bell book and candle-1

Films sous-estimés de l’âge d’or d’Hollywood

Actualités > Films sous-estimés de l’âge d’or d’Hollywood

Au fil des ans, l’industrie cinématographique a connu de très nombreux changements. Les studios se sont effondrés et de nouveaux ont pris leur place. Des générations d’acteurs se sont succédées. Les genres ont fait des allers-retours en popularité. La façon dont les gens regardent les films a radicalement changé. Plus particulièrement, ce que les films ont été autorisés à faire a changé. Une caractéristique déterminante d’un « vieux » film est qu’il n’y a pas de jurons ou de langage vulgaire, pas de sexe ou de nudité, et pas de violence graphique ou de gore. Ce n’est pas que ces films étaient sains, c’est qu’ils n’incluaient aucune action ou langage pouvant être jugé inapproprié.

De 1934 à 1968, les studios de cinéma ont dû suivre une directive appelée le Code Hays. Aussi appelés codes d’Hollywood ou codes de production, les codes Hays réglementaient ce que les studios étaient autorisés à inclure dans leurs films pendant la majorité de l’âge d’or du cinéma à Hollywood. Cela dictait tout, des costumes qui pouvaient être portés, des mots qui étaient autorisés à dire, des actions qui pouvaient être représentées, à l’intrigue réelle du film. Les codes interdisaient spécifiquement le blasphème, la violence graphique, la nudité suggestive, les rencontres sexuelles et le viol. Les couples mariés ne pouvaient même pas être montrés en train de dormir dans le même lit pendant cette période.

Après la fin des codes Hays, le changement dans le cinéma est perceptible. Hollywood avait déjà commencé à se détendre un peu dans les années 50 lorsque les studios de cinéma ont obtenu la protection de la liberté d’expression en vertu du premier amendement, mais la différence frappante ne s’est produite qu’après 1968, lorsque les codes ont officiellement pris fin. Les cinéastes de 1969 à aujourd’hui ont pu faire des films sur ce qu’ils voulaient, comme ils le voulaient. C’est formidable car tant de films incroyables n’auraient pas été réalisés si les codes étaient toujours en place. Cependant, de nombreux films classiques sont également sortis de l’âge d’or, comme Casablanca, et encore plus de films sous-estimés. Alors, voici dix films de l’âge d’or d’Hollywood qui sont sous-estimés :

dix Elle lui a fait du mal (1933)

Paramount Pictures

Sorti un an avant l’entrée en vigueur des codes Hays, She Done Him Wrong met en vedette Mae West dans le rôle d’une séduisante chanteuse de boîte de nuit nommée Lady Lou qui flirte avec plusieurs prétendants, dont un condamné évadé et un beau leader de la ligue de tempérance, le capitaine Cummings. Depuis que le film a été réalisé et publié des pré-codes, Lady Lou est assez suggestive et ne montre aucun remords à enfiler plusieurs hommes. Elle a pleinement confiance en elle et en sa féminité. Elle n’est peut-être pas un modèle de choix pour les jeunes filles étant donné qu’elle pique sciemment les gens, mais c’était rafraîchissant de regarder un film de cette période où la protagoniste féminine est si puissante. C’était aussi amusant de voir un très jeune Cary Grant tester ses côtelettes de comédie en tant que capitaine Cummings dans l’un de ses premiers rôles au cinéma.

9 L’horrible vérité (1937)

Photos de Colombie

Un couple au bord du divorce après que des soupçons sans fondement commencent à saper la tentative de l’autre de trouver une nouvelle romance dans The Awful Truth. La physicalité de la comédie visqueuse qui prévalait dans les années 30 est certainement présente ici avec la comédie complète de Cary Grant. Il y a une scène dans laquelle le personnage d’Irene Dunne, Lucy, commence à chanter et le personnage de Cary Grant, Jerry, tombe littéralement. C’est une bataille classique des sexes ici, où Jerry se mêle d’abord de la nouvelle relation de Lucy, mais ensuite elle renverse les rôles plus tard en jouant avec sa nouvelle romance. Le dialogue est rapide et plein d’esprit et le timing comique est réglé à la perfection. Il est également clair que de nombreuses lignes et actions ont été improvisées par Dunne et Grant, ce qui ne fait qu’améliorer les éléments de comédie.

