Halloween Ends Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Halloween Ends Avis critique du film & résumé du film (2022)

Plutôt que de reprendre après le chaos du dernier film qui a laissé la mort de Karen Nelson de Judy Greer – un choix stupide qui m’agace encore – « Halloween Ends » ouvre en 2019 avec un nouveau personnage nommé Corey Cunningham (le carrément mauvais Rohan Campbell, mal réalisé à une performance ennuyeuse). Il garde un enfant à Haddonfield qui est un peu effrayé par tous les meurtres en ville. Lorsque l’enfant décide de faire une farce à Corey, il en résulte un accident qui laisse le petit voyou mort, transformant Corey en paria. Trois ans plus tard, Laurie travaille sur ses mémoires, permettant à beaucoup trop voix off sur la nature du mal et tout ça – et vivre avec sa petite-fille Allyson (Andi Matichak).

Après avoir été victime d’intimidation par une série de durs à cuire de la fanfare – ce qui pourrait être une première dans un film – Corey commence à craquer, découvrant Michael Myers dans un égout, où les deux deviennent essentiellement des meilleurs amis, déclenchant la violence dans tout Haddonfield. L’idée, certes ambitieuse, semble être que le mal n’est pas seulement chez des monstres notoires comme Michael Myers, mais pourrait être déchaîné chez une baby-sitter moyenne dont la vie est ruinée par un accident. Corey finit par être essentiellement infecté par le mal des Myers, mais Allyson ne peut pas voir sa véritable dépravation, tombant davantage amoureuse du maniaque maussade parce que, eh bien, c’est un film. Dire que l’histoire d’amour entre Corey et Allyson est garantie et incroyable serait un euphémisme. C’est juste mal exécuté à tous points de vue.

Une quantité choquante de « Halloween Ends » est mal exécutée avec un montage, un cadrage et une écriture plus maladroits que les deux autres films, comme si l’équipe avait été embauchée pour faire de celui-ci une exigence contractuelle et essayait de le faire le plus rapidement possible. . Ce qui est plus probable, c’est que Green et son équipe avaient une idée de film vraiment ambitieuse sur la nature du mal et sur la façon dont des solitaires violents peuvent être créés par des sociétés craintives… mais ils ont également dû faire un film « Halloween ». Ce sont les deux concepts qui se poussent et se tirent l’un contre l’autre qui déchirent ce film. Ce qui commence à être prometteur devient stupide, et Green ne peut même pas gérer l’art d’une tuerie de qualité, envoyant des victimes ici avec une monotonie remarquablement oubliable – seul un DJ obtient une mort digne d’être rappelée. Et nous savons que tout cela mène à Laurie contre Michael, quelque chose qui était si prometteur en 2018 mais qui n’a plus de pouvoir.

Si c’est vraiment la fin, c’est un gémissement, pas un bang.

Dans les salles et sur Peacock aujourd’hui.

★★★★★

A lire également