Timothee Chalamet and Taylor Russell in Bones and All

Entrevue avec Luca Guadagnino et Taylor Russell : Bones & All

Actualités > Entrevue avec Luca Guadagnino et Taylor Russell : Bones & All

Dans Bones & All, deux « mangeurs » tombent amoureux alors qu’ils se régalent de chair humaine à travers le Midwest. Maren (Taylor Russell), abandonnée par son père à l’âge de 18 ans, cherche des liens avec son passé dans l’espoir de découvrir d’où vient sa nature cannibale. En traversant le pays, elle rencontre d’autres cannibales, dont Lee, le vagabond cannibale de Timothee Chalamet. Une romance éclate entre les deux et alors qu’ils se frayent un chemin à travers l’Amérique rurale et cherchent une raison de vivre, ils découvrent qu’ils ne peuvent être que l’un pour l’autre.

Bones and All est réalisé par Luca Guadagnino à partir d’un scénario de David Kajganich, qui adapte le roman de Camille DeAngelis du même nom. Le film met également en vedette Mark Rylance, Michael Stuhlbarg, Andre Holland et Chloe Sevigny.

. s’est assis avec Russell et Guadagnino pour parler de Bones and All, y compris pourquoi Chalamet a toujours été censé jouer Lee et pourquoi cette fin violente et choquante est en fait incroyablement romantique.

Taylor Russell et Luca Guadagnino sur les os et tout

.: Luca, Bones & All est une autre brillante incursion dans le genre de l’horreur. Avez-vous apporté tout ce que vous avez appris de Suspiria avec vous à Bones & All ?

Luca Guadagnino : Je ne pense pas. Je fais toujours un film comme mon premier. Quand je fais des films, j’essaie toujours d’y aller avec un état d’esprit propre. Mais en même temps, je suis vraiment toujours dans l’appréhension de ce que je ne sais pas à ce sujet que je dois trouver. Et aussi, je ne pense jamais aux films du point de vue du genre. Je pense aux films dans la perspective des personnages et des espaces où je veux raconter l’histoire. Alors je suis ça.

Taylor, Maren est incroyable. Elle va dans des endroits sombres, mais elle est portée par ce profond désir d’acceptation qu’elle a et trouve avec Lee. Comment avez-vous trouvé votre Maren intérieure et comment vous êtes-vous connecté avec elle au-delà de ce qui est sur la page ?

Taylor Russell: Souvent, dans mon évolution, en tant qu’acteur, j’ai l’impression que plus je vieillis, plus ces expériences sont significatives pour moi, et j’ai aussi l’impression qu’il y a quelque chose à travailler avec chaque personnage, aussi conscient ou inconscient que est. Et avec Maren, c’était un peu comme la fin de cette question que j’avais, en ce qui concerne ma mise en scène. Donc, d’une certaine manière, la belle chose d’être acteur à certains moments de votre vie, vous avez la possibilité de poser ces questions, puis de mettre quelque chose de côté et de le laisser. Donc, à bien des égards, je suppose que je me prépare à jouer Maren depuis longtemps. Et je dois aider à honorer l’inadapté en moi, la fille qui avait l’impression d’être à l’extérieur, comme si je n’avais pas d’amis. L’outsider en moi a pu vivre au soleil dans ce rôle.

Le script est tellement brillant – il change certaines choses du livre [and] Je suis un grand fan du livre. Luca, qu’est-ce qui t’a attiré dans l’histoire de Bones and All quand tu as lu le scénario ? Qu’avez-vous vu dedans ?

Guadagnino : Eh bien, tout d’abord, la beauté de la façon dont Dave [Kajganich] conçu le scénario. C’est toujours un privilège de lire les scripts de Dave. C’est un si grand écrivain. Ensuite les personnages. J’ai compris ces personnages. Je voulais être avec eux. Je voulais explorer leur angoisse, leur sentiment de rébellion face à leur propre nature. Et d’une certaine manière, ils peuvent être différents de ce qu’ils sont, mais finalement [they] comprendre qu’ils ne peuvent pas échapper à cela et trouver du réconfort l’un dans l’autre. Tout ça [was] la force motrice qui m’a amené à faire le film, mais le triomphe de tout cela est venu de travailler avec Taylor et Timothee et le reste de cette distribution. Vous pouvez avoir des idées dans votre esprit, mais si vous n’avez pas l’incarnation de ces idées et des partenaires pour transformer ces idées en chair et en os cinématographiques, vous n’êtes rien, c’est donc un privilège.

