HBO’s Industry is a Bitter Mix of Grey’s Anatomy and Succession | TV/Streaming

Actualités > HBO’s Industry is a Bitter Mix of Grey’s Anatomy and Succession | TV/Streaming

«L'industrie» se concentre sur une classe de jeunes diplômés en compétition pour une poignée de postes permanents dans la même entreprise de haut niveau – le genre d'opportunité susceptible de faire carrière dans le monde lucratif de la finance internationale – et la série n'y parvient pas facile d'aimer ces gens. Mais votre penchant, ou votre absence, n’est pas vraiment le point. Imaginez les débuts de «Grey’s Anatomy», dans lequel un groupe de jeunes chirurgiens jeunes, motivés et féroces s'affrontent, se rencontrent, s'aiment et se détestent; faites-en maintenant des gens qui considèrent «Succession» comme une ambition (et non comme une comédie). C’est le spectacle. Dans les quatre épisodes proposés pour examen, ils sont confrontés, sinon constamment assaillis, aux sinistres réalités du chemin qu'ils ont choisi, et aux questions de race, de classe, de genre, de sexe et d'orientation sexuelle, de moralité, de cupidité et de Les machines insensibles des entreprises font surface en quelques minutes et restent présentes partout. Comme l'un des jeunes diplômés le dit à un autre, peu de temps avant qu'un manifestant ne les enduise de peinture rouge sang pour leurs péchés, «vous savez sûrement que nous sommes entrés dans une carrière qui connotait, vous savez, la c-ntiness.

Mais il serait réducteur de dire qu’ils sont tous constamment répugnants. Deux exemples concrets: Harper (la nouvelle venue relative Myha'la Herrold, excellente), une jeune femme noire américaine dont les antécédents non conventionnels, l'esprit brillant et la séquence impitoyable attirent l'œil professionnel de l'éminent Eric (Ken Leung de «Lost») , et Yasmin (Marisa Abela, également très bonne), dont la beauté et la nature douce la voient trop souvent manipulée ou rejetée par ses pairs, un état de fait qui la pousse à prendre le contrôle dans les moments les plus intimes de sa vie . Pourtant, même les personnages dont les visages semblent particulièrement poinçonnables (en pensant particulièrement au fêtard autorisé de Harry Lawtey, Robert ici, mais ce n’est pas une courte liste) sont soigneusement ombragés et parfois surprenants. Le pilote (habilement dirigé par Lena Dunham) détaille exactement à quel point un monde est dangereux dans lequel ils sont tous entrés, et bien qu'ils le choisissent pour eux-mêmes, «Industrie» rend presque impossible de ne pas avoir peur pour ces jeunes monstres à chaque tournant.

C’est particulièrement vrai dans le cas de Harper. Il est juste de dire que «Industrie» ne fonctionnerait tout simplement pas sans Herrold, qui réussit le truc sympa de rendre Harper largement illisible par beaucoup de ses pairs et un livre ouvert au public. Herrold et les scénaristes de l'émission démontrent un manque total de souci de rendre Harper sympathique, et c'est précisément ce qui la rend si attrayante. Il est facile de trouver que Harper continue à faire de grands mouvements, même si vous savez que vous devriez l'encourager à sortir tant qu'elle le peut, comme si une personne qui trompe fièrement l'essai de 8000 mots qu'elle a écrit sur le les arguments moraux en faveur du capitalisme finiront probablement par travailler pour une belle organisation à but non lucratif confortable quelque part. C'est une performance dénuée de vanité et empreinte d'humour sec, et si l'industrie du divertissement a du sens, cette série en fera une star.

★★★★★

A lire également