Des changements intelligents aident The Last of Us à réussir en tant qu'émission de télévision

Des changements intelligents aident The Last of Us à réussir en tant qu’émission de télévision

Actualités > Des changements intelligents aident The Last of Us à réussir en tant qu’émission de télévision

Deux épisodes dans The Last of Us de HBO, la série a déjà dépassé mes attentes les plus élevées. Nous avons encore un long chemin à parcourir, mais j’espère que les studios prennent des notes détaillées car c’est ainsi que vous créez une adaptation fidèle du jeu vidéo pour le petit écran.

Tout n’est pas parfait, attention. Comme le jeu, l’émission télévisée traîne parfois et imite les pires tendances de The Walking Dead. L’action est étonnamment rare et il y a des moments de rembourrage inutile.

Cela dit, je suis enthousiasmé par les sept épisodes restants et je suis (jusqu’à présent) très impressionné par cette production à couper le souffle, qui se donne beaucoup de mal pour coller le plus possible au jeu.

Quoi qu’il en soit, voici quelques réflexions sur les deux premiers épisodes.

Le changement de champignon a du sens

Chaque épisode commence par un flashback avant la pandémie fongique, où nous en apprenons beaucoup sur le champignon Cordyceps et autres. Ces séquences, en particulier la première impliquant le Dr Neuman de John Hannah, sont effrayantes et informatives mais inutiles. Dans le jeu, nous apprenons des détails sur l’épidémie à travers des conversations entre Joel et Ellie, des lettres et lors d’interactions avec des étrangers, qui façonnent notre compréhension de la crise. De cette façon, nous sommes plongés dans ce monde post-épidémie les yeux bandés, et une partie du plaisir vient de reconstituer le mystère. Pourquoi les gratte-ciel de Boston sont-ils réduits en miettes ? Pourquoi la société s’est-elle scindée en diverses factions ? Pourquoi tout le monde est-il si triste ?

Les scènes avec les scientifiques sont intrigantes mais ressemblent plus à un rembourrage d’épisodes qu’à des éléments essentiels de l’histoire.

Sur une note similaire, je creuse les mises à jour du champignon. Par exemple, plutôt que des spores, nous obtenons un réseau de champignons qui relie les infectés, ce qui est aussi terrifiant que cela puisse paraître. Des vrilles ressemblant à des pieuvres jaillissent de la bouche d’une personne infectée et s’accrochent à une autre victime – et oui, c’est bizarre comme l’enfer.

Un prologue stellaire raconte l’histoire

L’épisode 1 a démarré en fanfare et a ajouté des détails mineurs à l’histoire. Nous apprenons à connaître la fille de Joel, Sarah, plus en détail, ce qui rend sa mort encore plus difficile à regarder, et assistons à plus grande échelle aux événements catastrophiques de 2003 (modifiés par rapport à 2013) – cet accident d’avion était épique. Le réalisateur Craig Mazin colle étroitement au jeu mais propose quelques fioritures visuelles qui rendent la séquence plus cinématographique qu’une cinématique PS4. Parfois, je voulais appuyer sur X, mais c’est probablement dû à la mémoire musculaire.

Où l’épisode 1 a réussi et échoué

L’épisode restant était une corvée pleine d’expositions interminables et quelques changements inutiles. Plutôt que de rester avec Joel, Mazin s’éloigne parfois pour suivre Tess dans ses mésaventures et coupe même Marlene et Ellie pour un sort. Encore une fois, ce qui a rendu le jeu unique, c’est la façon dont les joueurs ont été plongés dans un monde étrange, comme on le voit à travers les yeux de Joel. Nous apprenons et découvrons des choses quand il le fait, une approche qui rend chaque nouveau détail plus critique. Le morceau avec Marlene et Ellie dans l’émission télévisée révèle des informations essentielles au public (Ellie est le remède) et laisse Joel dans la poussière pour rattraper son retard. Cela ressemble à un faux pas, mais j’y pense peut-être trop.

Mazin et Druckmann changent également des rythmes d’action spécifiques. Dans le jeu, avant de rencontrer Ellie, Joel, Tess et Marlene, échappez à quelques gardes FEDRA. Cette séquence met en lumière le caractère totalitaire du groupe militant et l’efficacité de Joël en tant que combattant. Dans le spectacle, il arrive et trouve Marlene blessée et entourée de cadavres. Je comprends que vous ne pouvez pas avoir des personnages de télévision qui lancent des briques et des bouteilles et perdent du temps à déplacer des bennes à ordures dans des positions utilisables. Pourtant, je préférerais de loin voir nos héros s’engager dans un combat plutôt que de passer 20 minutes à écouter un mycologue expliquer ce que nous savons déjà.