Taylor, tu as brisé des millions de cœurs partout et mangé Timothee Chalamet. Comment était-ce? Quelle a été votre réaction en lisant cette fin et en sachant que vous alliez y aller ?

Russel : [Laughs]. La fin est pour moi incroyablement romantique car c’est un cadeau qu’il lui fait, connaissant le cadre de ces deux personnes, cette affliction qu’elles ont. C’est en quelque sorte l’acte le plus affectueux. Et c’était toujours comme ça quand on en parlait, donc je pense que c’est très beau. Très sincère. Dans leur monde, c’est la version la plus romantique.

Luca, c’est super de vous voir collaborer à nouveau avec Timothee après Call Me By Your Name. Il joue en quelque sorte le contraire d’Elio à bien des égards, mais il y a certainement des choses internes qui me semblent similaires. Qu’est-ce qui vous a fait penser qu’il était parfait pour le rôle ? L’avez-vous toujours pensé pour Lee ?

Guadagnino : J’ai lu le scénario et je me suis dit, c’est pour Timothee. Si Timothée le fait, je le ferai. C’est comme ça que ça s’est passé.

Eh bien, je suis content qu’il l’ait fait.

Guadagnino : Je pense qu’Elio et Lee ne pourraient pas être des personnes plus différentes. On est l’enfant d’une belle vie cultivée et quelqu’un à qui on a donné la possibilité de transmettre des connaissances et de se réaliser dans la plénitude de ce qu’on est. Lee, au contraire, est quelqu’un qui a été privé de ses droits et a été en quelque sorte torturé émotionnellement par son état et par la violence de sa relation avec [his] père et avec sa famille, ce qui ne vient pas avec la transmission du savoir. En fait le contraire.

La relation de Maren avec Lee est si intense et si intime et romantique. Comment construisez-vous ce rapport et ce lien avec Timothee ou l’une de vos co-stars, vraiment, quand vous allez dans des endroits aussi sombres, comme vous le faites dans Bones and All ?

Russell : Timothee et moi nous connaissions avant, juste un peu. C’est un si petit, petit monde. Et je pense qu’à cause de cela – nous avions déjà fait un test de chimie, nous avions un confort intégré dont nous savions qu’il existait. Et en préparation de Bones and All, nous avions lu le scénario avec Luca, nous avions fait un test de caméra où nous étions nos personnages et pouvions jouer ensemble. Il y avait donc des occasions pour nous d’interagir et de nous mettre à l’aise. Je pense aussi que c’est quelque chose qui est juste un peu tacite, peut-être ringard et pâteux, mais entre deux âmes qui se sentent à l’aise, et j’ai ressenti cela avec Mark Rylance. Je me sentais tellement pris en charge par lui. Et la même chose avec Andre Holland, et pas très différente de ce que j’ai ressenti avec Timmy, et c’est un cadeau quand cela arrive parce qu’on ne sait jamais si ça va arriver, à vrai dire. Mais ça n’a fait qu’exister. C’était inscrit dans l’ADN de notre relation.

Luca, le livre évite les parties les plus graphiques – nous n’avons jamais vraiment beaucoup de descripteurs. Et donc j’étais curieux, penché sur le gore, était-ce un choix très conscient ? C’était dans le script ? Ou était-ce quelque chose qui est venu dans le processus de développement?

Guadagnino : Je pense que vous voyez plus le résultat que l’acte physique réel. Je le pensais pourtant. Je pensais que le film était assez restreint à cet égard. Mais tout est subjectif. Je peux parler pour moi, mais tous ceux qui voient le film devraient le voir de leur point de vue. Pour moi, il ne s’agissait pas de la valeur de choc de celui-ci. Il s’agissait davantage de l’inévitabilité à laquelle ces personnages doivent faire face et de la façon dont leur nature les motive et les fait évoluer d’une manière ou d’une autre. Et [how it] les fait en quelque sorte être à l’intérieur de leur propre nature qui m’intéressait.

Découvrez nos autres interviews Bones & All ici:

Bones & All joue maintenant dans les théâtres.

★★★★★

A lire également