouvez-vous expliquer comment vous essayez de raconter une histoire dans un mode multijoueur, qui est généralement un mode sans narration ?

Je ne peux rien publier à ce sujet. Je ne peux pas en parler. Gunzilla est très précis sur quand et où ils parleront de choses. Je suis ravi de travailler sur un jeu de tir multijoueur ou sur n’importe quel jeu et de faire partie de l’équipe de conception. C’est cool. C’est une autre voie de créativité que j’apprécie vraiment.

★★★★★

A lire également