Interview: La vie sexuelle des filles du collège Le directeur de la photographie Chuck Ozeas

Actualités > Interview: La vie sexuelle des filles du collège Le directeur de la photographie Chuck Ozeas

Chuck Ozeas est un directeur de la photographie primé basé à Los Angeles. Ozeas a commencé sa carrière en tournant des vidéoclips emblématiques pour des artistes aussi variés que Smash Mouth, Nine Inch Nails, Dave Mathews, Carrie Underwood, Keith Urban, Dr. Dre, Lil Jon, Wyclef Jean et bien d’autres. Le travail narratif récent d’Ozeas comprend The Sex Lives of College Girls de HBO Max et Mindy Kaling, The Upshaws de Netflix avec Wanda Sykes et des épisodes des saisons 4 et 5 de Arrested Development sur Netflix. Sa victoire aux Emmy Awards est venue pour son travail de lentille de l’émission ouverte pour Sunday Night Football de NBC, un spot qu’il tourne depuis dix ans.

ComingSoon a parlé avec Ozeas de la cinématographie et de son travail sur The Sex Lives of College Girls.

Jeff Ames : Qu’est-ce qui vous a amené à devenir directeur de la photographie ?

Chuck Ozeas: J’ai grandi en tant qu’enfant acteur à Pittsburgh, chantant avec le Pittsburgh Opera Chorus, animant une émission de télévision locale et apparaissant même plusieurs fois sur M. Rogers. Je me suis envolé pour Los Angeles pour tourner The Mr Rogers Christmas Special et après avoir observé tout le travail en coulisses, je suis devenu assez rapidement accro à la production cinématographique. J’ai aussi TOUJOURS eu un appareil photo dans la main, que ce soit un 35 mm ou un Super 8. À la fin du lycée, j’ai eu le « qu’est-ce que je fais maintenant ? question au fond de ma tête, et il se trouve que je regardais Sophie’s Choice (sur HBO assez drôle), tourné par Néstor Almendros. Cela m’a frappé comme un éclair et j’ai pensé « Wow, c’est une belle photographie ! Il doit y avoir quelqu’un qui s’en occupe et je veux faire ce travail ! J’adore mon travail et je me sens incroyablement chanceuse de pouvoir combiner mon amour de la photographie avec le petit côté de l’esprit d’acteur que j’ai encore en moi. J’ai pris plaisir à tourner littéralement des centaines de publicités et des centaines de clips vidéo. Je pense qu’il ne pourrait pas y avoir de meilleure formation pour créer des looks variés au jour le jour et d’une scène à l’autre, et je pense que cette expérience est vraiment payante dans notre émission.

CONNEXES: The Sex Lives of College Girls Saison 2 Greenlit à HBO Max

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’y travailler dans The Sex Lives of College Girls ?

La réalisation de films est un média incroyablement collaboratif et la qualité de l’expérience dépend toujours des personnes avec lesquelles vous travaillez. Ici, j’ai eu à travailler avec un groupe de personnes incroyablement talentueux de haut en bas sur la feuille d’appel. J’ai toujours apprécié la comédie de Mindy Kaling et j’ai gagné encore plus de respect pour son travail dans cette émission. Cela vaut double pour notre showrunner, Justin Noble, dont la vision et l’attention portée aux détails étaient incroyables.

De plus, c’était très rafraîchissant de travailler avec ces quatre actrices relativement nouvelles – Pauline, Alyah, Amrit et Reneé – et de voir leur croissance tout au long de la saison. Ce sont toutes des stars en devenir. J’ai hâte de voir comment ils grandissent pendant la saison 2 !

Enfin, je suis très fier de notre travail sur la caméra, la prise en main et l’éclairage. Donc, un merci spécial à notre équipe de tournage dirigée par Jon Purdy, notre gaffer Carlos Torres, Jack Nagle et le reste de notre incroyable équipe à Los Angeles et à New York.

Quel a été l’aspect le plus difficile de The Sex Lives of College Girls et comment avez-vous surmonté cela ?

