finch-e1637707285517-3391567-8555929-jpg

Interview : le rédacteur musical Sebastian Zuleta discute de son travail sur Finch d’Apple TV

Actualités > Interview : le rédacteur musical Sebastian Zuleta discute de son travail sur Finch d’Apple TV

Le film original d’Apple TV Finch, avec Tom Hanks, présente une partition incroyable du compositeur Gustavo Santaolalla. La musique va comme un gant au film, en grande partie grâce au monteur musical Sebastian Zuleta, qui a relevé le défi difficile de créer une bande originale qui corresponde au ton émotionnel du film.

ComingSoon s’est entretenu avec Sebastian pour en savoir un peu plus sur son processus et les difficultés inhérentes à son rôle de monteur musical.

Jeff Ames : J’ai regardé le film l’autre jour et je l’ai trouvé génial. C’était cool de revoir Tom Hanks – j’ai l’impression que ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu dans un nouveau film.

Sebastian Zuleta : Je t’entends. Même pour moi, c’était génial de voir sa performance plusieurs fois. [Laughs]

En moyenne, combien de fois diriez-vous que vous regardez un film avant d’avoir fini de travailler dessus ?

Pour être honnête, j’ai perdu le compte. Probablement des centaines. La chose intéressante est – bien sûr, j’ai vu le film du début à la fin plusieurs fois, mais travailler avec de la musique consiste simplement à regarder une scène encore et encore et à peaufiner les choses et à les voir dans différentes itérations, différentes versions des coupes, et puis aussi avec des musiques différentes et tout ça. Donc, j’ai perdu le compte.

CONNEXES: Entretien avec Finch: le réalisateur Miguel Sapochnik sur le travail avec un chien de sauvetage

Vous en avez marre du film ?

Je ne pense pas que j’en ai marre du film. C’est intéressant parce que je commence à regarder des choses et à remarquer des éléments que je ne verrais pas normalement à l’écran. Habituellement, vous regardez le personnage principal ou la chose principale qui se passe devant la caméra, mais après l’avoir regardé plusieurs fois, je commence à prêter attention à ce qui se passe en arrière-plan; ou peut-être y a-t-il d’autres personnages qui réagissent, comment ils réagissent. J’obtiens toutes ces autres perspectives que je n’aurais pas si je les regardais juste une fois. J’ai l’impression d’avoir tout compris.

Alors, en parlant de vous, qu’est-ce qui vous a attiré dans le monde du montage musical ?

Eh bien, j’aime la musique d’aussi loin que je me souvienne. J’ai commencé à jouer de différents instruments quand j’étais plus jeune, mais je suis entré dans le côté plus de production quand j’étais à l’université. Dès la sortie de l’université, j’ai commencé à travailler dans la production sonore, mais je voulais vraiment entrer en poste et travailler sur la musique de films. J’ai donc eu l’opportunité de travailler chez Remote Control sous Heitor Pereira. J’ai vraiment obtenu une maîtrise sur le fonctionnement de la musique de film et je m’exerce et j’ai acquis beaucoup de compétences en montage musical et je suis lentement tombé dedans. Un jour, j’ai reçu un appel du genre : « Hé, nous avons besoin d’aide pour ce film. Notre éditeur de musique n’est pas disponible, pouvez-vous faire ce genre de travail ? » et j’ai dit « Oui » et j’ai juste commencé à recevoir des appels pour m’aider à côté et j’ai finalement commencé à créer mon propre projet. C’était essentiellement découvrir un monde dans lequel je n’avais pas vraiment l’intention d’entrer et que j’aimais. Je le fais depuis.

Comment votre processus a-t-il évolué depuis que vous avez commencé ?

Je pense que l’une des choses consiste simplement à mieux comprendre le processus de création d’un film et à relever le défi que chaque projet apporte. L’une des choses qui a probablement changé dans l’ensemble est d’être capable d’anticiper ou de prédire les problèmes qui surgiront et de les résoudre avant qu’ils ne tombent entre les mailles du filet. Aussi, de manière créative, simplement être plus connecté à qui je suis et lancer des idées, et être plus impliqué et le façonner. Quand j’ai commencé, j’étais assistant et c’était surtout du travail de fond. Donc, j’apprécie vraiment quand j’ai l’opportunité de donner une contribution plus créative et de donner des idées pour améliorer le film – en collaborant avec des cinéastes et des compositeurs pour rendre le film aussi génial que possible.

