image-w1280-1-jpg-2495725-webp-8013960-png

Films qui m’ont ouvert les yeux sur le cinéma classique – Ticklish Business

Actualités > Films qui m’ont ouvert les yeux sur le cinéma classique – Ticklish Business

D’accord, écoutez-moi les enfants ! Je fais quelque chose d’un peu… hors du commun aujourd’hui. J’ai eu une vague de nostalgie (soupir mélancolique) dans ma vie personnelle et je me sens un peu… introspectif. Dans cette liste, je voulais regarder les films qui ont fait de moi l’historien du cinéma un peu (ha!) ringard que vous avez lu ici avant vous. Pourquoi suis-je qui je suis ? Qu’est-ce qui a entraîné toute cette folie? Eh bien, nous avons examiné la nostalgie avec des lunettes à dominante rose dans les années 1990… et je blâme cela pour toutes les bonnes choses que nous publions ici. Ce ne sont peut-être pas tous des chéris critiques, mais chacun d’eux tient une vraie place dans mon cœur.

Alors, sans plus tarder, voici les 5 meilleurs films pour ouvrir les yeux sur le cinéma classique.

Oscar (1991)

Je vous entends tous ricaner là-bas. C’est un film qui voit beaucoup de… chagrin… de la part des critiques et je n’ai jamais particulièrement compris pourquoi. Oscar a la distinction d’être le premier film que vous ayez jamais possédé en VHS… cela doit signifier quelque chose.

Oscar suit l’histoire du gangster Angelo « Snaps » Provolone après qu’il ait décidé d’aller « directement » afin d’apaiser son père mourant (Kirk Douglas). Peter Riegert, Marissa Tomei, Tim Curry et Vincent Spano co-vedette dans la comédie d’époque. John Landis réalise le film à partir d’un scénario de Michael Barrie et Jim Mullholland.

En y repensant, Oscar m’a également servi à me présenter à plusieurs artistes classiques d’Hollywood. Non seulement Douglas fait-il le camée, mais il est rejoint par Yvonne DeCarlo, Don Ameche et Eddie Bracken dans la comédie délicieusement conçue.

Dans le même temps, Oscar intègre parfaitement une esthétique magnifique du début des années 1930. C’est un petit film amusant et c’est vraiment une lettre d’amour à un certain type de comédie burlesque. Peut-être que le film a eu du mal car ce n’est vraiment pas un film de Sylvester Stallone (à une époque où Sylvester Stallone faisait fureur), mais pour les amoureux de tout ce qui est nostalgique, il vaut le détour.

Petites femmes (1994)

Little Women est l’une de ces histoires que beaucoup de gens peuvent pointer directement vers leur entrée en tant que fan. Pour moi, la mienne était la version cinématographique de 1994 du célèbre roman de Louisa May Alcott. Voir ce film dans les cinémas a fini par être une expérience formatrice et m’a poussé à huit ans non seulement à lire le livre, mais aussi à voir chaque version du film. Ainsi, alors que mon amour pour le classique hollywoodien n’avait pas tout à fait commencé à ce moment-là, Little Women a fait beaucoup pour donner le coup d’envoi à qui je suis devenu en tant que fan de cinéma.

Little Women met en vedette Winona Ryder, Claire Danes, Trini Alvarado et Kirsten Dunst dans le rôle des quatre sœurs March qui ont grandi dans le Massachusetts pendant la guerre civile. Gillian Armstrong réalise le film à partir d’un scénario de Robin Swicord.

En tant que personne qui a regardé chaque version filmée, celle-ci tient la plus grande place dans mon cœur. Pour moi, celui-ci apporte le vrai sens de la fraternité et la douleur, la joie et la lutte de grandir. Le point de vue de Winona Ryder sur Jo March m’a façonné en tant que créatif et est toujours important pour moi aujourd’hui.

Chanter sous la pluie (1952)

Je suis sûr que chacun de nos fidèles lecteurs et auditeurs a son propre film de passerelle ; le film qui nous a ouvert les yeux sur le cinéma classique et nous a lancé sur la voie de toute la bonté nostalgique. Mon film d’introduction est bien sûr Singin’ in the Rain.

