A man with two guns in Lock stock and two smoking barrels

Grands films qui ont 25 ans cette année

Actualités > Grands films qui ont 25 ans cette année

On parle beaucoup d’une crise de la quarantaine; Acheter une nouvelle voiture de sport de luxe, apprendre le français ou échanger votre partenaire contre un modèle plus jeune mais moins expérimenté. Pourtant, la première vraie bataille que beaucoup ont avec l’existentialisme n’est pas à la fin de la quarantaine, mais au milieu de la vingtaine. Encore relativement inexpérimenté dans l’adultère, et recevoir tant de conseils contradictoires sur qui, quoi et où vous êtes censé être dans votre vie est un labyrinthe sérieusement complexe et sans centre où il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse.

Certains ont des enfants, dirigent des entreprises et se marient, d’autres sont au chômage, vivent toujours à la maison avec leurs parents et n’ont peut-être même pas complètement compris le fonctionnement d’une machine à laver. Bienvenue dans le monde de l’esprit post-collégial ou universitaire, non perturbé par les factures mais horriblement accablé par l’attente de la société de s’installer, de trouver un emploi, de se marier et d’avoir un enfant dans les six prochaines semaines. Ceux qui, à partir de 2023, sont les plus susceptibles d’être dans cette situation difficile sont ceux nés en 1998. Comme tous ceux nés l’année du Tigre, ces grands films devraient avoir 25 ans cette année et sont trop intemporels pour jamais souffrir cette crise de la quarantaine…

Serrure, réserve et deux barils fumants

Photos de Gramercy

25 ans après sa sortie, Lock, Stock, and Two Smoking Barrels reste le titre phare de Guy Ritchie. La comédie noire de 1998, qui a donné à Ritchie un nom dans l’industrie cinématographique, est une épopée de gangs ultra-violente, avec beaucoup de charisme cockney et d’humour de fusil de chasse.

Mis à part le collaborateur régulier de Ritchie, Jason Statham, un casting relativement humble a été assemblé, et avec seulement un budget de 1,4 million de dollars, le film a fait des ravages au box-office, faisant un impressionnant 30 millions de dollars. Racontant l’histoire de trois amis qui décident de participer à une partie de poker avec un gangster local, la comédie d’action raconte leurs tentatives hilarantes d’acquérir 500 000 £ en seulement sept jours, après avoir perdu contre le chef menaçant de la mafia, Harry.

Le spectacle de Truman

Paramount Pictures

Le sentiment que l’on est simplement un pion dans une émission de télé-réalité a été surnommé « The Truman Delusion » après le film à succès de Peter Weir, The Truman Show. Avec des effets sur la culture populaire comparables à ceux du jour de la marmotte de 1993, The Truman Show était d’une prophétie obsédante en prédisant la culture de la restauration rapide de la célébrité moderne, avec des émissions de télévision volantes sur le mur un tel phénomène de nos jours.

Le film de Peter Weir suit l’histoire de Truman Burbank (joué avec tant d’effervescence par Jim Carrey), un vendeur d’assurances, qui vit sans méfiance en tant que star de télé-réalité dans sa propre émission. Élevé de la naissance à la célébrité de la réalité, il est regardé par des millions de personnes dans le monde, mais il est inconscient du fait qu’il est piégé dans un téléviseur minutieusement équipé de caméras jusqu’à ce que les choses commencent à se défaire.

Sauver le soldat Ryan

Photos de DreamWorks

Spielberg a clôturé sa riche décennie en beauté, avec la mère de tous les films de la Seconde Guerre mondiale, l’épopée Il faut sauver le soldat Ryan. Avec des décors vraiment hypnotiques, impressionnants et imprégnés de sang, le film a révolutionné la façon dont les futurs films de guerre ont été réalisés.

Il s’agit d’une chronique de la détermination inébranlable et désintéressée d’un corps d’armée alors qu’il se lance dans une mission de sauvetage aux proportions gargantuesques. Dirigés par le capitaine Miller (Tom Hanks), ils infiltrent les lignes ennemies alors qu’ils tentent de rechercher et de sauver le soldat Ryan (Matt Damon), le dernier fils d’une famille dévastée par les pertes de la Seconde Guerre mondiale.

La fine ligne rouge

Renard du 20e siècle

Basé sur le roman de 1962 du même nom, l’adaptation à l’écran du réalisateur Terrence Malick de The Thin Red Line dépeint un bataillon de l’armée américaine à la bataille de Guadalcanal, alors qu’il se bat contre une armée japonaise implacable pendant la Seconde Guerre mondiale.

Entouré de films de guerre classiques, dont Il faut sauver le soldat Ryan, La liste de Schindler et Le pianiste, il est compréhensible que The Thin Red Line ait pu être éclipsée. Pourtant, ce joyau sous-estimé, avec une distribution immaculée de la liste A, inspire un profond respect.

Le grand Lebowski

Photos de Gramercy

Être, sans doute, le film des frères Coen le meilleur et le plus drôle est une distinction prestigieuse en soi, et le cas pour The Big Lebowski de prétendre que le manteau est assez irrésistible. Le film mettant en vedette Jeff Bridges, John Goodman et Steve Buscemi a accumulé un culte stupéfiant au fil des ans, si grand, en fait, que c’est plus un consensus ces jours-ci.

The Big Lebowski suit Jeff ‘The Dude’ Lebowski (Bridges), un clochard qui fume de l’herbe, qui, avec ses deux amis Walter (Goodman) et Donny (Buscemi), est impliqué par inadvertance dans une affaire d’identité erronée, et un enlèvement ultérieur saga.

Rushmore

Photos de la pierre de touche

À la suite du succès critique de Bottle Rocket de 1996, Wes Anderson s’est mérité à juste titre une autre chance au poste de réalisateur deux ans plus tard avec le meilleur encore, Rushmore. Jason Schwartzman joue l’écolier, Max, un élève charmant, confiant et attachant qui, aussi complet soit-il, est en échec scolaire.

Max tombe amoureux d’un enseignant de son école, mais doit rivaliser pour ses affections avec son professeur et mentor. Bien qu’il ne soit pas tourné dans une gloire symétrique généralement parfaite, le scénario de Rushmore a un esprit vif et un sens particulier du timing qui est aussi incontestablement Wes Anderson que The Darjeeling Limited ou The Life Aquatic.

Histoire américaine x

Cinéma nouvelle ligne

Un film sur la réforme, la rédemption et l’autoréflexion, American History X de Tony Kaye met en vedette Edward Norton dans le rôle principal de Derek Vinyard, un ancien suprémaciste blanc et néo-nazi, Derek quitte la prison après une peine de trois ans de prison a changé homme, avec sa vie de fascisme fermement dans son rétroviseur. Déterminé à ne pas permettre à son jeune et impressionnable frère Danny de commettre les mêmes erreurs que lui, Derek fait de son mieux pour détourner les tendances haineuses de Danny vers une existence plus positive et constructive.

★★★★★

A lire également