De plus, dans l’émission télévisée, Marlene fait ses adieux à Joel avec ce doozy d’une ligne: « Ne fous pas ça. » La série essaie-t-elle de diminuer la badasserie de Joel? Dans le jeu, elle demande à Tess et Joel d’escorter Ellie jusqu’au bâtiment du Capitole, où elle rencontrera une équipe de Lucioles. Joel accepte à contrecœur et part avec Ellie tandis que Tess accompagne Marlene pour vérifier une cache d’armes. Chacun comprend son rôle sans autre provocation. La ligne « Don’t f *** this up » fait passer Joel pour un crétin peu fiable. A-t-il déjà merdé ? Si oui, pourquoi voudrait-elle qu’il entreprenne cette tâche cruciale ?

Quelques instants plus tard, Joel bat la merde d’un garde FEDRA, une action qu’Ellie semble apprécier. J’ai creusé ce moment et comment il semblait faire aimer Ellie à son nouveau copain.

Où l’épisode 2 a réussi et échoué

Le deuxième épisode réussit mieux à équilibrer le drame et l’action. Nous voyons pour la première fois les personnes infectées – un spectacle terrifiant – entassés près d’un bâtiment. Joel, Tess et Ellie traversent un musée et ne ralentissent pas assez longtemps pour rechercher l’inventaire ! Allez les gars! Vous manquerez ces balles aléatoires plus tard dans le spectacle.

On obtient alors une magnifique séquence mettant en scène notre première paire de clickers. Le design de ces ventouses est incroyable – ils ressemblent exactement à leurs homologues de jeux vidéo mais sont en quelque sorte plus effrayants. J’aime le manque de temps d’écran infecté. Trop, et ils deviennent redondants. Ces organismes dangereux devraient apparaître avec parcimonie et nécessiter une tonne d’efforts pour être éliminés.

La série écarte un décor impliquant un gratte-ciel et condense deux séquences en une seule. Ici, Marlene se bat contre un clicker, et Joel et Ellie survivent par la peau de leurs dents. Je ne peux pas raconter à quel point toute cette séquence était incroyable. Pedro Pascal et Bella Ramsey ont été tous les deux très efficaces ici. La conception de la créature était superbe, tandis que l’atmosphère, l’éclairage et la partition étaient parfaits.

Bravo également à l’équipe VFX pour leur rendu de Boston. L’émission télévisée Last of Us ressemble exactement au jeu, jusqu’à la végétation qui pousse sur les bâtiments.

Le seul autre changement notable a été la mort de Tess. Elle meurt hors écran dans le jeu après avoir repoussé des soldats de la FEDRA. Le spectacle lui donne une mort plus noble et lui permet de faire exploser un groupe d’infectés au moment où elle est sur le point de tourner. Cela ne modifie en rien l’histoire, mais encore une fois, il y a quelque chose d’effrayant à entendre Tess crier hors écran du point de vue de Joel, puis à voir les conséquences.

De plus, si vous pouvez attirer un groupe d’infectés dans un seul local et les faire exploser, pourquoi cette pandémie existe-t-elle toujours ? J’ai eu les mêmes reproches avec The Walking Dead, où les zombies agissaient plus bêtement qu’une boîte d’allumettes, mais nos héros ne pouvaient toujours pas les dépasser.

Peu importe. La plupart de mes critiques sont des pinailleries mineures. Je creuse le spectacle dans son ensemble et je suis investi bien que je sache déjà où tout cela se dirige. Est-ce que c’était comme ça pour les lecteurs de Game of Thrones pendant les quatre ou cinq premières saisons de la série télévisée ?

Excellent casting

The Last of Us ne fonctionnerait que si Joel et Ellie étaient manipulés avec soin. Heureusement, Pedro Pascal et Bella Ramsey livrent. Ni l’un ni l’autre ne ressemble à leur homologue du jeu vidéo, mais ils canalisent leurs personnalités, et la paire d’acteurs affiche une chimie incroyable qui sera amusante à regarder au cours des prochains mois.

L’épisode de la semaine prochaine présente Bill, joué par Nick Offerman, qui est à peu près aussi parfait que je me souvienne. Là encore, je suis juste heureux que ce ne soit pas Mark Wahlberg.

★★★★★

A lire également