8 Cloche, livre et bougie (1958)

Photos de Colombie

Après le succès de l’association de James Stewart et Kim Novak dans Vertigo d’Alfred Hitchcock, les deux ont été jumelés pour jouer l’un en face de l’autre deux ans plus tard dans Bell, Book et Candle. Le film suit Gillian (Novak), une sorcière des temps modernes, qui aime son voisin mais méprise sa fiancée. Elle lui jette un sort pour qu’il l’aime à la place, sauf qu’elle tombe amoureuse de lui pour de vrai. BBAC a parfois l’impression d’avoir servi d’inspiration pour des émissions telles que Sabrina the Teenage Witch ou des films tels que Practical Magic avec ses personnages originaux et sa magie envoûtante. Novak et Stewart vont bien sûr bien ensemble, mais le vrai charme de ce film est la culture beatnik de Greenwich Village qui ressemble un peu à la vie non conventionnelle des sorcières.

7 Mildred Pierce (1945)

Warner Bros.

Après que son mari infidèle l’a quittée, Mildred Pierce (Joan Crawford) entreprend de prouver qu’elle peut réussir sans lui. Cependant, gagner l’approbation de sa fille gâtée Veda s’avère être un défi encore plus grand. Pour le dire à la légère, Veda est un gamin ingrat qui se fiche de tout ce que sa mère a sacrifié pour lui donner la vie qu’elle désire si désespérément. Elle reproche à sa mère d’être une femme qui travaille. Elle méprise sa mère pour ne pas avoir de mari. Elle ridiculise sa mère pour ne pas être aussi riche que les autres chaque fois que sa mère réalise quelque chose.

Au milieu d’une enquête pour meurtre après la mort de son deuxième mari, Mildred doit réévaluer sa propre liberté et sa relation compliquée avec Veda. Mildred Pierce est un noir cinglant qui se penche sur les complications des relations mère-fille, l’égoïsme et la manière dont le statut social peut faire ressortir le pire chez les gens.

6 Arsenic et vieille dentelle (1944)

Warner Bros.

Le dramaturge et auteur Mortimer Brewster (Cary Grant) a toujours été contre le mariage, mais tombe soudainement amoureux et se marie. Il fait un voyage chez lui pour annoncer la nouvelle à ses tantes célibataires, mais découvre qu’elles ont un passe-temps plutôt dérangeant; empoisonner des vieillards solitaires et les enterrer dans leur cave. Arsenic and Old Lace est une comédie noire exagérée qui vous fait rire même lorsque le film est terminé. La famille dysfonctionnelle Brewster comprend également l’oncle délirant de Mortimer (qui pense qu’il est Teddy Roosevelt) et son frère meurtrier. La majeure partie du film se déroule dans le salon des Brewster alors que Mortimer continue de découvrir des secrets que sa famille bizarre lui a cachés. La combinaison de ses deux tantes, son oncle et son frère ajoute une dynamique hilarante à ce film déjà divertissant.

5 Invasion des voleurs de corps (1956)

Artistes alliés

Bien qu’il y ait eu un remake de 1978 mettant en vedette Donald Sutherland, l’original Invasion of the Body Snatchers mérite autant d’attention que son remake. Fortement influencé par les tactiques Red Scare et McCarthyism au plus fort de la guerre froide, le film suit un médecin d’une petite ville californienne dont les patients sont convaincus que leurs proches sont remplacés par des imposteurs extraterrestres. Il apprend bientôt que ces créatures prévoient d’habiter le corps des humains et d’utiliser notre planète comme nouvelle maison puisque leur planète est en difficulté. Les similitudes avec le maccarthysme sont fondamentalement identiques. Un groupe de personnes est terrifié à l’idée qu’un nouvel ennemi se cache à la vue de tous parmi des personnes qu’ils admirent et respectent. C’était une peur très réelle qui est très bien représentée ici.