L’aspect le plus difficile du tournage à la télévision consiste à équilibrer vos désirs créatifs avec le calendrier et le budget. Après avoir assisté à une rapide répétition avec les acteurs, vous êtes chargé de trouver une manière créative et visuellement intéressante de tourner la scène.

Je regarde chaque scène et considère l’intention, qui informe ensuite le ton. Dans la plupart des scènes de groupe, il y a des connotations comiques. Ce sont des scènes où je vais un peu plus large et doux avec l’éclairage et peut-être plus profond avec l’arrêt pour qu’on puisse lire les réactions de chaque personnage à la comédie. Pour les scènes plus dramatiques, j’aime filmer très peu profond, plusieurs fois autour d’un 1,4. Dieu merci pour nos incroyables 1ers AC, Yen, Dustin et Tom qui ont rendu cela possible ! J’ai l’impression que ce look met vraiment le spectateur dans la tête de nos personnages. Cela nous fait nous soucier d’eux et nous enraciner pour eux.

J’ai vraiment aimé tourner certaines de ces scènes plus dramatiques car cela m’a donné l’opportunité d’éclairer de manière plus expressive…. Le premier baiser de Kim et Nico dans le sous-sol de la fraternité, Leighton sortant avec Alicia, et une autre scène avec Kim et Leighton de l’épisode 10 dans laquelle ils se connectent vraiment en tant qu’amis, pas seulement en colocataires.

Avez-vous des histoires amusantes sur les coulisses de la réalisation de The Sex Lives of College Girls?

Comme je l’ai déjà mentionné, c’était incroyablement amusant de travailler avec Pauline, Allyah, Amrit et Reneé. Ils ont apporté des tonnes d’énergie au plateau chaque jour. Certaines personnes ne le savent peut-être pas, mais tous les quatre sont des chanteurs très talentueux et nous divertiraient avec des morceaux de chansons entre les prises. Ils ont plaisanté en disant qu’ils allaient créer un groupe a cappella et l’emmener sur la route !

Ils ont chanté tout et n’importe quoi sur le plateau. Au bout d’un moment, ils ont même demandé s’ils pouvaient même chanter les ardoises ! Ainsi, avant que les ardoises ne soient applaudies, ils chantaient – Scène 203, Prise 8 – en parfaite harmonie.

CONNEXES: La bande-annonce de Batman explore la relation entre la chauve-souris et le chat

Quelles sont certaines des choses que vous avez apprises de The Sex Lives of College Girls que vous êtes ravi d’appliquer à de futurs projets ?

L’une des raisons pour lesquelles j’aime mon travail est que j’apprends quelque chose de nouveau presque tous les jours sur le plateau.

À ce stade de ma carrière, je n’apprends évidemment pas les bases des caméras et de l’éclairage. Au lieu de cela, j’apprends des choses plus nuancées comme la façon dont un certain mouvement de caméra augmente l’impact dramatique ou comique d’une scène, ou comment une certaine combinaison de couleur d’éclairage ou de diffusion crée un nouveau look auquel je ne m’attendais pas. Mes gaffers vous diront que j’adore parler de la théorie de l’éclairage sur le plateau – toutes les idées « et si nous… » que nous proposons sur place. Je cherche toujours à créer quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant. C’est incroyablement satisfaisant sur le plan créatif.

Avez-vous d’autres projets à venir dont vous pourriez nous faire part ?

Je tourne actuellement la saison 2 de The Upshaws pour Netflix avec Wanda Sykes, Mike Epps et Kim Fields. Le spectacle est un rire une minute… ou rire une seconde! De plus, je continue à tourner des spots pendant mes jours de congé et j’ai un gros spot d’effets visuels pour NBC à venir en janvier. J’aime vraiment mon travail et je me sens incroyablement chanceux de pouvoir travailler dans plusieurs formats : récit à caméra unique, sitcom multicam et publicités. Mon prochain objectif est de développer des fonctionnalités. Et pour en revenir à mon amour d’enfance, trouver un long métrage musical à tourner serait un rêve devenu réalité.

★★★★★

A lire également