Singin’ in the Rain aborde l’histoire d’un studio de cinéma muet qui lutte pour faire la transition du cinéma muet aux « talkies ». Le casting emblématique est dirigé par Gene Kelly, Donald O’Connor et Debbie Reynolds. Kelly réalise le film avec Stanley Donen à partir d’un scénario de Betty Comden et Adolph Green.

Alors que j’avais bien sûr regardé des films plus anciens avant de louer le classique musical de 1952, alors que je m’asseyais pour regarder Singin’ in the Rain, j’ai immédiatement été accro. Le look, les costumes, les chansons, diable, même le sens de la nostalgie, tout dans ce film est impeccable. C’est un film parfait clair et simple.

Le Fusée (1991)

J’ai déjà parlé de mon histoire et de ma nostalgie d’amour Disney. Enfant du début des années 1990, je suis devenu majeur pendant un peu d’âge d’or pour le studio et The Rocketeer est l’un des premiers films que je me souviens avoir vu sous l’égide de Disney. À partir de ce moment-là, j’étais obsédé par le faste et le glamour de l’esthétique des années 1930. Je voulais être Jennifer Connelly avec toutes ses belles robes.

Le Rocketeer suit un jeune pilote cascadeur (Billy Campbell) qui tombe accidentellement sur un moteur à réaction – créé par Howard Hughes bien sûr ! Alors qu’il essaie d’esquiver les truands qui veulent aussi mettre la main sur l’appareil, il se transforme en super-héros… Au grand dam de sa petite amie actrice en difficulté (Jennifer Connelly). Joe Johnston réalise le film à partir d’un scénario de Danny Bilson et Paul De Meo.

Ce film est peut-être un peu un blip en ce qui concerne le cinéma du début des années 90, mais The Rocketeer a tellement de bonté pour les cinéphiles classiques. Il y a du glamour hollywoodien, des décors d’époque époustouflants et même une histoire amusante. Zut, il y a même beaucoup de noms qui tombent ! Vérifiez celui-ci s’il a glissé sous votre radar.

Meurtres de Radioland (1994)

Enfin, je vous présente un autre film qui a reçu une quantité surprenante de vitriol au moment de sa sortie, Radioland Murders.

Radioland Murders suit les employés d’une station de radio dans le Chicago des années 1930. Le grand jour où la station s’apprête à devenir nationale, il y a soudain une vague de meurtres. Avec la police en grande partie perplexe, un écrivain doit intervenir pour résoudre les crimes avant que quelqu’un d’autre ne meure. La distribution variée comprend Brian Benben, Mary Stuart Masterson, Ned Beatty, Michael McKean et Stephen Tobolowsky. Mel Smith réalise le film à partir d’un scénario de Williard Huyck, Gloria Katz, Jeff Reno et Ron Osborn.

Comme The Rocketeer dans notre dernière entrée, ce film apporte tellement de joie dans sa représentation de la nostalgie et du divertissement classique. Bien sûr, il y a le look délicieux du film qui donne vie au décor d’époque. Tout est tellement…. Parfait. Les années 1980 et 1990 ont rendu cette époque si belle au cinéma.

En même temps, il y a une tonne de références, qui plairont certainement aux fans de cette époque. Il y a Spike Jones, Billy Barty, Rosemary Clooney, George Burns et même une référence à Rudy Vallée. J’irais jusqu’à dire… Ce film était trop nostalgique pour le grand public en 1994. Cela étant dit, c’était tout à fait dans ma ruelle. C’est peut-être le vôtre aussi !

***

Merci de m’avoir fait plaisir en parlant des cinq films qui comptent le plus pour moi en tant que fan de films classiques. Ces images ne sont peut-être pas toutes des œuvres de la bonté du vieil Hollywood, mais il y a un amour et un respect pour la nostalgie et le divertissement classique qui sont bien vivants dans chacune. Ce sont les films qui ont fait de moi ce que je suis, et je serai heureux de les accompagner chaque jour.

Intéressé d’en apprendre plus sur nous??

Suivez Ticklish Business sur Twitter, Facebook, Letterboxd et Instagram. Nous avons également du contenu vidéo spécial disponible sur notre chaîne YouTube.

Intéressé à nous soutenir? Consultez notre page Patreon ! Les avantages incluent des cadeaux, un accès anticipé et du contenu bonus supplémentaire !

Nos épisodes de podcast sont disponibles partout où vous écoutez des podcasts, notamment : Apple Podcasts, Spotify et Podbean.

★★★★★

A lire également