Sur Finch, vous travaillez avec le compositeur Gustavo Santaolalla. Comment s’est passée cette collaboration ?

Eh bien, d’abord, j’ai grandi en Colombie, j’ai donc connu et admiré Gustavo pendant de nombreuses années. Mais le processus était très cool parce que j’ai commencé dès le départ. J’ai commencé à travailler sur le montage du réalisateur et à ce moment-là, Gustavo avait déjà écrit beaucoup de musique. Quand j’ai commencé, j’avais déjà une boîte à outils de musique originale avec laquelle jouer et façonner des idées sur l’endroit où la musique pourrait aller dans le film ; et nous informer également de la musique dont nous avions besoin pour d’autres scènes et avoir cette conversation avec Gustavo et Miguel [Sapochnik].

J’imagine que ce serait un film difficile à marquer – c’est un fantasme de science-fiction, mais il a aussi beaucoup d’humour et de cœur. Comment avez-vous fait pour trouver le bon ton pour la partition ?

C’était certainement beaucoup d’essais et d’erreurs. Comme je l’ai dit, obtenir la partition de Gustavo plus tôt – étonnamment, une grande partie de ce qu’il a écrit avant de tourner le film se trouve dans le film fini dans son intégralité, exactement comme il l’a écrit. Dès le départ, je pense qu’il avait une bonne idée de la façon dont ces moments émotionnels allaient jouer.

L’une des choses que nous mesurions, c’était des essais et des erreurs, et je me souviens avoir coupé beaucoup de musique temporaire pour certaines scènes, en particulier les moments d’action où c’est comme, quelle est la plage? Vous savez, comme Transformers à une extrémité et des percussions avec des rythmes quand nous avons une tornade ou quelque chose avec beaucoup d’effets sonores. Nous avons vraiment juste essayé et joué avec tellement de choses pour tout peaufiner.

CONNEXES: Interview: Tom Hanks discute de sa polyvalence, trouvant la comédie dans le monde sombre de Finch

Quels ont été les défis uniques que vous avez rencontrés lors de l’édition de la partition ?

Certainement, les indices basés sur l’action. Je pense que j’ai coupé facilement trente versions d’une scène avec juste des partitions, des sources et des repères temporaires différents. C’était l’un des défis en essayant de trouver le ton qui nous donnerait l’émotion et l’urgence dont nous avons besoin sans aller trop loin. Cela aurait pu être un film très triste – c’est juste un homme au monde avec un chien. Donc, il s’agit de trouver cet équilibre pour ne pas le rendre trop déprimant car nous pourrions perdre le public dès le début s’il pense qu’il n’y a aucun espoir. Donc, je pense que nous devions juste trouver les rayons de lumière qui brilleraient et donneraient de l’espoir au public; et les moments de comédie qui apporteraient une certaine légèreté avant la prochaine tempête.

Vous avez également travaillé comme compositeur sur des courts métrages et la série télévisée Soccer & Drinks. Comment cette expérience vous aide-t-elle en tant qu’éditeur de musique ?

Quand j’ai commencé à faire du montage musical, ce que, comme je l’ai dit, je n’avais pas commencé à le faire à l’origine, j’ai découvert que le montage et la composition allaient de pair. En fin de compte, il s’agit simplement de mettre de la musique en image, que je sois en train d’écrire de la musique originale ou de couper de la musique que quelqu’un d’autre a écrite ou de la musique temporaire. Il s’agit de déterminer ce qui nous procurera le plus d’émotion. Être éditeur de musique contribue à être un meilleur compositeur et musicien et vice versa. Je peux couper différentes partitions de différents films, mais si j’ai besoin de quelque chose pour faire le pont, je peux écrire quelque chose rapidement qui reliera les deux et donnera l’impression que cela ne fait qu’un. Donc, je peux apporter ces deux mondes au projet sur lequel je travaille.

Y a-t-il eu un moment sur Finch où vous avez dû vous battre pour votre vision d’une scène en particulier ?

Je laisse généralement la musique parler d’elle-même. Je pense que s’il y a une idée pour laquelle je veux me battre, je le fais moi-même et je le présente comme une idée. En fin de compte, je suis là pour servir l’histoire, donc chaque fois qu’il y aura quelque chose qui, je le sais, y contribuera, je présenterai définitivement mon cas et j’espère que cela fera partie du film.

★★★★★

A lire également