4 Les tueurs (1946)

Images universelles

Un soir, deux tueurs à gages entrent dans un dîner à la recherche d’un homme connu sous le nom de « Suédois ». Le Suédois savait qu’ils viendraient le chercher, alors il ne se bat pas quand ils le trouvent. Il avait une police d’assurance-vie, alors un enquêteur décide d’enquêter davantage sur le meurtre et découvre que le Suédois était amoureux d’une belle femme qui l’a peut-être persuadé de commettre un vol de banque supervisé par un autre homme.

The Killers est le film noir à son meilleur. Il est en fait basé sur la nouvelle du même nom d’Ernest Hemingway, mais développé par le réalisateur Robert Siodmak. Il a tout ce dont un noir a besoin; suspense, séduction, crime et manipulation. Il y a la femme fatale que le protagoniste masculin est assez stupide pour aider et finit par payer. C’est tout ce qui fait qu’un film noir vaut la peine d’être vu.

3 Indiscret (1958)

Warner Bros.

En 1946, Ingrid Bergman et Cary Grant charment le public dans le thriller Notorious d’Alfred Hitchcock. Leur chimie instantanée et leurs performances convaincantes les ont amenés à jouer à nouveau ensemble 12 ans plus tard, mais cette fois dans la comédie romantique, Indiscret. Grant connaissait évidemment bien la comédie parmi d’autres genres, mais Bergman n’avait jamais fait de comédie auparavant. Bergman joue le rôle d’une actrice accomplie qui a abandonné tout espoir de trouver l’homme de ses rêves. Jusqu’à ce que Philip Adams (Grant) entre et qu’elle se rende compte que c’est l’homme intelligent et beau qu’elle attendait.

C’est une montre facile et réconfortante grâce à la sympathie toujours présente de Bergman et Grant. Essentiellement, il s’agit de 100 minutes à regarder les deux tomber amoureux et tous les hauts et les bas qui accompagnent la romance. Un sourire sera sur votre visage tout le temps.

2 C’est arrivé une nuit (1934)

Photos de Colombie

Les gens qui aiment beaucoup le cinéma et l’histoire du cinéma connaîtront probablement la comédie romantique visqueuse de Frank Capra, It Happened One Night. Cependant, les fans de films plus occasionnels ne l’ont probablement pas vu, ou n’en ont peut-être même jamais entendu parler. Clark Gable joue le rôle d’un journaliste renégat tandis que Claudette Colbert joue le rôle d’une héritière en fuite qui se rencontre par hasard dans un bus en direction de Miami à New York. Ils se retrouvent coincés l’un avec l’autre après que le bus ait quitté une aire de repos sans eux.

Les deux se retrouvent dans un voyage sauvage à travers la côte Est impliquant de l’auto-stop, se faisant passer pour un couple marié et passant la nuit à l’extérieur dans une ferme. Il y a une scène dans le film où le personnage de Colbert, dans une tentative de faire du stop, met sa jambe nue sur la route pour attirer l’attention d’un conducteur masculin après l’échec de la tentative de Gable d’attirer l’attention de qui que ce soit. C’est une scène qui a été recréée de nombreuses fois, bien que beaucoup de gens ne réalisent probablement pas d’où elle vient.

1 Charade (1963)

Images universelles

Sûrement le film le plus hitchcockien à ne pas avoir été écrit ou réalisé par Alfred Hitchcock, Charade suit Regina Lamper (Audrey Hepburn) dans son retour à Paris après être tombée amoureuse d’un homme du nom de Peter Joshua (Cary Grant) lors d’un voyage de ski dans les Alpes françaises. Cependant, elle découvre que son mari a été assassiné, ce qui la conduit, elle et Peter, à être poursuivis par trois des copains de la Seconde Guerre mondiale de son mari qui sont après le quart de million de dollars qu’ils avaient volés derrière les lignes ennemies. Encore plus étrange, Peter ne cesse de changer de nom.

Charade est une explosion absolue du début à la fin. C’est un mystère de meurtre avec beaucoup de moments comiques. C’est dommage que Grant et Hepburn n’aient pas tourné plus de films ensemble, car ils forment une paire exceptionnelle. Leur timing comique rebondit en douceur et ils sont capables de passer tout aussi facilement à des moments plus sérieux. Leur alchimie est captivante ce qui amplifie à la fois le côté humoristique et le côté thriller du film.

★★★★★

A lire également