Fallen Angel (1945) – Affaires chatouilleuses

Ange déchu

Ange déchu est certainement le titre parfait pour un film noir; le terme, attribué à l'ange déchu ultime, Lucifer, évoque immédiatement des images de l'enfer, du péché et des dames sombres vous égarant. Ce sont tous des éléments périphériques dans le film d'Otto Preminger, mais le scénariste Harry Kleiner finit par prendre un mauvais virage en territoire dramatique national, nous laissant un peu excités et ennuyés pour le reste.

Eric Stanton (Dana Andrews) erre dans une petite ville où il fait équipe avec un voyant pour escroquer les gens de leur argent. Eric rencontre la serveuse locale Stella (Linda Darnell) et les deux tombent dans une cour éclair. Cependant, Stella sait ce qu'elle veut, et ce qu'elle veut, c'est le mariage. À court d'argent et trouvant l'affection de Stella en déclin, Eric épouse June Mills (Alice Faye), une héritière avec beaucoup d'argent. Tout semble bon jusqu'à ce que Stella finisse par mourir et Eric devienne le principal suspect.

Preminger est un réalisateur dont le répertoire me touche ou rate. Il a maîtrisé le style noir avec Laura, un mystère de meurtre rempli d'images oniriques conduisant à des interprétations différentes. C'est ce film qui a établi la barre pour Preminger, et parfois ses films sont à la merci du rebondissement (le plus bel exemple est Bunny Lake est absent). Contrairement à ces films, Ange déchu est un mystère de meurtre simple et qui peut laisser le public regarder la formule de base se dérouler avec peu de déviation. Notre anti-héros se promène en ville et se prépare à faire équipe avec un médium (John Carradine dans deux scènes). Immédiatement images du bien supérieur Ruelle du cauchemar (1947) commencent à se dérouler, bien que compte tenu du nombre de morts après la Seconde Guerre mondiale, il est facile de comprendre pourquoi les gens ont adopté le surnaturel et pourquoi il est devenu un peu un trope chez les noirs.

Mais contrairement à Ruelle du cauchemar, le scénario n’est pas intéressé par le jumelage d’Eric avec l’équipage de Carradine, car ce dernier quitte rapidement la ville, pour ne plus jamais être revu. Au lieu de cela, Eric reste pour courtiser Stella, notre femme fatale. Oubliée dans le grand schéma des choses, Linda Darnell est l'incarnation parfaite de la dame ignoble, avec la jambe ouverte, se présentant comme notre première introduction à son personnage. La réponse des autres personnages à son retour – "Vous ne repartirez plus, Stella?" «Comme vous l'avez laissé» – indiquez une femme qui a fait un travail brillant pour contrôler les hommes modestes de cette ville avec rien de plus que des promesses et sa beauté. Hé, c'est Linda Darnell, après tout.

Même si l’équipe de Stanton avec Carradine et l’équipage joue comme une heureuse série de coïncidences, sa relation avec Stella est purement noire avec quelques teintes progressives. Contrairement à la plupart des anti-héros noirs rabaissés par une femme dangereuse, Eric est le seul arbitre de sa perte. De nombreuses fois au cours de leur relation, il a la chance de vamoose, mais pas. Des séquences montrant la fin de leurs rendez-vous laissent Eric en disant que c'est la dernière fois qu'il la supportera, avec toute la promesse creuse d'un parent incapable de discipliner son enfant gâté. contrairement à Double indemnité Walter Neff, Stanton d’Andrews n’est pas escroqué par Stella de Darnell. Il est tellement absorbé par sa sexualité et sa beauté qu'il crée une situation de sa propre tête pour la gagner. En dehors du mariage exigeant, Stella n’a aucune graine de meurtre à transmettre à Eric. De plus, Stella ne varie jamais dans ce qu'elle veut. Elle veut le mariage pour la sécurité, financière plus que toute autre chose, et refuse de faire des compromis, jusqu'à légiférer quand Eric montre les escaliers menant à sa chambre, "votre horoscope est là-haut!"

Le script reprend les principes de base du noir, plusieurs déjà établis et prêts à éclater à la lumière de l'ère post-Seconde Guerre mondiale, et met en place un grand mystère de meurtre à l'intérieur. Qui a heurté Stella? Mais quelque part là-dedans, le script fait un virage serré à gauche Laura et dans une version B-movie de Soupçon, avec la nouvelle épouse d’Eric, June essayant de le rendre heureux et Eric essayant de ne pas se faire arrêter pour meurtre. Si le film avait commencé avec June et le mariage d’Eric, et que les motivations d’Eric à obtenir l’argent de June étaient clairement définies, cela ne serait pas un tel appât et un tel changement. Mais tel quel, juin est un personnage périphérique pour une grande partie de la moitié d'ouverture. Eric arrive en ville et apprend que June et sa sœur, Clara (Anne Revere) sont des héritières; Clara a récemment perdu son argent à cause d'une romance défectueuse. L'intrigue psychique se joue ici et conduit à la possibilité que les secrets des sœurs soient exploités, mais une fois que le psychique quitte la ville, l'intrigue se dirige vers Eric épousant June pour son argent.

C’est mon premier film d’Alice Faye, et je ne peux pas vraiment saisir son appel. Elle est adorable, mais sa voix rauque empêche toute inflexion supplémentaire dans ses lignes, laissant tout son plat. Cela n’aide pas qu’elle ne fasse guère plus que jouer la femme concernée, la femme peut-être escroquée, et il n’ya jamais de véritable suspense; il n’a jamais été perçu qu’Eric la bousculerait. En fait, je n’étais jamais sûr des motivations d’Eric. Chantage? Pension? Il y a une belle discussion sur les relations après la Seconde Guerre mondiale. Stella, comme l’autre femme, menace la vie de famille de June avec un homme dont elle prend soin. Ceci, encore une fois, fonctionnerait si June et Eric étaient ensemble pendant une longue période. Quand Eric commence à énumérer les qualités de June – la marque de toute relation réussie – cela ressemble à des suppositions de sa part. Le meurtre de Stella conduit à une tournure astucieuse, peut-être que June ou Clara l'a tuée, mais la révélation ultime est faible. Remarque: c’était la dernière performance cinématographique de Faye jusqu’en 1962.

Jamais aussi graveleux ou sombre qu'il devrait l'être, Ange déchu a des performances décentes de Dana Andrews et Linda Darnell.

Évaluation de Ronnie:

2HalfRonnies

Vous souhaitez acheter le film d’aujourd’hui? Si vous utilisez le lien pratique ci-dessous, une petite partie est reversée à ce site! Merci!

Fallen Angel (Fox Film Noir)

Vous pourriez également aimer...